Un regard...
en 652 articles
et 367 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
LE SOCIOGRAPHE - Recherches en travail social - Revue publiée par l'Institut Régional du Travail Social du Languedoc-Roussillon







jeudi 10 avril 2008

Qu’attend la Fnars du Grenelle de l’insertion ?

MalgrĂ© des orientations gouvernementales qui laissent penser que l’insertion sociale et professionnelle n’est actuellement pas une prioritĂ© (incertitudes de plus en plus grandes sur le Revenu de solidaritĂ© active, rĂ©duction de la durĂ©e des contrats aidĂ©s destinĂ©s Ă  l’insertion des personnes en difficultĂ©s, etc.), la Fnars a dĂ©cidĂ© de participer activement au Grenelle de l’insertion parce qu’il lui a paru nĂ©cessaire de faire entendre sa voix Ă  partir des constats de terrain que dressent les acteurs de l’insertion regroupĂ©s au sein de son rĂ©seau. Aux cĂ´tĂ©s des usagers et des salariĂ©s en insertion, ils sont les observateurs "privilĂ©giĂ©s" des dysfonctionnements du système actuel d’insertion socioprofessionnelle.

Quels sont leurs constats ?

- Un dispositif d’insertion qui laisse de cĂ´tĂ© de nombreuses personnes, notamment les chĂ´meurs non indemnisĂ©s et une grande partie des jeunes.
- Un accompagnement social et professionnel Ă©clatĂ©, un "jeu de ping-pong" entre les partenaires (conseils gĂ©nĂ©raux, conseils rĂ©gionaux, centres sociaux, missions locales, ANPE, associations spĂ©cialisĂ©es) qui ne prend pas en compte la nĂ©cessaire continuitĂ© d’un parcours d’insertion.
- Un système de contrats d’insertion complexe, cloisonnĂ©, rigide, peu modulable en fonction de la situation des personnes.
- Un dispositif de formation souvent inaccessible aux personnes les plus Ă©loignĂ©es de l’emploi.
- Un système d’intĂ©ressement Ă  la reprise d’activitĂ© qui ne permet pas aux personnes retrouvant un emploi de dĂ©passer le seuil de pauvretĂ©.
- Une Ă©valuation des dispositifs d’insertion exclusivement tournĂ©e vers l’accès Ă  l’emploi (CDI ou CDD 6 mois) nĂ©gligeant les Ă©tapes intermĂ©diaires indispensables Ă  toute reprise d’activitĂ© et le caractère prĂ©caire du marchĂ© de l’emploi.

Ces constats, les structures d’insertion de la Fnars les dressent quotidiennement et les perçoivent comme des entraves structurelles Ă  l’accompagnement des personnes accueillies et au-delĂ  de l’ensemble des publics en difficultĂ©.

Compte tenu de son expĂ©rience, la Fnars ne pouvait rester en dehors de ce dĂ©bat mĂŞme si elle en a rapidement mesurĂ© les limites. C’est l’occasion de rappeler que la rĂ©forme ne doit pas conduire Ă  enfermer Ă  nouveau les publics dans des statuts ou catĂ©gories administratives qui ne rendent pas compte de leurs besoins. La rĂ©forme envisagĂ©e doit donc viser l’insertion de l’ensemble des publics en difficultĂ©, et non pas de certains d’entre eux.

C’est ce principe qui fait aujourd’hui consensus qui conduit la Fnars Ă  demander :

- 1. La crĂ©ation d’un contrat unique d’insertion accessible Ă  toute personne en difficultĂ© qui permette de lier un revenu d’activitĂ© suffisant et un accompagnement socioprofessionnel personnalisĂ© dont la durĂ©e et le contenu doit ĂŞtre adaptĂ© Ă  chaque personne ;

- 2. L’organisation d’un accompagnement global qui ne sĂ©pare pas artificiellement la rĂ©solution des difficultĂ©s sociales et les logiques d’accès Ă  l’emploi ;

- 3. Une organisation de l’accueil sur un territoire qui repose sur un principe simple et aisĂ©ment comprĂ©hensible pour les usagers, permettant de proposer un rĂ©fĂ©rent unique Ă  chaque personne et de dĂ©cloisonner la prise en charge des diffĂ©rents publics. Dans cette perspective, il sera nĂ©cessaire de clarifier les missions du futur service public de l’emploi et ses modalitĂ©s de partenariat avec les structures associatives de l’insertion.

- 4. Des moyens financiers stables et pĂ©rennes pour assurer le fonctionnement des structures d’insertion et l’accompagnement des personnes les plus en difficultĂ©. A cet Ă©gard, il conviendra de compenser le surcout social et la moindre productivitĂ© des publics.

- 5. La gĂ©nĂ©ralisation sur l’ensemble du territoire du Revenu de SolidaritĂ© Active (RSA), Ă  la condition qu’il ne soit plus limitĂ© Ă  certaines catĂ©gories de bĂ©nĂ©ficiaires, Ă  condition aussi qu’il reste un outil de lutte contre la pauvretĂ© et ne soit pas rĂ©duit Ă  un dispositif coercitif de reprise d’emploi.

- 6. Le dĂ©veloppement de l’usage des clauses d’insertion dans les offres de marchĂ©s publics, ce qui permet le dĂ©veloppement de l’offre d’insertion locale sans dĂ©penses supplĂ©mentaires pour la collectivitĂ©.

Lors de son lancement, le Grenelle de l’insertion avait notamment pour ambition d’Ă©valuer le dispositif d’insertion tel qu’il existe aujourd’hui. Or, avant mĂŞme que cette Ă©valuation ait commencĂ©, la baisse annoncĂ©e des contrats aidĂ©s a gravement fragilisĂ© les structures de l’insertion par l’activitĂ© Ă©conomique, et notamment les ateliers et chantiers d’insertion.

De mĂŞme et alors que l’Ă©valuation n’est pas terminĂ©e, est annoncĂ©, dans le cadre de la RĂ©vision gĂ©nĂ©rale des politiques publics (RGPP), un contrat unique d’insertion limitĂ© dans le temps et rĂ©servĂ© Ă  certaines catĂ©gories de personnes. On enferme ainsi Ă  nouveau l’insertion professionnelle dans un carcan, en complète contradiction avec l’idĂ©e qui fait pourtant consensus dans les dĂ©bats du Grenelle que l’offre d’insertion, pour ĂŞtre efficace, ne peut ĂŞtre dĂ©pendante du statut de la personne.

On ne peut donc que s’interroger sur la volontĂ© rĂ©elle des initiateurs du Grenelle de dresser un constat et des analyses partagĂ©es et d’en tenir compte pour construire la politique d’insertion professionnelle de demain. C’est pourtant la seule voie possible si l’objectif est de rĂ©duire effectivement la pauvretĂ© et de permettre aux personnes les plus Ă©loignĂ©es de l’emploi de retrouver leur place dans la sociĂ©tĂ©.

Toulouse, le 10 avril 2008.

La Fnars est coorganisatrice des rencontres du Grenelle de l’insertion,
Ă  Toulouse, les 10 et 11 avril 2008
sur les thèmes :
- Enjeux et mĂ©thodes de l’accompagnement socioprofessionnel,
- Insertion professionnelle des personnes dĂ©tenues.

http://www.fnars.org





Chercher :   
Tous les mots  L'un ou l'autre
Dans l'Annuaire des sites
Sur le WEB






Noël des DALOs et des sans logis
2012. Aux urnes, Handicaps ou pas ! Oui, mais comment ?
Master situation de handicap et participation sociale
FNEJE : la rĂ©gression sociale est en route !
Les agents de l’action sociale et mĂ©dico-sociale du DĂ©partement des Bouches-du-RhĂ´ne, premiers acteurs de la dĂ©fense de la protection de l’enfance, laissĂ©s seuls Ă  leur combat !
Les Assistants sociaux Education Nationale du 92 se mobilisent
Suicide d’un adolescent Ă  l’EPM d’Orvault : l’Etat continue de tuer
Pour des Etats gĂ©nĂ©raux de l’enfance « alternatifs »
Situation des exilés Afghans
Les associations s’engagent pour préserver la formation par alternance.
Une Europe qui protège les services sociaux dans les états-membres excepté en France
ATTENTION, MINEURS, CATEGORIE DANGEREUSE !
Des vigiles dans les foyers ! Et pourquoi pas des foyers dans les commissariats ?
La CGT du Conseil GĂ©nĂ©ral de l’Essonne dĂ©fend le secret professionnel des travailleurs sociaux et les usagers
MalgrĂ© la pauvretĂ©, le pouvoir d’agir
A la CRAMIF : des « suicidĂ©s professionnels »
En 2007, la pauvretĂ© s’est aggravĂ©e
Grève au Conseil Général des Bouches du Rhône
Suppression du DĂ©fenseur des Enfants
Plan Jeunes - Un plan qui oublie les jeunes les plus précaires
La PJJ va-t-elle vers un suicide collectif ?
La suppression du DĂ©fenseur des enfants est une injure faite Ă  la protection de l’enfance
Suppréssion du Défenseur des enfants
Nouveau site de la FNEJE
Un fonds pour punir mais pas pour protéger
Appel Ă  la constitution de services sanitaires et sociaux de RĂ©sistance
L’ONES a dĂ©cidĂ© de rĂ©agir au sujet des documents de l’ONED
Samedi 02 mai - TRAVAIL & DEMOCRATIE - Premier Acte public
Les SSIG : un pas de plus vers la marchandisation du social ?
Pas de bĂ©bĂ©s Ă  la consigne : pĂ©tition nationale unitaire