Un regard...
en 647 articles
et 363 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
ESPACE SOCIAL - Revue du Carrefour National de l'Action Educative en Milieu Ouvert








mardi 25 septembre 2001
Opération Ville vie vacances
un dispositif en expansion

par Joël PLANTET


Le programme avait été mis en place au début des années 80 pour répondre aux violences urbaines estivales. Il ne cesse de prendre de l’ampleur.


Initialement dénommé plan anti été chaud, puis opérations prévention été, le dispositif s’est appelé en 1995 Ville vie vacances (VVV). Le mot prévention associait en effet la banlieue à la notion de risque, et le mot été devenait obsolète, les actions devant se dérouler désormais lors de tous les congés scolaires. Les quatre ministres concernés de l’époque - Mme de Veyrinas, MM. Raoult, Debré et Drut - avaient même indiqué leur volonté de s’inscrire dans la durée et « d’offrir aux jeunes un tremplin vers la vie professionnelle ». Environ 600 000 jeunes avaient été concernés cette année-là, soit 65 000 de plus qu’en 1994.

En une belle progression, le programme couvre aujourd’hui la totalité du territoire : onze départements en 1982, quatorze en 1984, vingt-et-un en 1988, vingt-quatre en 1989, vingt-neuf en 93, trente-six en 94, quarante-neuf en 96, quatre-vingt-onze en 1997. De même, la participation s’est accrue : 535 000 jeunes en 1993, puis 812 000 en 99, année où le ministre délégué à la Ville, Claude Bartolone, décide d’étendre VVV à l’ensemble des congés scolaires. Il est intéressant à ce propos de constater que les sorties à la journée sont passées de 12 % en 1998 à 22,6 % en 2000.

Dispositif interministériel de prévention de la délinquance, Ville vie vacances regroupe neuf ministres, et a fait l’objet d’une circulaire du ministre délégué à la Ville, le 5 avril 2001 (1). A destination des quartiers sensibles, VVV doit permettre aux jeunes les plus en difficulté l’accès à des activités culturelles, sportives ou de loisirs, tout en les faisant bénéficier d’une prise en charge éducative pendant les vacances. Les bénéficiaires sont âgés de 11 à 18 ans, n’utilisent pas les activités offertes par les structures traditionnelles d’animation et ne fréquentent pas le milieu associatif.

En principe, les contextes particuliers des départements sont pris en compte : des cellules d’animation regroupent l’ensemble des services déconcentrés, en relation avec les conseils départementaux et communaux de prévention de la délinquance (CCPD).

Les différentes actions proposées doivent être en lien avec l’éducation à la citoyenneté, les apprentissages sociaux, les potentialités d’épanouissement personnel, la solidarité locale ou internationaleÉ Il s’agit aussi de responsabiliser les jeunes - en fonction de leur âge - en leur confiant des tâches d’organisation ou de réalisation : les chantiers éducatifs ou les travaux saisonniers au profit de la collectivité peuvent avoir cet objectif, tout en valorisant une action auprès des adultes. Ces travaux d’intérêt collectif peuvent faire l’objet d’une rétribution qui nourrira des projets de vacances ou une certaine autonomie par rapport aux loisirs.

Le ministère de la Culture intervient dans le programme VVV au titre de l’opération Un été au ciné (2) depuis 1991, permettant l’accès des jeunes à 350 salles de cinéma à des tarifs préférentiels, ou la réalisation de courts métrages et la diffusion en plein air de films dans les quartiers.

Au chapitre de la solidarité internationale, le ministère des Affaires étrangères propose aux plus âgés des chantiers dans des pays africains : en 2000, environ cinquante avaient été réalisés, regroupant 600 jeunes. Cette année, dix chantiers se sont déroulés dans le premier semestre, dans sept pays d’Afrique. Et pour ces mois d’été, 350 jeunes devaient participer à 32 autres initiatives.

Cinq priorités ont été définies pour cette année : un meilleur ciblage du public en premier lieu, les cellules départementales étant « invitées à associer le plus largement possible les services de la prévention spécialisée ». Une meilleure participation des jeunes filles - un des points faibles du programme (elles ne représentaient l’an dernier que 33 % de l’effectif) - doit également être obtenue, grâce au travail d’information en direction des familles, à la formation de l’encadrement pour les jeunes majeures et à l’association des parents à la préparation des actions... 10 % de la dotation est d’ailleurs consacrée à ces actions de formation, l’encadrement constituant la troisième priorité. Par ailleurs, une « attention particulière » - des projets spécifiques pour mineurs et jeunes majeurs prévenus ou condamnés, par exemple - est apportée cette année aux jeunes faisant l’objet de mesures de justice. Enfin, les départements accueillant un nombre important de jeunes vacanciers peuvent, depuis 99, mettre en oeuvre des plans d’accueil des jeunes dans les communes touristiques (PAJECOT). « Les services sociaux des villes d’origine et de destination travailleront ensemble », a d’ailleurs stipulé Claude Bartolone en début d’été.

En effet, la concentration de certaines populations ne va pas sans poser parfois des problèmes aux villes concernées : destiné à prévenir les phénomènes d’exclusion des jeunes dans les équipements des villes d’accueil, mais aussi à garantir le bon déroulement des séjours, PAJECOT a été renforcé par une convention, (juin 2000) relative à la politique d’accueil des jeunes. Mais seulement trois départements et une ville avaient, cette année-là, mis en place ce plan...

La mise à disposition de moyens suffisants est bien sûr condition sine qua non de tels programmes. Le Conseil de sécurité intérieure du début de l’année avait attribué 40 MF de crédits supplémentaires pour les projets VVV au bénéfice de quarante départements prioritaires. Pour l’année 2001, les crédits d’Etat affectés au dispositif ont augmenté de 33 % : 123 MF contre 92 MF en 2000. Et les collectivités territoriales, les caisses d’allocations familiales, les associations et les familles contribuent elles aussi au financement des opérations.

Début juillet, on prévoyait 13 000 opérations sur le territoire national. Pas loin d’un million de jeunes (on attend le bilan) auront donc eu accès cette année à diverses activités : sportives (20,6 %), d’animation de quartier (17 %), d’expression artistique (12 %), ou des chantiers de création (12 %).

Post-Scriptum

(1) Disponible sur Internet : www.ville.gouv.fr (2) Un été au ciné - Kyrnéa international - 11 rue Gambetta - 93500 Pantin Tél. 01 48 43 80 78 www.etecine.kyrnea.com mail : asso@kyrnea.com










Les travailleurs sociaux « ne doivent pas devenir des auxiliaires de police » (CNCDH)
Un bilan des attentats liés au contexte syro-irakien dans les pays occidentaux
Blocage des sites de propagande terroriste : un manque de moyens évident
 



# Dans la même RUBRIQUE
14 Articles

La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Laurent MUCCHIELLI - L’Invention de la Violence
Les violences sexospécifiques et sexuelles à l’égard des hommes
Les politiques face à l’enjeu des banlieues
Violences aux femmes, une affaire d’État
Une lecture des émeutes urbaines
Strasbourg aux heures ouvrables
Les associations d’aide aux victimes demandent des moyens suffisants
Délinquance des mineurs : des réponses
Faut-il croire à une montée de l’antisémitisme en France ?
Etat de la violence et violence de l’Etat
Violences urbaines et insécurité : au delà des « simplismes »...
Réagir face aux violences urbaines
La violence institutionnelle ? Aller plus loin dans la question sociale


# Du même AUTEUR
15 Articles

Légion d’honneur pour Martine Trapon
Salut, Victor !
Le travail social bouge encore
La politique de la ville au point mort
L’enfant et la séparation parentale
Les valeurs du travail social menacées
Sectes et travail social, la vigilance s’impose
Vers la pénalisation croissante du travail social ?
La pauvreté, un enjeu politique
Cacher la misère des Roms
Police et habitants : des relations à améliorer
L’intégration des étrangers, enjeu électoral majeur
Le droit de vote des étrangers est inéluctable
Quelle prévention pour quelle délinquance ?
Crise à l’IRTS-Paris


# A voir sur le WEB
1 Références

CESDIP
 



Une Réaction, un Commentaire...?


  • info creation paragraphe









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
référence éducative
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Poste avec vacances scolaires ou universitai ... [3]
Offre d'emploi ASS dans le Gers (CDI, temps ...
« Les enfants oubliés du Népal » ou com ...
médiation familiale
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |