Un regard...
en 647 articles
et 363 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL










lundi 10 mars 2008
Fernand Deligny et ses chemins de traverse
par WALPOLE


Pas d’actualité-people pour Fernand Deligny. Il n’est pas dans l’actualité... Mais son travail, sa présence douze ans après sa mort est là, insistante. C’est que Deligny est tout simplement... actuel. [1]


Mais qui est Fernand Deligny ?

Pour dire vite et juste, ce fut le Défenseur des enfants sans défenses, une forte tête et un pionnier du Travail Social. Né en 1913 à Bergues (oui le village du tournage de Bienvenue chez les Ch’tis !), Fernand Deligny est orphelin dès l’âge de quatre ans avec un père disparu à la guerre. En 1934, il découvre l’asile d’Armentières tout proche qui était alors pour beaucoup le pire hôpital psychiatrique de France et qui sera déjà pour lui une expérience inclassable (bien d’autres suivront). En 1936, il ira effectuer son service militaire avant de devenir instituteur à Paris. Il finira par revenir dans le Nord pour occuper un poste d’instituteur spécialisé à ce même hôpital psychiatrique d’Armentières.

Après la guerre, de 1944 à 1946, il participe à l’ouverture d’un foyer contre la délinquance à Lille dont il prend la direction : c’est le Centre d’Observation et de Triage. Là, il supprime les sanctions, laisse aux jeunes une grande liberté, il embauche des éducateurs parmi les populations ouvrières du quartier, il ouvre des ateliers où les jeunes sont rémunérés et il encourage le maximum d’échanges avec l’extérieur.

En 1945, il écrit Graine de crapule, une mince plaquette d’aphorismes et de conseils sans complaisance en direction de ceux qui seraient prêts à embrasser l’impossible et passionnante tâche d’éduquer les Inéducables (on dirait aujourd’hui « La Racaille »). Par exemple : « Trop se pencher sur eux, c’est la meilleure position pour recevoir un coup de pied au derrière. » Cette petite perle que tout éducateur devrait inscrire à son fronton personnel : « Ne sois pas vexé. La vie a beaucoup plus d’expérience que toi ». Ou encore : « T’interdire de punir t’obligera à les occuper. » « Tu n’obtiendras rien de la contrainte. Tu pourras à la rigueur les contraindre à l’immobilité et au silence et, ce résultat durement acquis, tu seras bien avancé. »

De 1947 à 1950, il va fonder et animer à Paris un réseau alternatif, avec le soutien d’Henri Wallon et de Louis Le Guillant. Ce sera la Grande Cordée, expérience qui s’appuiera sur les auberges de jeunesse et qui permettra à des jeunes en difficulté d’échapper aux internats, et à ces mêmes jeunes de faire des séjours d’essai chez des artisans pour y apprendre un métier. Il s’agira de faire en sorte que les « parents se rendent compte que la cause du mal ne se trouve pas dans l’enfant, même s’il ressemble par le nez ou les oreilles à un oncle fou, mais dans tout ce « reste » que les parents subissent : horaire de travail invraisemblable ; hargne de la grand-mère déplantée dans sa cuisine trop petite ; solitude effarée dans les halos des bruits de la Capitale... » Cette expérience sera relatée dans son livre « Les Vagabonds efficaces ».

Pendant cette période, il aura un court flirt avec le Parti Communiste.

A partir de 1953, Fernand Deligny choisit de vivre loin des villes, dans le Vercors, dans l’Allier, toujours à l’écart, en compagnie d’enfants affectés de troubles profonds. Durant une quinzaine d’années, il mettra à l’épreuve ces quelques principes dont il a éprouvé très tôt l’intuition et il s’y tiendra dans ce qu’il appellera ses « Tentatives » : nécessité de faire tomber les murs clos de l’asile, vanité des thérapeutiques « psy » devant nombre de troubles profonds relevant officiellement de la psychiatrie, valeur du travail communautaire et de la vie en réseau. Il écrira tout ça dans « Le Croire et le Craindre », sorte de relevé de ses expériences depuis Armentières. Jusqu’à sa mort, il liera constamment son travail à l’écriture (plus de trente livres) et au Traçage de ses « lignes d’erre », lignes de cartographe qui ouvriront la vie de ces Autistes sur le chemin d’un (im)possible dialogue non-verbal.

Car c’est en 1967, après un bref passage dans la communauté de la Borde (où d’autres cliniciens dissidents regroupés sous la bannière de l’antipsychiatrie, menaient une expérience invoquée par les théoriciens des barricades, en mai 68), que Deligny va s’installer dans les Cévennes, à Monoblet, au lieu-dit Les Graniers. Ce sera dès lors, un lieu de vie dévolu aux enfants autistes. Là où il faut faire deux kilomètres pour avoir une source...

Déjà, à travers toutes ces périodes, il faut noter ses principes déjà en germe :

- Une méfiance vis-à-vis du Verbe (avec une mise à distance de la « Logorrhée » psychanalytique). « A vivre de près avec un autiste, écrira t-il, tu apprendras que le langage peut être plus gênant qu’utile ». Mais ne comprenons pas trop vite : les mots, dont Deligny se méfie tant, joueront toutefois un grand rôle dans la façon dont la petite communauté de Monoblet désignera et modèlera ses propres outils, son espace, définira les principes de son rôle auprès des enfants autistes qu’elle accueille.

- La constatation que les éducateurs les plus efficaces ne sont pas les plus spécialisés.

- Que ce qui est capital pour l’enfant c’est le milieu dont la position agit directement dans l’histoire toute tracée des enfants et que le plus redoutable est l’Institué.

A sa mort, le 18 septembre 1996, ses cendres seront dispersées par les siens le long des lignes d’erre des gamins autistes dont il a partagé le quotidien pendant trente ans.

Rebelle à tout effet de reconnaissance, l’intéressé n’aura jamais convoqué la presse de son vivant. En choisissant les Cévennes pour y vivre et y travailler, il était derechef hors des routes et des autoroutes de l’information. C’est pour cette raison que les journaux ne lui consacreront que quinze pauvres lignes le lendemain de son décès.

Et au hasard, voilà ce qu’en écrivait une de ses proches :

« Deligny c’est le bas-côté bien plus que la marge (qui est un lieu couru), c’est le hors, c’est l’encontre, c’est le vers : pas une miette de sens qui épouse les complaisances du siècle dans lequel il a vécu, ni celles du nôtre désormais, où il continue de vivre sur ce qu’il a nommé le radeau ».

En ces Temps de Bourrasque, de Lois-machettes et de Chasse à l’homme, Deligny reste toujours une petite lumière. Sa lampe a encore un peu d’huile : elle éclaire plus que jamais nos vastes territoires « éducatifs ».










Définition légale du travail social 7/19
Les inégalités se creusent encore !
Définition légale du travail social 6/19
 



# Dans la même RUBRIQUE
22 Articles

Le rebond du travail social
Travail Social - Travail de la Paix
Manifeste pour un pacte de responsabilité sociale et citoyenne
La CATHODE n’est plus !
La McDonaldisation du travail social : nous y sommes !
Michel CHAUVIERE - L’intelligence sociale en danger
Le travail social à l’épreuve du néo-libéralisme
Travail Social, Droits de l’Homme et Citoyenneté
MOUVEMENT POUR UNE PAROLE POLITIQUE DES PROFESSIONNELS DU CHAMP SOCIAL
L’action sociale anesthésiée ?
Loin des chimères de l’utopie
MAI 2008. La rue aussi, la rue encore. Fiction ou réalité ?
« Il a essayé d’aimer »
Les colères de « l’Homme démocratique »
Compte-rendu du meeting du 14 Décembre 2004, à la Halle aux sucres
L’engagement pour valoriser le travail social
La cohésion sociale peut-elle se planifier ?
« Rester ferme sur les principes mais être force de proposition »
Le travail social, chercheur d’homme
Une nécessaire mobilisation des travailleurs sociaux
« Les professionnels doivent réagir collectivement »
L’enjeu du travail social d’intérêt collectif


# A voir sur le WEB
3 Références

Collectif des Associations Citoyennes
 

REPOLITISER L’ACTION SOCIALE.ORG
 

NON à la disparition des Associations
 

Notes

[1] Notons quand-même : Fernand Deligny. Oeuvres aux Editions l’Arachnéen (2007) sous la collaboration de Sandra Alvarez de Toledo / 3 DVD « Le cinéma de Fernand Deligny » aux Editions Montparnasse / Colloque « L’actualité de Deligny » à Ecully (Rhône) le 8 mars 2008.




2 Messages de forum

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Enquête métier
Recherche de stage gratifiable
CDI ASS
référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |