Un regard...
en 647 articles
et 363 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
LE SOCIOGRAPHE - Recherches en travail social - Revue publiée par l'Institut Régional du Travail Social du Languedoc-Roussillon








dimanche 15 décembre 2002
Le discours sécuritaire annule le travail éducatif
par François FAUCHEUX


La lutte contre l’insécurité est l’une des priorités des politiques actuelles. Mais la solution principale qui est adoptée est de désigner des responsables, et de les sanctionner. Cela se fait avec un discours incantatoire, où l’effet d’annonce et de spectacle l’emporte sur la résolution réelle des problèmes.


Les répliques à cette politique sont connues : pourquoi sanctionner des personnes pour leurs délits, sans prendre en compte le fait que leurs droits élémentaires, pourtant reconnus par les lois, ne sont pas réellement mis en oeuvre (droit à l’éducation, au travail, à un revenu, au logement, à la santé...) : parfois enfreindre la loi ou vivre dans la marginalité totale ne sont plus que la conséquence implicite de tous les échecs des tentatives pour s’inscrire dans la loi. Pourquoi ne pas s’attaquer en priorité au fait que certains ghettos sont devenus des zones de non-droit (l’autorité publique ne cherche même plus à être présente), en même temps qu’elles devenaient des zones de non-droits (les droits évoqués plus haut ne peuvent plus s’exercer) ?

Pour ma part, je voudrais insister ici sur le fait que cette politique sécuritaire et sa présentation démagogique introduisent une rupture dans l’analyse de la marginalité et/ou de la délinquance, et plus généralement des problèmes sociaux, qui s’est construite progressivement depuis la guerre ; et en conséquence, cela aboutit à rendre incompréhensible le travail effectué par les professionnels et l’ensemble des structures administratives et associatives.

L’ordonnance de 1945 avait introduit une double réponse de la société et des professionnels, vis-à-vis des jeunes délinquants : d’une part, la sanction pénale en réponse à l’acte délictueux, et d’autre part l’action éducative pour aider à la réinsertion d’un jeune en devenir. Personne n’a jamais remis en cause ce diptyque. Mais en centrant les annonces médiatiques, uniquement sur la répression et sur les centres fermés, on empêche la réflexion collective et celle des professionnels de s’engager sur l’approfondissement de la double réponse à la délinquance : la sanction et l’éducation, et sur la manière dont l’une et l’autre peuvent s’étayer.

Avec l’ordonnance de 1958 (les articles 375 du Code Civil), la protection et l’éducation des mineurs « en danger » (ou en difficulté sociale) ont pu être réalisées dans leur propre milieu et leur famille. Depuis plus de quarante ans se développe une réflexion, visant à aider les familles dans leurs fonctions parentale et éducative. Le récent rapport Roméo reprenait cette question, et actualisait l’articulation famille-institution. Beaucoup de services des conseils généraux avaient, avec des associations, compris la complexité mais aussi l’intérêt de cette démarche, et avaient engagé des réformes ou des expérimentations dans ce sens. Pourquoi ne pas inciter les jeunes, leurs familles et les professionnels à poursuivre le patient travail qui a été entrepris, et le valoriser ?

Ce qui est en jeu depuis 20 ans dans le secteur social et éducatif, c’est de sortir d’une politique où les personnes en difficulté ou handicapées sont classées dans une catégorie, et ensuite « orientées » vers des établissements spécialisés pour eux ; on cherche maintenant à adapter l’environnement et l’ensemble des structures sociales à la multiplicité des situations que présentent les personnes jeunes ou adultes... En complémentarité de cela, les « usagers », et éventuellement leurs parents, sont associés aux actions et aux projets qui les concernent : c’est le sens essentiel de la loi du 2/01/2002, rénovant l’action sociale et médicosociale. Toutes ces démarches impliquent de patientes constructions, une mobilisation de tous les acteurs, une valorisation des potentialités des personnes, malgré les carences ou déficiences de chacun. Pourquoi briser cette dynamique, déjà difficile ?

En conclusion, je ne dénonce pas la « sévérité » des lois nouvelles concernant la délinquance des jeunes, mais l’absence de projet social et de perspectives. Le discours sécuritaire se présente comme une solution, et par-là même, annule l’effort des cinquante dernières années : l’analyse des faits sociaux n’était pas ramenée à la seule responsabilité individuelle des personnes impliquées, mais remettait également en cause l’organisation sociale ; sanction et éducation pouvaient s’appuyer l’une sur l’autre.

Le fossé, une nouvelle fois, va se creuser entre les professionnels sociaux d’une part, et une majorité de la population d’autre part, prête à entendre un discours simplificateur. Ces annonces politiques tendent à désavouer les attitudes éducatives qui paraissent trop patientes, trop laxistes, parce qu’elles misent sur le développement des personnes, et non pas sur un conditionnement comportemental. Mais au bout du compte, on verra que ce n’est pas seulement le secteur socio-éducatif qui est concerné par une telle attitude politique : l’enseignement risque de vivre la même dérive ; l’échec scolaire, et la délinquance, n’interrogeront plus l’organisation scolaire ou sociale ; il n’y aura que de mauvais enfants et adolescents. Les professionnels de l’éducation ne peuvent admettre une telle perspective qui nie leur travail, en même temps que le devenir du jeune.

Post-Scriptum

Article paru dans la revue LIEN SOCIAL - N° 645 du 5 décembre 2002.








# Dans la même RUBRIQUE
8 Articles

Des réponses musclées à la délinquance des jeunes
« On va plus facilement en prison quand on est pauvre et sans domicile »
Les centres fermés suscitent inquiétude et agitation
Y a-t-il une alternative à la prison ?
Centres fermés, le risque d’une victoire idéologique
La prison ne peut pas être la solution aux problèmes des banlieues
L’alternative culturelle à l’incarcération
La République, une et indivisible, de jour comme de nuit



2 Messages de forum

  • tout ça st bien beau et nous sommes tous conscient de la menace qui pèse sur l’ensemble des métiers du social et de l’éducatif, mais les raisons ne concernent pas seulement les salariés de ce secteur.....et il faut avouer le bordel qui règne dans de nombreuses associations et je ne parle pas que du droit du travail, mais dysfonnctionnements inadmissibles que portent les usagers et salariés !!!
    Il faut également avouer les périodes planeurs ou chacun venait distribuer la bonne parole avec ses références socio-machinchose : résultat ??
    sans compter le nombre croissant de personne dans des dispositifs dit d’insrtion qui non diplômées viennent éffectuer le travail d’un dipômé à moindre cout...BRAVO !même dans les annexes 24 il n’y a aucune obligation d’employer des personnes diplômées !
    quant au reste dites le aux personnes qui se sont fait bruler leur voiture ou qui se font emmerder par des bandes de trou du cul !!!donc obligatoirement l’insécurité vient prendre le pas sur l’educatif car l’on sait à quoi sert le pognon donné !!!le secteur éducatif hélas et social ne mérite que ce qu’il a semer....le secteur socio-éducatif ne répond plus à sa mision de gestion du social....! Ce qui semble être normal puisque non prevu dan ces finalités donc on attribue celle-ci à d’autres secteurs.....la police....et comme dans certains pays dans un futur proche nous auront également une police "sociale".....circulez il n’a rien à voir !!
    bonne année tout de même

    Répondre à ce message

  • > Le discours sécuritaire annule le travail éducatif 25 janvier 2003 16:28, par S.Soler

    En plein accord avec le texte du directeur du CREAI, je souhaite juste le compléter par mon interrogation concernant le silence des organisations professionnelles de travailleurs sociaux , en particulier l’absence de mobilisation à propos de la remise en cause du secret professionnel. Qu’en penser ?

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • info creation paragraphe









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
référence éducative
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Poste avec vacances scolaires ou universitai ... [3]
Offre d'emploi ASS dans le Gers (CDI, temps ...
« Les enfants oubliés du Népal » ou com ...
médiation familiale
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |