Un regard...
en 653 articles
et 370 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









jeudi 28 février 2002
Dénoncer les maltraitances institutionnelles ?
Des prud’hommes et un tribunal administratif tranchent de manière différente...
par Jean-Pierre BARTHOLOMÉ


Annie Rebout, conseillère d’éducation et déléguée syndicale (CGT) à la Maison Jean-Marie Vianney, ainsi que trois de ses collègues ont été licenciés en décembre 1999 par la Fondation des orphelins apprentis d’Auteuil qui leur reprochait d’avoir porté préjudice à l’établissement en dénonçant au parquet et au Conseil général, des faits graves de violence à l’encontre des jeunes placés que la direction déclarait totalement mensongers.


Considérant que les destinataires de ce signalement avaient vocation à être tenus informés d’éventuels faits répréhensibles, le Conseil de prud’hommes de Vienne a jugé trois de ces licenciements dépourvus de cause réelle et sérieuse et il a condamné la Fondation des OAA à verser quelque 800 000 francs d’indemnités aux éducateurs licenciés. La Fondation n’a pas interjeté appel de ce jugement. Le tribunal administratif de Grenoble a statué autrement quant au refus de licenciement prononcé par l’inspection du travail en ce qui concerne la déléguée syndicale : estimant suffisamment grave le manquement au devoir de réserve, le tribunal juge le licenciement justifié.

Le contrat de travail des éducateurs contenait une clause relative au secret professionnel, aux termes de laquelle le salarié s’engageait « à ne divulguer aucune information, de quelque nature que ce soit, concernant la Fondation les orphelins apprentis d’Auteuil et les personnes travaillant ou collaborant au sein de cette fondation ».

Le Conseil de prud’hommes a toutefois jugé que « La dénonciation d’infractions visées par les articles 434-1 et suivants Code pénal ne peut être retenue comme une faute de nature à justifier un licenciement disciplinaire » en considérant que les faits dénoncés étaient relatifs à des violences concernant des mineurs visés par l’article 434-3 du Code pénal qui érige en infraction « le fait, pour quiconque ayant eu connaissance de privations, de mauvais traitements ou d’atteintes sexuelles infligés à un mineur de quinze ans ou à une personne qui n’est pas en mesure de se protéger (...), de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives ». Cet article 434-3 vise « quiconque » alors que les professionnels tenus au secret par l’article 226-13 du code pénal sont exemptés de cette obligation dite citoyenne ; ils ont cependant la faculté - non l’obligation - de révéler les faits de maltraitance (voy. encadré).

Que peut-on révéler ?

S’il considère également que « l’obligation de discrétion professionnelle ne peut faire obstacle au devoir de signalement prévu par code pénal », le tribunal administratif de Grenoble retient toutefois deux motifs pour annuler le refus de licenciement, à savoir :

- d’une part le fait d’avoir, dans un rapport aux autorités, révélé plus que ce que prévoit la loi comme exception (de stricte interprétation) à l’obligation de discrétion alors que, estime le tribunal, « les faits signalés doivent être susceptibles de constituer un crime ou un délit contre l’intégrité corporelle ou constituer des privations, des mauvais traitements ou atteintes sexuelles infligés à un mineur de quinze ans ou à une personne qui n’est pas en mesure de se protéger, ce qui n’est pas le cas de la mention de punitions infligées aux pensionnaires de l’établissement, de certains comportements des jeunes, ou de dysfonctionnements de l’institution » ;

- et d’autre part de n’avoir pas étayé suffisamment ceux des faits dénoncés qui auraient pu justifier un signalement.

Ce jugement (frappé d’appel) est choquant dans la mesure où il réduit les faits dénoncés à de simples punitions à l’égard des jeunes quand il s’agissait de violences dont le parquet n’a pas voulu ou pu établir la réalité ou la qualification alors que l’on ne peut exiger des éducateurs qu’ils se transforment en officiers de police judiciaire avant de signaler des faits qui posent un problème grave. Au surplus, les dysfonctionnements institutionnels qui intéressent les autorités administratives de tutelle habilitées à recevoir des informations peuvent être constitués par des « mauvais traitements » ou « privations » répréhensibles dans une acception moins stricte que celle retenue par le tribunal de Grenoble qui s’est érigé en quasi juridiction pénale. Le guide méthodologique « Prévenir, repérer et traiter les violences à l’encontre des enfants et des jeunes dans les institutions sociales et médico-sociales » clarifie la mission d’inspection qui « ne recherche pas les preuves de culpabilité » mais s’assure de « l’absence de danger » pour les mineurs et « des capacités de l’institution à poursuivre la prise en charge ».

Une loi généreuse mais peu utile ?

La protection des professionnels qui signalent des faits de maltraitance a été améliorée par la loi du 16 novembre 2001 qui insère dans le code de l’action sociale et des familles un article L. 315-14-1 ainsi rédigé : « Dans les établissements et services mentionnés à l’article L. 312-1, le fait qu’un salarié ou un agent a témoigné de mauvais traitements ou privations infligés à une personne accueillie ou relaté de tels agissements ne peut être pris en considération pour décider de mesures défavorables le concernant en matière d’embauche, de rémunération, de formation, d’affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement du contrat de travail, ou pour décider la résiliation du contrat de travail ou une sanction disciplinaire ».

Il n’empêche que le salarié devra toujours apporter la preuve qu’il est sanctionné pour avoir témoigné quand les directions invoqueront un autre motif, ce qui ne sera pas bien compliqué dans les institutions où sévissent maltraitance et loi du silence et qui sont justement celles qui emploient un personnel peu qualifié duquel on n’a guère exigé de compétences mais auquel on trouvera de ce fait toujours bien à reprocher l’une ou l’autre faute grave... Tant que l’administration ne disposera pas d’effectifs et de moyens juridiques ou techniques suffisants pour exercer sa tutelle, ce genre de législation risque de relever longtemps du voeu pieux...

Nous reviendrons bien entendu sur ce sujet qui mérite de plus amples développements.

Les éducateurs sont tenus au secret professionnel !

Dans l’espèce concernant les salariés de la Maison Jean-Marie Vianney, il est question de « devoir de discrétion » et il ne s’agit donc pas du secret professionnel proprement dit, lequel est destiné à garantir l’exercice de certaines professions en établissant la confiance des usagers et non à protéger les institutions des contrôles... En se référent à un arrêt rendu par la cour de cassation sous l’empire de l’ancien code pénal (crim 4 novembre 1971, bull crim n° 301), le Conseil de prud’hommes de Vienne a cru pouvoir affirmer que les éducateurs ne seraient pas soumis au secret professionnel visé par l’article 226-13 du code pénal, ce en quoi il a fait erreur, tous les auteurs enseignant désormais que les éducateurs, a fortiori ceux qui collaborent aux missions de l’Aide sociale à l’enfance ou de la Protection judiciaire de la jeunesse, sont strictement tenus au secret professionnel ce qui n’empêche que, sans y être obligés, ils soient autorisés, en vertu de l’article 226-14 du code pénal à révéler certains secrets, les sanctions n’étant pas applicables à celui qui « informe les autorités judiciaires, médicales ou administratives de privations ou de sévices, y compris lorsqu’il s’agit d’atteintes sexuelles dont il a eu connaissance et qui ont été infligés à un mineur de quinze ans ou à une personne qui n’est pas en mesure de se protéger en raison de son âge ou de son état physique ou psychique ».

Post-Scriptum

Article paru dans le JOURNAL DU DROIT DES JEUNES. - N°209. - Novembre 2001.










Canicules 2019 : les enseignements tirés pour les prochaines saisons estivales
Informations pratiques relatives au dépôt des dossiers et aux avenants
Déplacement Christelle DUBOS à Nancy
 



# Dans la même RUBRIQUE
12 Articles

Avant l’acte III de la décentralisation...
Action sociale : vers un renouveau de la solidarité hors restrictions budgétaires
L’action sociale : boulet financier ou renouveau de la solidarité
Demain, quelles politiques sociales ?
L’institution incertaine du partenariat
La mutualité, grande oubliée de l’histoire sociale ?
Jacques Guyomarc’h, mort d’un porteur d’espoir
Interview du directeur général de l’action sociale
Un petit pas de l’administration pour un grand progrès virtuel pour les usagers ?
L’inspection - contrôle revient
La loi rénovant l’action sociale et médico-sociale
Décentralisation et action sociale, l’âge de la maturité


# Du même AUTEUR
7 Articles

Mettre en place, en institution, une activité d’éducation affective et sexuelle
Faut-il décentraliser la P.J.J. pour éviter son naufrage ?
L’avis du commissaire du gouvernement
Action juridique et sociale : oser le conflit, gérer le contentieux
Claude Roméo analyse les relations entre parents, enfants et professionnels
Claude Roméo et l’impossible synthèse
Le Médiateur de l’Education nationale, un relais pour les services socio-éducatifs ?


Retrouvez également

Le JOURNAL DU DROIT DES JEUNES - Revue d’Action Juridique et Sociale




Les derniers numéros mis en ligne :
Numéro 2017/8 - N° 368-369-370 - Papa, maman, l’ASE et moi
Page 5 à 13 : Maryline Bruggeman - Le cadre juridique explicite : l’autorité parentale et la notion d’actes usuels | Page 14 à 19 : Claire Neirinck - La remise en cause implicite du cadre juridique : l’article L. 223-1-2 du Code de l’action sociale et des familles | Page 20 à 25 : Robert Lafore - L’enfant confié à l’aide sociale à l’enfance - Le renforcement du rôle de l’ASE - Le projet pour l’enfant (PPE) | Page 26 à 28 : Christophe Magne - Quelques observations sur l’accompagnement et le contrôle par l’Aide sociale à l’enfance au prisme de la loi du 14 mars 2016 | Page 29 à 36 : Laurence Bellon - Le poids des mots, le choc du réel ou quelles garanties donner aux enfants en danger confiés à l’ASE ? | Page 37 à 45 : Valérie Doumeng - L’enfant délaissé et l’aide sociale : les notions nouvelles La notion de délaissement et l’incidence de la loi du 14 mars 2016 sur le dispositif légal de contrôle et de sanction de l’autorité parentale | Page 46 à 58 : Jacqueline Pousson-Petit - L’accueil bénévole et durable d’un enfant par un tiers. Le droit français confronté à un ensemble de modèles | Page 59 à 62 : Thomas Cascales - L’enfant délaissé et l’aide sociale : le délaissement suivi d’un placement bénévole et durable : vers une nouvelle situation d’adoptabilité ? L’adoption est-elle une réponse adaptée à la souffrance et aux besoins de l’enfant délaissé ? | Page 63 à 74 : Claire Neirinck - L’adoption peut-elle devenir un mode de protection de l’enfant ? | Page 75 à 80 : Marine Crémière - La prostitution et l’exploitation sexuelle des mineurs en France | Page 81 à 82 : Hélène Cornière - Touche pas à mes droits ! Le rapport du Défenseur des droits « Lutte contre la fraude aux prestations sociales : à quel prix pour les droits des usagers ? » | Page 83 à 84 : - Les « petites » gens ont une histoire. Elle est racontée dans le rapport du Défenseur des droits | Page 85 : - Défenseur des droits. Lutte contre la fraude aux prestations sociales : à quel prix pour les droits des usagers ? Synthèse des principales recommandations | Page 86 à 88 : Colette Duquesne - L’accès des personnes à leurs droits fondamentaux enfin inscrit dans la définition du travail social - Remerciements et appel à contributions | Page 89 : Hélène Cornière - Résistance à chaque instant | Page 90 : - Une résistance difficile - Lettre à la chef d’une association d’aide à l’enfance | Page 91 à 93 : La Brique, journal local de critique sociale - Lutter contre le néo-libéralisme - Contrat à impact social : rentabiliser la misère | Page 94 : Christian Dulieu - Petites Poucettes et mineurs isolés (humeur) | Page 95 à 97 : Collectif pour une éthique en travail social - Constats alarmants et propositions alternatives | Page 98 : Par l’équipe du SUPAP-FSU Services sociaux parisiens : pressions et mutations | Page 99 à 101 : Jean-Luc Rongé - Résister à la violence institutionnelle | Page 102 à 104 : Christophe Daadouch, Laurent Puech - Enquêtes non sociales à la demande de la préfecture : les services départementaux détournés du droit et de leur fonction | Page 105 à 106 : SUPAP - FSU La Cellule de prévention de la radicalisation et d’accompagnement des familles (CEPRAF) : assistantes de police sociale ? | Page 107 à 110 : Pourquoi l’IRE ? L’Association Inter REgionale des formatrices et formateurs en travail social | Page 111 à 112 : Julien Parent - Les formateurs aussi s’insurgent - Quelle alternance pour quelle formation ? | Page 113 à 115 : Jérôme Rigaut - Résister, c’est jouer collectif | Page 116 à 118 : SUPAP - FSU Règlement départemental d’Aide sociale à l’enfance : un enfant à la rue est un enfant en danger ! | Page 119 à 120 : Hélène Cornière - Résistance : point de vue. Entretien avec Natacha Chartier (ANPASE) | Page 121 à 122 : Hélène Cornière - Des assistantes familiales en mouvement | Page 123 à 126 : Colette Duquesne - Merci Préfet ! Ou comment les réquisitions citoyennes des travailleurs sociaux de Toulouse sortent par dizaines les familles de la rue | Page 127 : Christine Davoudian - Familles en errance, invisibles et sans droits ? Lettre au Défenseur des droits, à la Défenseure des enfants | Page 128 à 129 : Slimane Touhami, Anne Maslanka - La, maison Goudouli : innover dans l’accompagnement des grands précaires | Page 130 à 131 : Ibtissam Bouchaara - « Résister aux atteintes des droits fondamentaux, résister pour les mineurs isolés » | Page 132 à 133 : Hélène Cornière - Faire face - Entretien avec Pierre Linguanotto du Collectif parisien pour les mineurs et jeunes isolés étrangers (CPMJIE) | Page 134 à 135 : Julien Bricaud, Caroline Thibaudeau - Mineurs non accompagnés : préoccupation institutionnelle et préoccupation éducative | Page 136 à 145 : Jean-Luc Rongé - Mineurs isolés étrangers : le plan de cinq jours | Page 146 à 152 : Corentin Bailleul - Publication d’un rapport d’information du Sénat relatif à la prise en charge (au rabais) des mineurs non accompagnés. Commentaire critique du rapport d’information du Sénat 28 juin 2017 sur la prise en charge sociale des mineurs non accompagnés | Page 153 à 156 : - Défenseur des droits - Rapports - Droits de l’enfant en 2017 (extrait). « Au miroir de la Convention des droits de l’enfant » | Page 157 à 189 : - Droit des étrangers | Page 189 à 191 : - Droit pénal des mineurs.
 

Numéro 2017/8 - -
Page 5 à 13 : Bruggeman - | Page 14 à 19 : Neirinck - | Page 20 à 25 : Lafore - | Page 26 à 28 : Magne - | Page 29 à 36 : Bellon - | Page 37 à 45 : Doumeng - | Page 46 à 58 : Pousson-Petit - | Page 59 à 62 : Cascales - | Page 63 à 74 : Neirinck - | Page 75 à 80 : Crémière - | Page 81 à 82 : Cornière - | Page 83 à 84 : - | Page 85 : - | Page 86 à 88 : Duquesne - | Page 89 : Cornière - | Page 90 : - | Page 91 à 93 : de critique sociale - | Page 94 : Dulieu - | Page 95 à 97 : en travail social - | Page 98 : | Page 99 à 101 : Rongé - | Page 102 à 104 : Daadouch, Puech - | Page 105 à 106 : | Page 107 à 110 : | Page 111 à 112 : Parent - | Page 113 à 115 : Rigaut - | Page 116 à 118 : | Page 119 à 120 : Cornière - | Page 121 à 122 : Cornière - | Page 123 à 126 : Duquesne - | Page 127 : Davoudian - | Page 128 à 129 : Touhami, Maslanka - | Page 130 à 131 : Bouchaara - | Page 132 à 133 : Cornière - | Page 134 à 135 : Bricaud, Thibaudeau - | Page 136 à 145 : Rongé - | Page 146 à 152 : Bailleul - | Page 153 à 156 : - | Page 157 à 189 : - | Page 189 à 191 : - .
 

