mardi 6 avril 2004



UN OUTIL D’ENTRETIEN : ELP
Entretien pour L’élaboration du Projet


Bernard BALZANI,
Marie-Jeanne COLLIGNON





Que l’on soit éducateur ou formateur, les expériences professionnelles, les rencontres, les temps de formations aident à construire progressivement nos pratiques d’entretien. Si chacun s’accorde à dire qu’il reste le recours le plus mobilisé dans nos professions, nombreux sont ceux qui s’estiment insuffisamment formés aux différentes techniques d’entretien, quand ils arrivent sur les terrains professionnels.


Dans les années 90, un groupe de professionnels de la Protection Judiciaire de la Jeunesse a travaillé à chercher des réponses à certaines de leurs préoccupations professionnelles concernant l’entretien :

- Ils considéraient que l’entretien d’accueil était trop directif. S’il permettait de recueillir un maximum d’informations, il donnait une image partielle de la situation d’un jeune et ne permettait pas d’appréhender réellement la problématique de celui-ci. De plus, cet entretien suscitait rarement une implication du jeune et aucune dynamique constructive n’émergeait de celui-ci.

- Ils constataient que l’émergence d’un projet professionnel était trop souvent empêchée par les difficultés personnelles ou familiales vécues par le jeune. Ce dernier mettait alors en échec toute tentative d’insertion sociale.

- Dans les institutions, les jeunes faisaient l’objet de multiples bilans (scolaire, professionnel, psychologique, de santé, ...). Ces bilans donnaient aux professionnels un « état des lieux » et étaient utilisés comme base de leur travail. Cependant, le jeune mettait souvent en échec ce qui était projeté pour lui et non par lui. Dès lors, comment parvenir à une évaluation formatrice qui amènerait le jeune à s’approprier son bilan et à devenir acteur de son projet professionnel ?

Les principales observations, préoccupations et analyses issues de leurs travaux peuvent être résumées ainsi :

- Avec des jeunes en grande difficulté, il est illusoire de traiter séparément les problèmes scolaires, professionnels, personnels ou d’hygiène de vie. En effet, les travailleurs sociaux constatent qu’avant de pouvoir envisager une orientation scolaire ou professionnelle, il est souvent nécessaire de traiter en amont ou parallèlement d’autres difficultés liées à une problématique personnelle ou familiale. En ce sens, l’élaboration d’un projet avec un jeune, en matière d’insertion sociale, ne peut se concevoir qu’en terme de « projet de vie », conception moins restrictive que celle de projet professionnel.

- Quelles garanties peut-on se donner pour éviter de plaquer notre propre conception ou analyse de la situation d’un jeune et d’être amené à imaginer des solutions à sa place ?

- Comment susciter l’implication d’un jeune ?

- Quels moyens peut-on mettre en place pour permettre à un jeune en difficulté « d’être en projet de ... » .

A ce stade de leur réflexion, émerge alors le besoin de construire un outil spécifique qui faciliterait l’auto évaluation des jeunes et qui prendrait en compte leurs spécificités. Un outil qui aurait pour but d’inciter l’adolescent à réfléchir sur sa situation dans sa globalité, un outil qui l’aiderait à prendre conscience des domaines dans lesquels il est en difficulté pour qu’il puisse élaborer, ensuite, un projet avec l’aide des professionnels qui l’accompagne dans son parcours.

Pour ses auteurs, le projet ELP a été une aventure humaine où il a été question, à un moment donné, d’élaborer ensemble, dans un collectif de travail, un « quelque chose » qui vienne signifier un certain nombre de positions et de principes auxquels se référer, de se reconnaître en tant que professionnel de l’action socio-éducative.

En 1996, l’outil prend la forme d’une mallette contenant un livret de présentation de la technique d’entretien, des fiches techniques et un jeu de 129 cartes. Sur chacune d’entre-elles figure des mots, qualificatifs, verbes, abordant des thèmes relatifs à de possibles préoccupations : monde du travail, justice, projet de loisirs, connaissance de soi, école, orientation institutionnelle, vie familiale, santé, ... ELP donne des mots pour que puisse émerger d’autres mots, plus personnels et intimement liés à une problématique personnelle.

Mais ELP n’est pas simplement un outil, c’est à la fois un média, une technique d’entretien, une démarche, une attitude professionnelle, une philosophie et un projet.

ELP comprend, outre la mallette servant à l’entretien même, un référentiel de formation (sur site ou en inscription individuelle), un référentiel permettant également l’animation de journée d’information et de présentation de l’outil, de sa technique d’entretien et de sa conception des notions d’aide et d’accompagnement. Le projet ELP correspond aussi à un dispositif d’évaluation de la démarche d’entretien proposée, tant sur les registres formels que sur les registres des pratiques professionnelles concernant notamment les questions relatives à la technique d’entretien, à la connaissance du public et à la place de cette pratique dans le fonctionnement institutionnel et pédagogique des professions qui l’utilisent.

Plus largement, le projet ELP propose également une réflexion sur la problématique des outils dans la prise en charge des spécificités des publics (quel que soit leur dispositif d’appartenance) autour de la question récurrente de la place des supports pédagogiques dans l’accompagnement social et professionnel que nous avons à réaliser quotidiennement. Il s’agit aussi de dire stop au développement de certaines pratiques qui considèrent l’action éducative ou socioprofessionnelle comme la résultante d’une simple relation d’un professionnel à un objet et non à un sujet. Comment prenons-nous en compte le sujet dans sa globalité dans les suivis des différents dispositifs sur lesquels nous sommes positionnés ?

