Un regard...
en 647 articles
et 363 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
LE SOCIOGRAPHE - Recherches en travail social - Revue publiée par l'Institut Régional du Travail Social du Languedoc-Roussillon








dimanche 19 mai 2002
« La fessée - 100 questions-réponses sur les châtiments corporels »



« La fessée - 100 questions-réponses sur les châtiments corporels » Olivier Maurel, éditions La Plage, 2001, (127p. EUR 7,32).


Soulever l’enfant par les cheveux ou par les joues, l’obliger à s’agenouiller sur le manche d’un balai ou une règle carrée les bras en croix, le contraindre à lécher le sol, lui cracher dans la bouche, lui cogner la tête sur une table, lui mettre des piments dans les yeux, lui introduire des charbons ardents dans les oreilles, lui coincer les doigts dans un tiroir, le bastonner, lui frapper la plante des pieds... l’imagination sadique de l’être humain pour corriger ses enfants ne semble avoir aucune limite.

Seul animal, à se comporter ainsi avec sa progéniture, le châtiment corporel fait la quasi unanimité des comportements parentaux. En France, un sondage réalisé en janvier 1999, révélait que 85% des enfants étaient frappés par leurs parents. Oh, bien sûr, il ne s’agit que de claques ou de fessées, qui comme chacun le sait « n’ont jamais fait de mal à personne ». Et pourtant qu’elle soit légère ou sérieuse, la violence ainsi exercée n’est pas sans conséquences. Physiques d’abord : on ne compte plus les perforations de tympan ou les traumatismes oculaires occasionnés par les claques, les atteintes au nerf sciatique, au coccyx ou aux organes sexuels liés aux fessées. Psychologiques ensuite : l’enfant apprend moins ce qu’on cherche à lui apprendre que la manière dont on le lui apprend. Les châtiments qu’il subit le convaincront de principes qui l’accompagneront toute sa vie d’adulte : les plus grands et les plus forts ont le droit de battre les plus petits et les plus faibles, ces derniers doivent se soumettre à la violence, il faut faire du mal aux enfants pour leur bien, quand on aime quelqu’un on a le droit de le faire souffrir, il ne faut pas faire attention à la souffrance de ceux qu’on frappe etc...

Mais ne risque-t-on pas, en tenant de tels propos, de culpabiliser, une fois de plus, les parents ? Cela fait un certain temps qu’il n’est plus admis de frapper ni les soldats, ni les prisonniers ni les femmes. Est-ce qu’on s’est inquiété alors du risque de culpabilisation qu’une telle décision allait entraîner pour les officiers, les gardiens et les maris ? Onze pays ont d’ores et déjà interdit les châtiments au sein de la famille : la Suède été la première en 1979, suivie par la Finlande, la Norvège, l’Autriche, Chypre, le Danemark, l’Italie, la Lettonie et en 2000, l’Allemagne et Israël (qui autorise pourtant sa police à torturer !).

En revendiquant cette même mesure pour notre pays, l’auteur ne cherche pas à faire incarcérer tout parent qui met une claque à son gamin, mais à l’inciter à réfléchir à une autre forme de relation. C’est vrai qu’un enfant qui pleure, qui lui-même a des gestes agressifs, qui commet des imprudences ou des dégradations, qui fait du bruit ou qui désobéit, provoque l’irritation de l’adulte qui peut se laisser aller... Mais une autre attitude éducative est possible. Olivier Maurel, père de cinq enfants et six fois grand-père en parle d’expérience.

J.T.

Post-Scriptum

Article paru dans la revue SOCIAL 44 - N°40 - Septembre 2001








# Dans la même RUBRIQUE
7 Articles

Salut, Victor !
La passion d’éduquer
Pour une éducation précoce à la vie relationnelle
Une soit disante crise... soit disante d’autorité
Co-éduquer
Risque à l’adolescence et adolescence à risque
Que faire des mineurs à la rue ?



1 Message

  • Votre article me parait très instructif et éloquent sur nos pratiques.
    Cependant, votre remarque inapproprié sur les tortures en Israël discrédite totalement vos propos.
    Vous ne devez pas ignorer que l’objectivité de la presse n’est qu’un leurre, ainsi que ses raccourcis médiatiques faciles à digérer par le grand nombre.
    Je vous conseille donc avant d’énoncer des propos hasardeux, de mieux vous informer, ou tout au moins de privilégier l’abstention de commentaires sur un sujet que visiblement vous n’avez pas investigué.

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • info creation paragraphe









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
référence éducative
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Poste avec vacances scolaires ou universitai ... [3]
Offre d'emploi ASS dans le Gers (CDI, temps ...
« Les enfants oubliés du Népal » ou com ...
médiation familiale
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |