Un regard...
en 647 articles
et 363 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
Fondements théoriques - Questionnements éthiques - Pratiques professionnelles - Évolution des questions sociales - Un partage du quotidien, une ouverture sur l'avenir...








dimanche 4 novembre 2001
LES ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS
Entre l’individuel et le collectif
Note de lecture

par Joseph ROUZEL


Marie-Christine Hélari, Les éducateurs spécialisés entre l’individuel et le collectif, L’Harmattan, 2001, 184 p.


Une fois n’est pas coutume : je vais parler d’un ouvrage forgé au feu de la sociologie. Si j’ai souvent dénoncé le discours sociologique pour le mésusage qui en est fait dans le travail social, il faut en reconnaître la pertinence lorsqu’il sert de socle à la réflexion, à bon escient, même s’il atteint des limites que je vais évoquer.

L’auteure a longtemps exercé comme éducatrice spécialisée dans le Nord, puis comme formatrice à l’IRTS de La Réunion. En fait tout est dans le titre qui condense en deux mots la place difficile des éducateurs et que je détourne légèrement. Comme le dit l’adage : entre l’écorce et l’arbre, il ne fait pas bon mettre le doigt. Entre les impératifs de la vie en société (le collectif) et les exigences des reconnaissance du sujet (l’individuel), en ce point conflictuel que l’on peut nommer point d’insertion, un éducateur prend position. Il s’agit de faciliter le passage entre les deux. Je l’ai souligné depuis longtemps : l’éducateur est un passeur. Si l’on adopte ce point de vue, les interrogations de l’auteure pour savoir ce qu’il y a de commun entre toutes les places d’éducateurs dans le diachronique (le boy-scout des années 30, le technicien de la relation de 60, le travailleur social de 80, le développeur social de 90, et l’intervenant du territoire de 95 etc..) et le synchronique ( l’éducateur d’internat, d’AEMO, intervenant en toxicomanie, formateur de jeunes, accompagnateur d’handicapés...), ses interrogations donc, peuvent être nuancées. Les éducateurs sont ces passeurs d’hommes et de femmes en déshérence, frappés par les vacheries de la vie ou l’intolérance sociale. Du coup on peut décaler légèrement les propos de M.C. Hélari : le choix n’existe pas entre individu et collectif. La question pour les éducateurs, pour être trivial, est de permettre à l’un de s’emmancher dans l’autre, autrement dit de soutenir un sujet dans son insertion souvent conflictuelle, parce que justement logée à l’enseigne d’un sujet singulier, dans l’espace social. Conflictuel parce que ça ne colle jamais entre un sujet et ses autres. Entre le je et le nous il y a toujours des problème d’articulation !Du coup les combats d’arrière-garde, dont par moment l’ouvrage porte malheureusement les stigmates, tombent à la trappe. Pourquoi opposer des prises en charge individuelles et d’autres qui seraient collectives ? Cette position d’entre-deux qu’occupe l’éducateur relève de ce que Michel Autes nomme un paradoxe du travail social et que le philosophe Jean-Bernard Paturet désigne comme aporie : position inconfortable et tension insoluble. Entre l’écorce et l’arbre...

Au-delà de cette polémique qui n’en finit pas et stérilise la profession depuis belle lurette, le grand mérite de l’ouvrage consiste pour l’auteure à tirer de sa pratique un savoir qu’elle tente de transmettre. Le travail éducatif trop méconnu, parce que ses acteurs prennent rarement la parole et encore plus rarement la plume, y gagne en densité et en lisibilité. Même si parfois les exigences de l’exercice - il s’agit à l’origine d’un mémoire de DSTS - l’en éloignent : c’est là qu’on ne peut que critiquer la limite vite atteinte par les sciences sociales pour rendre compte de cette pratique singulière. Il reste peut-être pour aller de l’avant à inventer les mots de la tribu. Pas sans les savoirs que distille l’Université, mais en faisant un pas de coté pour produire une véritable élaboration de l’expérience sur le terrain. Faute de quoi deux menaces assombrissent l’horizon : la mainmise sur les formations par l’Université (c’est en partie chose faite dans les dispositifs actuels) et la disparition de la spécificité éducative sous des professions jugées moins nobles (à tort), mais surtout moins coûteuses (à raison). Avec des champs de compétences toujours nouvelles, à développer notamment dans sa confrontation au politique, cette profession demeure de façon invariante un des socles d’un possible changement social, à partir d’un investissement relationnel où les éducateurs ont développé un véritable savoir faire et du coté des individus et du coté des collectifs. Encore reste-il à le faire savoir ! L’ouvrage de M. C. Hélari, prix 1999 du Journal de l’action sociale, participe de cette mise à ciel ouvert. Même si je ne partage pas tous ses présupposés, je reconnais dans ce travail très minutieux, l’apport d’une pierre qui permettra peut-être, dans un futur proche, de construire au grand jour les coordonnées de cette profession de l’ombre.










Journée d'information et de retours d'expériences : L'évaluation externe : et après ?
Journée d'informations et de retours d'expériences : L'évaluation externe : et après ?
Discours de vœux de M. Didier Charlanne aux partenaires et agents de l'Anesm
 



# Dans la même RUBRIQUE
30 Articles

Mieux vivre et travailler ensemble
« Merci de ne plus nous appeler usagers »
Avis du CSTS relatif au fonctionnement des commissions et instances chargées d’étudier les situations individuelles
Des murs et des identités
Diversité et enjeux des écrits professionnels
La place du social dans la santé
Les valeurs du travail social menacées
Vers la pénalisation croissante du travail social ?
Qu’est-ce qui fait tenir les cadres ?
Être à table : une affaire complexe
Les centres sociaux : au croisement de l’éducation populaire et du développement local
Sur l’analyse de la pratique professionnelle dans le cadre de la formation des éducateurs spécialisés
L’histoire de La coordination en Travail Social
L’accompagnement : une fonction du travail social
LE TRAVAIL EN RESEAU
Ecologie et travail social
« Les éducateurs spécialisés : vers une redéfinition de leurs fonctions ? »
Quelle place pour les assistantes sociales du travail du XXIe siècle ?
La santé mentale : articuler le travail social et la psychiatrie de secteur
Introduction...
Drogues licites, drogues illicites
La place du sujet dans le réseau médico-social
Le secret professionnel : ce qu’il en reste...
UN OUTIL D’ENTRETIEN : ELP
Transparence et secret : respect des libertés publiques et des libertés individuelles
Du bon usage du partage de l’information
« De nuit »
Travail social et nouvelles technologies de l’information et de la communication
Travail social et pratiques de la relation d’aide
Risque et Pratiques éducatives - Enjeux et réponses


# Du même AUTEUR
4 Articles

La psychanalyse « à coups de marteau » - Note de lecture
Psychanalyse pour le temps présent
Du bon usage des parents
Le temps du sujet


# A voir sur le WEB
2 Références

Réseau Pratiques Sociales
 

ANESM
 



1 Message

  • > Entre l’individuel et le collectif 2 janvier 2002 15:01, par francis laumond éduc spécialisé

    Entre l’individuel et le collectif, en effet notre place est bien dans cet interval. Les éducateurs seront ils capables d’inventer "les mots de la tribu" pour reprendre votre expression.
    Sommes nous assez offensifs pour le faire, et conscients d’habiter une profession dont nous sommes les maitres-artisans. Nous construisons des savoir-faire mais que deviennent-ils, qui les fait vivre, qui en parle, qui les écrits, qui les défend ?
    Il me semble que l’engagement nécessaire pour occuper la place qui nous revient fait défaut. Pour produire une véritable élaboration de l’expérience il est nécessaire que les éducs sortent des institutions, qu’ils mutualisent et écrivent leur pratique. Est-ce que les éducs croient encore qu’ils font partie "du socle de changement social" et donc capables de formaliser leur fonction ?

    Ne pas laisser écrire seulement aux universitaires ou autres gens de haut savoir ce que nous faisons et ce que nous pensons, il en va de notre identité. Se reconnaitre des compétences et les faire connaitre, faire savoir que nous faisons un travail "extra-ordinaire" sur le quotidien et le banal sont des ponts que nous ne devons jamais oublier.

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • info creation paragraphe









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Poste avec vacances scolaires ou universitai ... [3]
Offre d'emploi ASS dans le Gers (CDI, temps ...
« Les enfants oubliés du Népal » ou com ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |