Un regard...
en 647 articles
et 363 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
Fondements théoriques - Questionnements éthiques - Pratiques professionnelles - Évolution des questions sociales - Un partage du quotidien, une ouverture sur l'avenir...







mercredi 30 septembre 2009

Plan Jeunes - Un plan qui oublie les jeunes les plus précaires

Le plan présenté aujourd’hui par le Président de la République comporte des mesures qui vont améliorer la situation de certains jeunes. Cependant, ce n’est toujours pas la politique globale de la jeunesse que nous avons défendue tout au long des travaux de la Commission Jeunes, pour permettre l’accès à l’autonomie de tous les jeunes.

La FNARS se félicite que le problème des ressources des jeunes soit enfin posé. Mais les conditions d’accès au RSA sont tellement restrictives qu’il ne bénéficiera qu’à environ 160 000 jeunes dont 120 000 en emploi, sur 6 millions de 18-25 ans. Cette mesure ne va donc concerner que 2,7 % de cette tranche d’âge alors que 20 % de ces jeunes vivent sous le seuil de pauvreté.
En effet, le RSA ne sera accessible qu’aux jeunes ayant occupé un emploi stable et à temps complet pendant 2 ou 3 ans, c’est à dire ceux qui à priori sont les moins éloignés de l’emploi. En revanche, les plus vulnérables, les précaires, les travailleurs à temps partiel, ou les jeunes sans aucun revenu du travail, restent en dehors de ce dispositif.

De même, les jeunes en rupture familiale sont oubliés. La commission avait fait le constat que de nombreux jeunes se trouvaient en situation d’abandon à 18 ans sans bénéficier d’aucune prise en charge. Elle avait donc proposé dans le livre vert une mesure de protection des jeunes majeurs les plus en difficulté qui n’a pas été retenue. Or, celle-ci permettrait de faire baisser sensiblement le nombre des jeunes en errance ou en situation de désinsertion sociale sévère, notamment ceux qui ne sont plus pris en charge par la Protection judiciaire de la Jeunesse (PJJ).

L’annonce de réformes telles que le service public de l’orientation, l’obligation de formation pour les 16-18 ans, la refondation des missions locales est positive, mais il ne s’agit à ce stade que d’intentions qui n’existeront que s’il y a une vraie volonté politique de proposer des solutions à des jeunes qui n’en bénéficiaient pas jusqu’à présent. Les autres mesures (CIVIS, complémentaire Santé) vont également dans le bon sens mais restent modestes au regard des enjeux.

La commission Jeunes présidée par Martin Hirsch avait posé en juin dernier les fondements d’une « nouvelle politique de la Jeunesse » qui visait à donner une autonomie à l’ensemble des jeunes. Pour les jeunes les plus vulnérables, la commission posait explicitement la nécessité de combler les « trous » de la prise en charge, d’intensifier l’accompagnement « sur mesure », de « soutenir les ressources de tous les jeunes », de systématiser le principe de la « nouvelle chance » pour les jeunes en échec, etc. On est encore loin de ces ambitions.

Voir en ligne : http://www.fnars.org





Chercher :   
Tous les mots  L'un ou l'autre
Dans l'Annuaire des sites
Sur le WEB






Noël des DALOs et des sans logis
2012. Aux urnes, Handicaps ou pas ! Oui, mais comment ?
Master situation de handicap et participation sociale
FNEJE : la régression sociale est en route !
Les agents de l’action sociale et médico-sociale du Département des Bouches-du-Rhône, premiers acteurs de la défense de la protection de l’enfance, laissés seuls à leur combat !
Les Assistants sociaux Education Nationale du 92 se mobilisent
Suicide d’un adolescent à l’EPM d’Orvault : l’Etat continue de tuer
Pour des Etats généraux de l’enfance « alternatifs »
Situation des exilés Afghans
Les associations s’engagent pour préserver la formation par alternance.
Une Europe qui protège les services sociaux dans les états-membres excepté en France
ATTENTION, MINEURS, CATEGORIE DANGEREUSE !
Des vigiles dans les foyers ! Et pourquoi pas des foyers dans les commissariats ?
La CGT du Conseil Général de l’Essonne défend le secret professionnel des travailleurs sociaux et les usagers
Malgré la pauvreté, le pouvoir d’agir
A la CRAMIF : des « suicidés professionnels »
En 2007, la pauvreté s’est aggravée
Grève au Conseil Général des Bouches du Rhône
Suppression du Défenseur des Enfants
Plan Jeunes - Un plan qui oublie les jeunes les plus précaires
La PJJ va-t-elle vers un suicide collectif ?
La suppression du Défenseur des enfants est une injure faite à la protection de l’enfance
Suppréssion du Défenseur des enfants
Nouveau site de la FNEJE
Un fonds pour punir mais pas pour protéger
Appel à la constitution de services sanitaires et sociaux de Résistance
L’ONES a décidé de réagir au sujet des documents de l’ONED
Samedi 02 mai - TRAVAIL & DEMOCRATIE - Premier Acte public
Les SSIG : un pas de plus vers la marchandisation du social ?
Pas de bébés à la consigne : pétition nationale unitaire