Depuis sa conception (1994 et 1996 pour la diffusion), ELP est en mouvement. Durant deux années, 2001 et 2002, un dispositif original d’évaluation, alliant une logique de formation-action et une autre de recherche-action, a permis à une cinquantaine de professionnels de se réunir pour interroger leur pratique de l’entretien, pour réfléchir et analyser les questions que ne manque pas de soulever l’inscription de ELP dans une pratique individuelle et institutionnelle. Plaçant les praticiens au coeur de cette évaluation nationale, ELP s’est ainsi enrichi de « savoirs revisités » et de « savoirs nouveaux », mobilisables par tous. Un réseau national permet, à ceux qui le désirent, de s’inscrire dans une dynamique de réflexion, d’analyse et d’échanges autour de cette pratique. Ce réseau permet d’être en lien avec des collègues d’horizons professionnels différents qui partagent une même pratique, il permet d’aider les collègues débutant dans leur cheminement avec ELP.

Sans avoir la prétention de brosser l’ensemble des données conceptuelles mobilisées dans l’outil, nous souhaitons juste rappeler les deux ensembles théoriques centraux qui soutiennent la méthodologie de l’entretien ELP :

- D’une part, la démarche ELP trouve ses origines dans l’adaptation d’un entretien semi-directif sur les métiers élaboré à partir des thèses de l’ADVP (Activation et Développement Vocationnel et Personnel). Une conception humaniste du développement humain prévaut ainsi que l’idée qu’une éducation aux choix est possible à tous âges et dans toutes les situations de difficulté.

- D’autre part, l’outil mobilise les références rogériennes de l’entretien, comme valeurs fondamentales de l’attitude du professionnel qui mène un ELP.

Proposer cette technique d’entretien permet au sujet en difficulté, de s’exprimer, de réfléchir à sa situation et de prendre conscience de la manière dont différents événements, choix, opportunités, occasions positives ou négatives peuvent jouer un rôle dans l’élaboration (ou la non-élaboration) de ses projets personnels. Le but reste de l’aider à dépasser ses difficultés, à le rendre acteur de ses projets.

Les témoignages recueillis auprès des praticiens depuis sa conception, les données issues des pratiques de ELP permettent de dégager les commentaires suivants :

- ELP est un outil de médiation qui cadre l’intervieweur et permet à l’interviewé de parler. ELP facilite et peut provoquer l’émergence de la parole. Le cadre structuré et structurant de l’entretien permet l’émergence puis la réalisation de projet concret.

- La méthodologie de l’ADVP, les concepts mobilisés et les attitudes à adopter lors d’un entretien ELP offrent au professionnel une approche originale de l’entretien. Cette compétence s’intègre dans l’ensemble de ses « savoir-faire », de ses « savoir-être » et de ses « savoir s’y prendre » professionnels.

- ELP n’est pas un outil d’insertion professionnel mais il peut y contribuer en permettant au sujet de régler un certain nombre de points qui « parasitent » son quotidien et l’entravent dans sa démarche et/ou son désir d’accession à l’emploi.

- ELP n’est pas un test de type psychologique car il ne se positionne pas par rapport à une norme. Si le jeune fait une interprétation, il s’agit de la sienne.

- L’entretien ELP demande une éthique car c’est une technique informative pour l’interviewer. Il exige que ce dernier soit clair et soit conscient de ses limites professionnelles.

- ELP peut ouvrir « une fenêtre » sur un « possible éducatif » pour ces jeunes qualifiés « d’incasables. » En leur permettant de nous inviter dans leur cheminement de pensée, ils modifient la perception que nous avons d’eux, ils nous permettent de retrouver notre identité professionnelle parfois occultée par l’image que la posologie de leur traitement leur a construite.

- L’évaluation a mis à jour l’existence d’une philosophie ELP. L’usage de ce terme traduit plus ou moins consciemment la présence de la recherche du sens dans les actes professionnels, il matérialise une attention proche de la vigilance permanente à ne pas laisser sur le bord de la route les principes et les croyances qui maintiennent debout. Nous sommes ici dans un espace de réflexion sur la conception d’un métier et la manière dont nous le pratiquons.

Aujourd’hui, l’outil est proposé à des jeunes pris en charge dans les foyers éducatifs, dans les CER, dans les mesures de Milieu Ouvert, en milieu carcéral, dans des classes relais, en PAIO, à des jeunes inscrits dans des dispositifs d’insertion (TRACE), etc. ELP permet aux professionnels d’inviter une personne à mettre des mots sur les différentes préoccupations qui la rende « indisponible pour... », puis de l’accompagner à trouver et à mettre en oeuvre les solutions adaptées à ses difficultés.

Accompagner quelqu’un dans son cheminement à travers les étapes de la méthodologie de l’entretien ELP, c’est lui donner la possibilité de nous inviter sur son terrain, c’est nous donner la possibilité d’entendre et de comprendre quelles données, qu’elles informations, quelles situations seront prises en compte dans l’élaboration d’un projet. Evaluer les pratiques de l’entretien ELP a permis à l’outil d’acquérir la maturité nécessaire pour qu’il puisse être mobilisé dans de nouvelles expériences et qu’il puisse rencontrer des publics nouveaux.


Post-Scriptum

Pour tous renseignements sur les modes d’acquisitions de l’outil et sur les formations à ELP : empoutil@aol.com





Pour citer cet article :

Bernard BALZANI, Marie-Jeanne COLLIGNON - « UN OUTIL D’ENTRETIEN : ELP » - OASIS - Le Portail du Travail Social - http://www.travail-social.com. - avril 2004.