Un regard...
en 650 articles
et 365 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL













DÉCALAGES

B comme brin, bord, bris

R comme rue, rai

E comme écho, éclat

V comme vu, vrac

E comme étreint, effleuré

S comme saisi, salé, sucré


Vous marchez dans la rue

Vous êtes dans un bus, à une terrasse de café

Quelque chose vous touche ou vous surprend,

minuscule et parlant

Le voilà sur Oasis, accessible à d’autres

Vous pouvez adresser vos textes à OASIS

en utilisant le Formulaire de contact

en précisant si vous le souhaitez, nom, prénom, pseudo, date,

lieu...


Près du canal St Martin

J’ai croisé une statue de cire

Debout, une bouteille à la main

Le regard accroché au pire

Paris. Novembre 2001






vendredi 10 janvier 2014
Lula fait des pâtes
Francis NURBEL


Lula fait des pâtes. C’est toujours bon les pâtes. Elle a acheté en promotion de la sauce napolitaine au supermarché, en bas, à la ville, par paquet de six. Elle est cinquante pour cent moins cher. Lula est une femme d’affaires des promotions. Elle étudie toutes les semaines les prospectus à la recherche des prix les plus bas du marché. Carrefour Market, Intermarché, Casino Géant, (...)

 


samedi 21 janvier 2012
Une saison pas comme les autres
Véronique DELORD


Soudain la lumière est vigoureuse, insolente ! Le soleil s’est imposé sans crier gare Sous ses feux s’illuminent une à une De tendres étoiles de verdure Perles timides, bientôt flamboyantes Oasis au sein des frondaisons noires de l’hiver Figées par le gel, la neige et la brume Il faut cette nudité vaincue Ce dépouillement inouï dans les fouillis sombres Pour que surgisse de (...)

 


lundi 28 mai 2007
La rue selon Pablo Neruda
Véronique DELORD


\"La rue était ma religion. La rue birmane, la ville chinoise avec ses théâtres en plein air, ses dragons de papier et ses lanternes magnifiques. La rue hindoue, la plus humble, avec ses temples qui constituaient le commerce d’une caste et ses pauvres consternés au-dehors dans la boue. [...] Les rues tortueuses où passaient en ondulant les femmes birmanes, avec à la bouche, un long (...)

 


lundi 23 avril 2007
Boulevard de la Mer
Véronique DELORD


Ni rue ni boulevard ni avenue Depuis le port c’est la mer qui continue Flèches d’église se dressant sur son passage Ici plus d’orage Le ressac agrandit la main tendue jusqu’aux faubourgs Un bras de mer va chercher loin sa cour Loin dans sa ville et décide Historiquement timide Remplace un à un les coquillages Plage après (...)

 


jeudi 5 avril 2007
CHIENNE DE VIE !
Véronique DELORD


Il arpentait les allées de long en large et je l’avais aperçu de loin en train d’interpeller quelques passants. Comme j’arrivais devant lui, il me demanda une pièceque je n’avais d’ailleurs pas sur moi. Je pensais qu’il allait alors peut-être m’insulter, me traiter de tous les noms d’oiseaux, hurler ses bleus à l’âme ou bien se renfrogner, (...)

 


jeudi 7 décembre 2006
Autant de petits bouts de verre
Véronique DELORD


La misère promène ses ombres mortelles dans les rues : les clochards ont plus de classe une bouteille de mousseux à la main. Au grand banc quai de la rue, la misère a ses fous déambulant entre les rails du tramway déjà fantôme. De la pitié à la piété, ce qu’il en faut des verres ! La misère a toujours les mêmes gestes et s’écroule dans la rue, dort devant les portes cochères, (...)

 


dimanche 9 avril 2006
En-bas d’chez moi
Véronique DELORD


Il était là avec sa couverture Son bazar, ses excréments, sa biture Dans pas d’chaussures une chaussette sur deux Com’ si lui n’pouvait pas être si frileux Les containers surtout à portée d’main Pour vider la bouteille des grandes faims Il était là plein d’idées soliloques Ses façons d’nulle part bien d’une autre époque Ses bourrages de crâne , ses (...)

 


samedi 11 mars 2006
Visite à Patrick
Charlotte


Hier soir, petite balade à la rencontre de nos amis de la rue. Première destination : Boulevard des D., petit « espace maison » de Patrick. « Bonsoir Patrick ». Il vient de se bastonner avec 2 types, la main ensanglantée, un peu énervé, un peu tristounet. Comme il dit, « Faut pas avoir mal dans la vie ». On discute, il me propose de m’asseoir sur sa couverture posée sur le fauteuil. A (...)

 


samedi 11 mars 2006
Visite à André
Charlotte


Ce soir, nous allons rendre visite à André. Arrivées au parking rue K., on l’aperçoit de dos, avec son bonnet et sa démarche qui lui sont si particuliers. « André, bonsoir, vous vous souvenez ? ». Oui, André se souvient, difficilement, mais il se souvient. On discute 2-3 mn pour recadrer notre présence. Nous ne l’avions pas vu depuis un petit temps, nous en profitons pour lui (...)

 


samedi 11 mars 2006
Il aurait fallu...


A Michel Pour le voir il aurait fallu regarder. Mais pas seulement... Il aurait fallu entendre ce qu’il ne disait plus. Il aurait fallu croire qu’on y pouvait quelque chose... Que la misère d’un seul, c’était la misère de tous. Se rappeler qu’au commencement nous étions frère d’humanité. Lui, avec sa main tendue, geste muet du quotidien, il aurait su nous (...)

 


mercredi 18 janvier 2006
Ca roule
Véronique DELORD


Elle roule elle roule Elle dévale la rue Ralentit. Hésite. Repart Un bruit qui n’en finit pas Un bruit qui court et résonne Une bouteille venue de nulle part Qui s’enfonce dans la nuit du sud Une bouteille de bière qui rejoint toutes les autres bouteilles En goulets de tristesse Pour un samedi noir Il faut en passer par là Demain, c’est dimanche On met l’ivresse où on (...)

 


dimanche 24 juillet 2005
Le Meilleur
Véronique DELORD


On sort sur le trottoir une table, des tréteaux, quelques bouteilles de mousseux, des eaux qui piquent, et on invite tous ceux qui passent, à pied, en voiture. JL sonne du cor ou de la trompette : c’est un apéritif de rue. A toutes les saisons, on se prend à partager, pour un anniversaire, un départ, un emménagement, un prétexte. Tout le monde est convié, du plus jeune au plus vieux, (...)

 


dimanche 24 juillet 2005
Bar matinal
Véronique DELORD


Bar matinal - Musique orientale Festival sonore au petit jour De quoi relever le nez de l’asphalte laqué de frais Un homme jeune roule des hanches féminines pour un homme autre Nuit déjà blanche. En attendant que le feu passe au rouge A travers la vitrine Une dame à l’embonpoint affirmé a maugréé, agitée et excédée : « Ceux-là, ils envoient leurs femmes bosser ! Et pendant ce (...)

 


dimanche 24 juillet 2005
Paris / Marseille
Véronique DELORD


On croirait Paris Et pourtant c’est Marseille Cet air d’accordéon Soudain Pari d’un soir Novembre 2004

 


dimanche 24 juillet 2005
J’aime ma rue
Véronique DELORD


J’aime ma rue Et ma rue m’aime J’écris pour elle Pour être sûre De ne jamais complètement la détester De lui garder mes indulgences Elle qui ne brille pas du matin au soir Qui prend son bain quand on y pense Elle qu’on décore quand elle n’a rien demandé Elle qui ne dort jamais Elle, ma rue Aile que j’aime ? juillet (...)

 


jeudi 10 mars 2005
Un soir de réveillon, Nanou...


C’était le soir du réveillon de Noël, je sortais du CHRS où je venais de passer la soirée avec eux, les exclus, les perdus, les sans rien... Une belle soirée faite de petits détails qui avaient fait toute la différence ! De la musique, des fleurs, un bon repas et, une fois n’était pas coutume, du vin ! Je m’en retournais chez moi, sereine et heureuse des sourires échangés et (...)

 


lundi 8 novembre 2004
Après le bain
Véronique DELORD


Elle portait un sac plus lourd qu’elle Celui des vêtements que l’on amène Pour-après-le bain-au-hammam. Elle souriait. Enfant Marseille, avril 2004

 


lundi 8 novembre 2004
ça roule
Véronique DELORD


Elle roule Elle roule Elle dévale la rue Ralentit. Hésite. Repart Oui, c’est un bruit qui n’en finit pas Un bruit qui court et résonne Une bouteille venue de nulle part Qui s’enfonce dans la nuit du sud Une bouteille de bière qui rejoint toutes les autres bouteilles En goulets de tristesse Pour un samedi noir Il faut en passer par là Demain, c’est dimanche On met (...)

 


dimanche 19 septembre 2004
Et Rémi
Yves-Marie Nihouarn


Et Rémi… L’homme s’est adressé à moi. A peu près mon âge. Vêtu comme je pourrais l’être. Vous n’auriez pas une cigarette ?… Je ne refuse pas une cigarette. C’est un moment d’attention au monde que l’autre m’offre de partager. … parce que j’ai pas touché le RMI, s’excuse-t-il. Et de me prêter à son tour attention : (...)

 


samedi 26 juin 2004
Partage
Yves-Marie Nihouarn


Square de Verdun. Sous l’allée de magnolias, en fin de floraison. Sur un banc, deux clochards. Une boîte de camembert, un morceau de baguette. Celui qui compose son sandwich dit à l’autre : On partage... T’appelles ça partager toi ? Moi j’appelle ça me prendre pour un con ! Les enjeux de société n’abandonnent aucun lieu. Paris, (...)

 


mardi 27 avril 2004
L’engin
Yves-Marie Nihouarn


L’engin Flanquée de quatre énormes pneumatiques, la carapace rouge rutilante est emmanchée d’un bras pliant gigantesque terminé par une nacelle. Un homme y est perché qui commande le tout. L’engin, au carrefour de la rue d’Hauteville et des Messageries, en impose. Verticalement, il peut atteindre le faîte de l’immeuble. Horizontalement, enjamber le canal (...)

 


mardi 6 avril 2004
L’addition ! & Remboursement de générations
Joël PLANTET


L’addition Larmoyante et cassée en deux, la vieille femme mendie dans la rame. À la station Jaurès, elle descend sur le quai ; simultanément, un homme monte faire la manche. Assis en face de moi, un pépère moustachu : « c’est plus possible, non c’est plus possible, deux dans le RER, deux dans le métro, et je suis sûr que c’est pas fini, tiens je vais les compter, je (...)

 


jeudi 1er avril 2004
LAVOISIER
Véronique DELORD


Dans un éclat de lumières fluides, la couleur bleu attire tout d’abord le regard. Un bleu, familier. Flash de couleurs métalliques au milieu de l’eau, noire : radeau étrange, figé. Flaque magique. En s’approchant, on découvre dans la tache azur un amas singulier de sacs poubelle pris dans un enchevêtrement de détritus végétaux et de canettes de coca. La beauté nous surprend (...)

 


mercredi 31 mars 2004
Anka
Véronique DELORD


Anka. Petite roumaine de Marseille. Porteuse d’eau et de coca. Le soir, marchande de roses. Anka, lumière de squats.

 


mercredi 31 mars 2004
Le pire et le meilleur
Véronique DELORD


Le pire et le meilleur C’est l’heure où le sommeil règne encore sur la grande ville de Marseille. C’est aussi celle où les « jeunes errants », comme on les appelle, plongent à pleines mains dans les containers d’ordures pour se nourrir. J’en ai croisé un tout à l’heure dans ma rue - à deux pas de la Canebière. ...Familles de réfugiés dormant dans des (...)

 


samedi 13 mars 2004
Afrique
Véronique DELORD


Entre le métro et la sortie Marche après marche Ses pieds nagent dans des souliers sans lacets Sa voix fredonne Ses hanches cadencent Un pays d’Afrique Paris, Mars 2004

 


samedi 5 avril 2003
Témoignage
Charles SÉGALEN


Depuis la salle d’audience on pouvait voir le bleu du ciel gagner en luminosité au fur et à mesure que les ventilateurs nucléaires, remis en activité, allégeaient l’atmosphère. Leur sourd vrombissement parvenait presque à étouffer les slogans des manifestants qui s’étaient rassemblés à nouveau au nom de l’instauration d’un droit interplanétaire : la ventilation (...)

 


dimanche 9 décembre 2001
PN
Véronique DELORD


Sur l’immense avenue du Prado, De sa bouche édentée et avec de grands gestes, Un vieillard invective une affiche grandeur nature. Un père Noël sur son nuage, fidèle au rendez-vous. Mais pas pour tout le monde. Chagrin d’enfant. Colère légitime. Le père Noël transporte dans sa hotte plus que des jouets. Des attentes, des espoirs déçus. Une fracture de l’invisible. Marseille (...)

 


jeudi 27 juin 1996
Dix balles
Yves-Marie Nihouarn


Le routard s’est approché de moi alors que j’accostais ma vieille bécane - elle n’a plus de béquille - à la façade de la gare. T’as pas dix balles ? Non, et toi ? Ah non, là je suis vraiment raid. Quimper, 1996.

 







 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Enquête métier
Recherche de stage gratifiable
CDI ASS
référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |