Un regard...
en 652 articles
et 367 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
LE SOCIOGRAPHE - Recherches en travail social - Revue publiée par l'Institut Régional du Travail Social du Languedoc-Roussillon






mercredi 5 mars 2008

Appel - Pour une reconnaissance effective de la LSF dans l’espace Ă©ducatif des enfants sourds

Cet appel vise à informer le plus largement possible de la situation faite aux enfants et adolescents sourds qui ne trouvent plus désormais la langue des signes française (LSF) dans les lieux éducatifs qui les accueillent.

Paradoxalement en effet, alors que notre pays vient de reconnaĂ®tre l’importance de cette langue et que les langues des signes sont posĂ©es par la Commission EuropĂ©enne comme « partie du patrimoine tant linguistique que culturel de l’Europe », l’organisation Ă©ducative, dans notre pays, fait le plus souvent entrave Ă  son existence rĂ©elle : 1% des enfants sourds scolarisĂ©s ont la LSF comme langue d’enseignement. Alors que la loi de fĂ©vrier 2005 reconnaĂ®t cette langue comme une « langue Ă  part entière » et que le droit rĂ©affirme la possibilitĂ© d’ĂŞtre enseignĂ© dans cette langue, les dispositifs Ă©ducatifs, dans les maternelles et classes primaires de l’Ă©ducation nationale notamment, ne prennent pas acte du texte votĂ©. Dans de nombreuses rĂ©gions, l’enfant sourd, sous prĂ©texte d’ĂŞtre « intĂ©grĂ© », est de fait placĂ©, seul, dans un milieu oĂą n’existent autour de lui que des langues sonores auxquelles il n’a pas accès en raison de ses particularitĂ©s sensorielles. Dès lors il n’est plus en contact avec cette langue des signes car il est sĂ©parĂ© de ceux qui la parlent. N’ayant pas accès aux Ă©changes en langue vocale qui l’environnent, l’enfant sourd n’a pas accès Ă  l’information et Ă  la culture.

Ce principe d’intĂ©gration individuelle en milieu dit ordinaire, profondĂ©ment discriminatoire et contraire Ă  l’esprit de la loi votĂ©e en 2005, doit ĂŞtre interrogĂ© dans ses fondements car il n’est pas respectueux des particularitĂ©s et des diffĂ©rences de ces jeunes sourds.

Le texte de l’appel : http://appel.lsf.free.fr/





Chercher :   
Tous les mots  L'un ou l'autre
Dans l'Annuaire des sites
Sur le WEB






Noël des DALOs et des sans logis
2012. Aux urnes, Handicaps ou pas ! Oui, mais comment ?
Master situation de handicap et participation sociale
FNEJE : la rĂ©gression sociale est en route !
Les agents de l’action sociale et mĂ©dico-sociale du DĂ©partement des Bouches-du-RhĂ´ne, premiers acteurs de la dĂ©fense de la protection de l’enfance, laissĂ©s seuls Ă  leur combat !
Les Assistants sociaux Education Nationale du 92 se mobilisent
Suicide d’un adolescent Ă  l’EPM d’Orvault : l’Etat continue de tuer
Pour des Etats gĂ©nĂ©raux de l’enfance « alternatifs »
Situation des exilés Afghans
Les associations s’engagent pour préserver la formation par alternance.
Une Europe qui protège les services sociaux dans les états-membres excepté en France
ATTENTION, MINEURS, CATEGORIE DANGEREUSE !
Des vigiles dans les foyers ! Et pourquoi pas des foyers dans les commissariats ?
La CGT du Conseil GĂ©nĂ©ral de l’Essonne dĂ©fend le secret professionnel des travailleurs sociaux et les usagers
MalgrĂ© la pauvretĂ©, le pouvoir d’agir
A la CRAMIF : des « suicidĂ©s professionnels »
En 2007, la pauvretĂ© s’est aggravĂ©e
Grève au Conseil Général des Bouches du Rhône
Suppression du DĂ©fenseur des Enfants
Plan Jeunes - Un plan qui oublie les jeunes les plus précaires
La PJJ va-t-elle vers un suicide collectif ?
La suppression du DĂ©fenseur des enfants est une injure faite Ă  la protection de l’enfance
Suppréssion du Défenseur des enfants
Nouveau site de la FNEJE
Un fonds pour punir mais pas pour protéger
Appel Ă  la constitution de services sanitaires et sociaux de RĂ©sistance
L’ONES a dĂ©cidĂ© de rĂ©agir au sujet des documents de l’ONED
Samedi 02 mai - TRAVAIL & DEMOCRATIE - Premier Acte public
Les SSIG : un pas de plus vers la marchandisation du social ?
Pas de bĂ©bĂ©s Ă  la consigne : pĂ©tition nationale unitaire