Numéro 2017/4 - -
Page 4 à 5 : Cornière - | Page 6 : Cornière - | Page 7 à 17 : Pottier - | Page 18 à 19 : - | Page 20 à 22 : Rosenczveig - | Page 23 : Bruel - | Page 24 à 25 : Belorgey - | Page 25 à 26 : Cornière - | Page 26 à 27 : Cornière - | Page 28 à 29 : Cornière - | Page 30 à 31 : Minart - | Page 32 à 34 : Bazzana - | Page 35 : Chazy - | Page 36 à 37 : - | Page 38 à 41 : - | Page 42 à 45 : Pretceille - | Page 46 à 47 : Bernard - | Page 48 à 54 : Anastassi - | Page 55 à 56 : Speckin - | Page 57 à 66 : Dubois - | Page 67 à 69 : Bellone - | Page 70 à 71 : Bellone - | Page 72 à 74 : Rongé - | Page 75 à 80 : Baranger, Bonelli, Pichaud - | Page 81 à 82 : Daadouch - | Page 83 à 88 : - | Page 89 à 90 : - | Page 91 : - | Page 94 à 97 : - | Page 98 à 103 : - | Page 104 à 107 : Cornière - | Page 108 à 109 : - | Page 110 : - | Page 111 à 121 : Moro, Brison - | Page 122 à 126 : - .
 

Numéro 2017/6 - -
Page 7 à 9 : Minette - | Page 10 à 13 : - | Page 14 à 15 : Cornière - | Page 16 : Cornière - | Page 17 à 23 : Bernardot - | Page 24 à 27 : Chalier - | Page 28 à 32 : Vieitez - | Page 33 : Vieitez - | Page 34 à 38 : - | Page 39 à 44 : Daadouch - | Page 45 à 49 : Cugola - | Page 50 à 51 : Rohrbach, Luisier - | Page 52 à 53 : Bellone - | Page 54 à 60 : - | Page 61 à 71 : - | Page 72 à 74 : Rosenczveig - | Page 75 à 82 : Filippi - | Page 83 à 90 : - | Page 91 à 104 : - | Page 105 à 109 : - | Page 109 à 112 : - | Page 113 à 121 : - .
 

Numéro 2017/6 - N° 366-367 - École : marchandisation, décrochage, discipline
Page 7 à 9 : Alice Minette - La marchandisation de l’éducation va bon train... et en laisse beaucoup sur le quai | Page 10 à 13 : - Appel de la société civile francophone contre la marchandisation de l’éducation | Page 14 à 15 : Hélène Cornière - Décrochage scolaire : une fatalité ? | Page 16 : Hélène Cornière - Rencontre avec une classe relais | Page 17 à 23 : Marie-José Bernardot - Ouvrir l’école aux parents immigrés pour la réussite des enfants (OEPRE) : un dispositif innovant pour favoriser la réussite scolaire des enfants de l’immigration, resté dans l’ombre | Page 24 à 27 : Pierre Chalier - Le lieu, mais la formule ? À propos de l’orientation | Page 28 à 32 : Alexandrine Vieitez - Le pouvoir disciplinaire en milieu scolaire, un pourvoyeur de la délinquance juvénile ? | Page 33 : Alexandrine Vieitez - Les Conseils de discipline, homologuateurs des décisions d’exclusion | Page 34 à 38 : - Code de l’éducation - Discipline Enseignement du second degré | Page 39 à 44 : Christophe Daadouch - Maltraitance au sein des établissements sociaux et médico-sociaux et levée du secret : derniers développements | Page 45 à 49 : Umberto Cugola - De la contrainte judiciaire à l’étreinte éducative : la voie étroite | Page 50 à 51 : Sophie Rohrbach, Joëlle Luisier - Quand lutter contre la maltraitance des enfants en institution passe par la bien-traitance des professionnels | Page 52 à 53 : Florence Bellone - Royaume-Uni. Le gosse et l’argent du gosse | Page 54 à 60 : - Direction de la Protection judiciaire de la jeunesse. Note du 24 décembre 2015 relative à la prévention et la gestion des situations de violence au sein des établissements et services de la protection judiciaire de la jeunesse (NOR : JUSF1532612N BOMJ N˚ 2016-01 DU 29 JANVIER 2016 - JUSF1532612N) | Page 61 à 71 : - Protection judiciaire de la jeunesse - La contenance éducative Document thématique a l’appui des pratiques professionnelles de la contenance éducative. Direction de la Protection judiciaire de la jeunesse - Sous-direction des missions de protection judiciaire et d’éducation Bureau des méthodes et de L’action éducative - 2017 | Page 72 à 74 : Jean-Pierre Rosenczveig - Emprisonnement des mineurs - Alerte danger : les réponses sociales se tendent | Page 75 à 82 : Jessica Filippi - Justice restaurative des mineurs : une combinaison difficile entre les principes du droit protectionnel et les processus criminologiques | Page 83 à 90 : - Circulaire du 15 mars 2017 relative à la mise en œuvre de la justice restaurative applicable immédiatement suite aux articles 10-1, 10-2 et 707 du Code de procédure pénale, issus des articles 18 et 24 de la loi N˚ 2014-896 du 15 août 2014 NOR : JUST1708302C | Page 91 à 104 : - Droit scolaire | Page 105 à 109 : - Maltraitance | Page 109 à 112 : - Droit pénal des mineurs | Page 113 à 121 : - Protection judiciaire de la jeunesse.
 



# A voir sur le WEB
5 Références

ARF - Association des Régions de France
 

ANDASS - Association Nationale des Directeurs d’Action Sociale et de la Santé des Conseils Généraux
 

ANCASD - Association Nationale des Cadres de l’Action Sociale Départementale
 

ANDGDGARD - Association Nationale des Directeurs Généraux et Directeurs Généraux Adjoints des Régions et Départements
 

ADF - Assemblée des Départements de France
 



1 Message

  • > Des prud’hommes et un tribunal administratif tranc 18 avril 2002 08:40, par AM MARTINEZ

    Que font les associations professionnelles par rapport à ces dérives prévisibles ?

    Est-ce praticable pour le(s) salarié(s) concerné(s) de travailler avec une hiérarchie qui ne respecte pas la légitimité de leur intervention ?

    Tout le monde s’est offusqué des dysfonctionnements mis en lumière par l’affaire des "disparues d’Auxerre" : je me demande si cela a vraiment permis de faire évoluer la conscience des réalités.

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

2 mai 2019
Définition du Travail Social
L’amour de l’autre, c’est du christianisme. L’amour de l’outre, c’est de l’alcoolisme. Le travail social vise seulement à l’accueil inconditionnel, et (...)

5 avril 2019
Un médiateur des personnes en situation de handicap
Bonjour Je recherche les coordonnées du médiateur du handicap dans les Alpes Maritimes

23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Un éléve exclu par conseil de discipline peut-il revenir des son établissement avec sa famille. Pour voir l’assistante sociale. Le chef (...)


23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Suite une bagare aux abords de l’établissement, l’un des eleves a sortit un couteau. Voyant la tournure des choses il le jette par terre. L’ autre (...)

15 mars 2019
Avis du CSTS relatif au fonctionnement des commissions et instances chargées d’étudier les situations individuelles
Qu’en est-il des rapports pour la ccapex, la personne expulsée ne se présente pas au rendez-vous, on me demande de rédiger les éléments connus de la (...)

23 février 2019
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Etant une victime d’une escroquerie financière et d’abus de confiance sur le site FC MINAGE je leur ai donné 30300 et je devais récuperer soit disant (...)


besoin d'aide
Recherche de stage
Recherche de Stage
Recherche de stagiaire
candidature pose de coordinatrice micro-crè ...
responsabilité professionnelle protection d ...
Besoin d’aide [2]
Recherche un stage AS
Urgent - postes à pourvoir au CHU de Bordea ...
OFFRE DE STAGE AUX ETUDIANTS ÉDUCATEURS SP ...
une équipe pour sortir les personnes âgée ...
poste Assistant social psychiatrie paris 12
recherche documentation [3]
Stage conseillère en économie sociale et f ...
Educ en prévention spécialisée [1]
Dernier document mis en ligne

Programme des Journées du M.A.I.S. Tarifs - Repas - Hébergements Bulletin d’inscription

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2019

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |