Un regard...
en 647 articles
et 363 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
LIEN SOCIAL - Le Forum social du jeudi








vendredi 14 avril 2006
Le rapport Bénisti, un avant-goût du projet de loi sur la prévention de la délinquance
par Guy BENLOULOU


Entretien avec Marwan Mohammed, sociologue au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP)


Quelle analyse faites-vous du rapport Bénisti ?

Entre le prérapport et le rapport final, les évolutions constatées sont avant tout liées à la manière d’écrire. Exit les outrances verbales et les expressions « populaires », le rapport final se veut « objectif », basé sur les sciences sociales, notamment la psychologie. La présentation des idées est subtile, elle donne l’apparence de l’équilibre : reconnaître des dimensions importantes tout en les niant dans les préconisations. La dimension économique de la délinquance est une bonne illustration. On peut lire que l’amélioration des conditions d’existence est centrale tout en constatant qu’aucune préconisation n’est proposée pour agir dessus. Chaque sujet sensible est enrobé de propos « amicaux ». Le bilinguisme est à la fois un atout et un risque, les immigrés sont une richesse à reconnaître tout en étant une cause de la « délinquance issue de l’immigration ». Ce mélange de stigmatisation et de rejet de la stigmatisation déstabilise en première lecture.

Pourtant, certaines personnes affirment que les réformes proposées dans ce rapport sont constructives !

Ce rapport s’appuie sur des principes déjà bien ancrés dans la prévention sociale. L’anticipation et le travail en amont font par exemple consensus. Or, c’est derrière ce bon sens apparent que s’expriment les thèses du rapport, notamment le glissement entre l’action en amont et le dépistage « précoce » tout comme la centration de l’action sur l’enfant et sa famille au dépens de leurs conditions d’existence. Malgré ces améliorations sur la forme, la trame de fond est restée la même. C’est une politique de « prévention sécuritaire », une sorte de « repression anticipée » qui nous est proposée et qui revient tout logiquement sous la coupe du ministère de l’Intérieur. Pourquoi pas l’Éducation nationale ou la Cohésion sociale ? L’objectif premier de ce rapport n’est pas de s’attaquer aux dynamiques de fond qui favorisent l’émergence des conduites délinquantes (différentes formes de ségrégation, précarisation de pans entiers de notre société, chômage, etc.), il se place dans une logique de contrôle accru des comportements et non de leur émancipation. C’est comme si l’on devait faire le deuil pour l’avenir et surtout pour les milieux populaires, d’une amélioration profonde des conditions matérielles et urbaines d’existence. Dans cette perspective, il suffit de « serrer la vis » et de développer un étau institutionnel autour de l’enfant en difficulté et de sa famille.

Comment les rédacteurs de ce rapport envisagent-ils la mise en œuvre de cet étau institutionnel ?

La levée du secret professionnel entre les institutions d’action sociale et les institutions judiciaires sous « le contrôle » du maire peut favoriser la mise en place d’une véritable base de renseignements et de mieux contrôler les populations jugées « à risque » (« La politique de prévention doit remplir un objectif d’efficacité qui passe par le renforcement des échanges d’informations entre les différents acteurs qui entourent les jeunes : les parents, le corps enseignant, les éducateurs, les élus locaux, les services de police et les magistrats »).
De même, la lecture culturaliste des problèmes de délinquance est toujours prégnante dans le rapport final. Les amalgames entre immigration, bilinguisme et délinquance sont plus implicites. Le rapport ne tire pas toutes les conséquences de la référence pertinente qu’il propose à la blancheur de peau des « blousons noirs », ces bandes de jeunes ouvriers qui émergent à la fin des années 50. Le bilinguisme (et en creux l’immigration) n’est plus la principale cause de délinquance mais le rapport rappelle qu’il « ne faut pas que le fait d’avoir des parents d’origine étrangère susceptibles d’utiliser la langue du pays à la maison puisse constituer dans la chaîne des causes l’un des premiers facteurs potentiellement générateur de déviances. » Cette phrase ambiguë ne nie pas le lien causal qu’elle n’affirme pas complètement. Les préconisations nous renseignent toutefois sur le positionnement réel du rapport. Elles appellent les pouvoirs publics à rendre obligatoire l’apprentissage du français, l’alphabétisation des mères et de développer le soutien scolaire en langue d’origine pour les enfants (sic !).

Justement, sur le plan de la scolarité, ce rapport propose également des solutions alternatives au décrochage scolaire. N’est-ce pas une ambition raisonnable ?

Au niveau scolaire, l’ambition du rapport s’inscrit en rupture avec les ambitions d’une école égalitaire ou du collège unique. Comme pour tous les autres points, les propositions s’appuient sur certaines idées consensuelles. La scolarité occupe une place importante et elle est déterminante dans les parcours sociaux. Le texte reconnaît le lien corrélatif entre décrochages scolaires et déviances juvéniles et propose des mesures de soutien scolaire et le développement d’activités périscolaires. Toutefois, derrières ces idées, le rapport Bénisti préconise le développement de « scolarités alternatives » qui permettent un éloignement des décrocheurs turbulents et une orientation rapide (avant 16 ans) vers des métiers manuels en fonction des besoins de main-d’œuvre du marché du travail (en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie).
Là encore, les propositions « scolaires » sont inscrites dans une logique de « fichage précoce » par le biais du fonctionnement des différentes structures paritaires : circulation d’informations dès la maternelle entre les GCASE (groupe de coordination d’aide et de suivi de l’enfant) et le CLSPD (conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance).

Dans quelle logique, selon vous, s’inscrivent ces préconisations ?

Malgré les précautions sémantiques et la recherche d’équilibre, ce rapport s’inscrit dans un double mouvement de psychiatrisation des problèmes sociaux et de réduction des libertés individuelles. Il déplace les causes du problème de la société vers l’individu en niant tout dysfonctionnement sociopolitique global. Les « risques » proviennent des individus et il s’agit davantage de les manager que de les réduire à la source. La grille de lecture des actes de délinquance est essentiellement utilitariste dans ce rapport, c’est cela qui permet de marier à chaque niveau de l’action, une sanction à une injonction., Les questions de relégation économique et de ségrégation urbaine sont éludées (la vidéosurveillance est par ailleurs préconisée pour réduire les « situations à risques ») au profit d’une criminalisation des individus et de leurs familles dont il est recommandé la sanction en cas de « démission » (terme non défini).

Ce rapport est-il, alors, comme les éducateurs l’affirment « porteur de délation des familles pauvres » ?

Je pense que les éducateurs ont des raisons objectives de penser aux risques de délation des familles en difficulté que ce rapport comporte. L’architecture des différentes structures qui constituent le socle des préconisations est claire de ce point de vue. Le secret professionnel risque objectivement de devenir un « renseignement » policier. L’expression « secret partagé » est trompeuse. Vu le nombre de partenaires concernés par ces « secrets » et l’opacité de leur utilisation, le « secret » peut vite se transformer en « information ». Il ne faut pas sous-estimer la portée de ce type de mesures chez les populations concernées qui réfléchiront à deux fois avant de parler ou de se confier aux travailleurs sociaux qui, dans certains cas, sont leurs seuls soutiens moraux et matériels. Enfin, le rapport Bénisti nous interroge sur notre fonctionnement démocratique, notamment sur les frontières entre les territoires individuels, familiaux et celui de l’État, quelles sont les limites de l’intime et du public ?

Post-Scriptum

Texte paru dans Lien Social n° 792 du 6 avril 2006










Aux Etats-Unis, des puces électroniques implantées sur des salariés (!)
La délinquance routière devant la justice
Rétablir la confiance dans l'action publique : analyses et positions de Transparency France
 



# Dans la même RUBRIQUE
20 Articles

Aouine, un cri d’alarme éducatif
Loi de prévention de la délinquance - Préconisations aux professionnels
Quelle prévention pour quelle délinquance ?
Vie et mort annoncée du secret professionnel
Avant-projet de loi relatif à la prévention de la délinquance
Avis du CSTS sur l’avant projet de loi relatif à la prévention de la délinquance
LE RAPPORT BENISTI NOUVELLE VERSION (10/2005)
La prévention de la délinquance des mineurs, une responsabilité collective
Prévention : criminalisation de l’immigration et déni des inégalités
Le point de vue de l’A.N.A.S. sur le rapport Bénisti
Dérives sécuritaires dans le travail social ?
Avis sur le pré-projet de loi pour la prévention de la délinquance
Qui sait où commence et où finit la prévention de la délinquance : les maires ?
L’obligation de signaler provoquerait la fin de la prévention
Un protocole d’accord scandaleux
De la morale et du moral en prévention spécialisée
A chacun sa place et chacun à sa place
Les éducateurs de rue dans tous leurs états
Lutte contre l’alcoolisme : le travail social en première ligne
La prévention spécialisée face à la question de l’évaluation


# Du même AUTEUR
2 Articles

Le Collectif 2007 pour une action citoyenne
Interview du directeur général de l’action sociale



1 Message

  • Je suis étudiante éducateur spécialisé à l’IRTS Paca Corse de Marseille et je suis scandalisée par ce rapport et par la position qui est demandé à tout les travailleurs sociaux, j’ai voulu faire ce métier non pas pour avoir un rôle toujours répressif sinon j’aurais choisi de faire policier, bien sur il faut cadrer mais pour cela faut il avoir un rapport de confiance avec la personne surtout quand il s’agit de jeune.

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


CDI ASS
référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Poste avec vacances scolaires ou universitai ... [3]
Offre d'emploi ASS dans le Gers (CDI, temps ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |