Un regard...
en 647 articles
et 363 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
LE SOCIOGRAPHE - Recherches en travail social - Revue publiée par l'Institut Régional du Travail Social du Languedoc-Roussillon








mardi 29 juillet 2008
L’action sociale anesthésiée ?
Reprenons collectivement l’initiative

par François CHOBEAUX


Qui sommes-nous ?
Nous sommes tous actifs dans les métiers de l’action sociale, au sens large.
Salariés sur fonds publics et exigeant légitimement d’en vivre décemment, nous n’avons pas choisi cette voie pour faire du « business », mais par souci d’humanité et de justice.
Beaucoup d’entre nous sont quotidiennement au contact direct des gens qui souffrent et qui ont des besoins ou des demandes spécifiques. Chaque jour, ils posent des actes professionnels. Ce ne sont pas des métiers d’ « exécution », mais d’initiative et de responsabilité.


Aujourd’hui, cinq ans après les états généraux de 2004, où en sommes-nous ?

De manière générale, la situation des classes exclues, pauvres ou marginalisées, de même que celle des jeunes s’aggrave.

Les salaires stagnent par rapport aux revenus du capital.

Alors le social trinque et il trinquera demain plus encore. Pourtant protégé par la Constitution, il est devenu une variable d’ajustement. Alors que notre pays est riche ! C’est donc une affaire de choix politiques et tout spécialement de choix de politique sociale.

La relance par le haut prônée par l’actuel gouvernement est sans effet économique tangible. On assiste au contraire à un renforcement des inégalités et à un recul global des systèmes de redistribution et de partage de la richesse.

Voyons cela plus en détail.

- Les gouvernants ne se cachent même plus pour prétendre que les pauvres coûtent trop cher et pour dénoncer les soi-disant fraudeurs. Ils ne se cachent pas non plus pour mépriser les travailleurs sociaux, du secteur public comme du secteur associatif. La privatisation des parcours vers l’emploi n’est pas loin. Elle est même déjà là !

- Les juges pour enfants, les psychiatres et autres spécialistes voient leurs pratiques professionnelles devenir des espaces d’« optempérance ».

- La police s’est accaparée le dossier de la délinquance au détriment de la Justice. Les jeunes récidivistes sont désespérants pour la sécurité publique et l’éducatif est vilipendé pour ne pas être assez « performant ». Apparaissent des fichiers dangereux pour les libertés comme Edwige. La Justice contracte désormais avec Bouygues qui promet des résultats et accède ainsi au marché public des prisons.

- La Protection judicaire de la jeunesse est renvoyée au pénal et la protection civile des enfants aux départements, plus soumise que jamais aux variations et aux limites des politiques locales, sans garanties pour les libertés publiques.

- Dans les établissements spécialisés du secteur médico-social, de plus en plus soumis à la frénésie gestionnaire (efficacité, efficience, qualité, évaluation, concentration, CPOM), les listes d’attente s’allongent et la solution du maintien voire du retour au domicile, par exemple dans le cadre des services à la personne, a les préférences de plus d’un décideur. Ainsi chacun isolé est en charge de sa difficulté.

- Certes, de nouveaux droits sont généreusement inventés, mais c’est souvent de l’ordre de la rhétorique plus que de l’effectivité immédiate, sauf à faire procès pour ceux qui en ont les moyens (droit au logement, droit à la scolarité pour les enfants handicapés).

- Manque évidemment une sérieuse et courageuse politique d’offres, de la petite enfance aux personnes âgées, sans oublier les jeunes. Nous n’avons plus ni politique de l’enfance ni politique de la jeunesse.

- L’offensive contre les services publics est engagée. Dans les territoires de la décentralisation, le développement social et les actions de solidarités sont affaire de programmes et les intervenants ne sont plus dès lors que « ressources humaines », entraînés par un régime général de mise en concurrence des opérateurs, de comparaison systématique des coûts et des résultats, et de contrôle administratif, parfois externalisé (qualité, évaluation). Comme si le social était devenu un quasi-marché.

- La régionalisation du système de formation a accéléré son délitement et favorisé son adaptation aux besoins stratégiques du nouveau patronat social (public, associatif et lucratif), loin de ce que font nos voisins européens, souvent dans le cadre universitaire. Nous allons au contraire vers une sorte de privatisation à la française.

- Entièrement au service du développement économique, l’État est aux abonnés absents en matière sociale. Au lieu d’en être garant, il détricote les droits sociaux. Pas rentables, peu productifs, mal gérés. Bientôt la DGAS, qui assurait tant bien que mal, l’unité politique de l’action sociale et du travail social, sera rayée de la carte. Merci la LOLF, la RGPP, l’Agence régionale de santé...

- L’Éducation nationale est visée, mais résiste encore. Le retour aux fondamentaux s’accompagne d’un discours vichyssois contre les sciences de l’éducation et les IUFM, pendant que la réduction autoritaire des postes fait le reste. Des entreprises lucratives (ex : Acadomia ou Après la classe, ...) en font un marché de services à la personne. Les familles paieront. Dans le même temps, d’autres politiques promeuvent le droit à la scolarisation pour tous les enfants handicapés, même une heure par jour ou deux jours par mois, dénigrant au passage le secteur associatif spécialisé. Comme si c’était aussi simple.

- Sur le front des sans-papiers, heureusement le Conseil supérieur du travail social a récemment réagi avec courage à une mise en oeuvre de la politique migratoire de plus en plus attentatoire aux libertés (gestion pénalisante des familles, centres de rétention et autres pratiques). Mais n’oublions pas qu’il est présidé par la ministre !

Voilà pourquoi, il est temps de (re)prendre une fois encore la parole, tous ensemble, pour dire plus haut et plus fort : « ça suffit ».

Voilà aussi pourquoi, il importe de ne pas le faire tout seuls, mais avec tous ceux qui veulent préserver une certaine idée du social, y compris quand l’intendance ne veut pas suivre.

On pense évidemment aux cadres, aux fonctionnaires, aux administrateurs, aux bénévoles, aux élus, aux universitaires et chercheurs, et, bien évidemment, aux usagers. Certains nous ont déjà rejoints dans nos mobilisations.

Des mobilisations, il en existe beaucoup dans toute la France, mais plus souvent locales que nationales, et cette dispersion est sans doute ce qui fait notre commune faiblesse.

Voilà pourquoi, un collectif composé pour l’heure de trois organisations, dont l’une est déjà un groupement, à savoir : la CPO (conférence permanente des organisations professionnelles du social), le MILH (mouvement interprofessionnel pour un humanisme laïc) et 789 radio sociale, vous propose, dans un premier temps, de rejoindre une université de rentrée, les 4 et 5 octobre 2008, à Paris.

Ce sera l’occasion de faire le point, de rapprocher les expériences, de confronter les analyses et surtout de décider des suites à donner.

Au plan pratique, pour des raisons faciles à comprendre, nous n’assurerons ni prise en charge ni logement ni restauration. À chacun de prendre ses responsabilités.

Nous retiendrons seulement un lieu permettant tout à la fois de travailler en petits et en grands groupes. Nous avons également imaginé une soirée plus conviviale, mais sans repas. Des précisions sur le lieu seront fournies début septembre.

Sans parler d’inscription, il serait néanmoins important de savoir quelles sont vos intentions. Pour cela une seule adresse mail durant l’été : jacques1@cegetel.net

Merci à tous et à très bientôt.

Pour la CPO : François Chobeaux : www.cemea.asso.fr/spip.php ?rubrique380
Pour le MILH : Joël Dutertre : joel.dutertre@free.fr
Pour 789 radio sociale : Martine Pottier ; www.789radiosociale.org










Définition légale du travail social 8/19
Economies : on privilégie la vision à court terme
Définition légale du travail social 7/19
 



# Dans la même RUBRIQUE
22 Articles

Le rebond du travail social
Travail Social - Travail de la Paix
Manifeste pour un pacte de responsabilité sociale et citoyenne
La CATHODE n’est plus !
La McDonaldisation du travail social : nous y sommes !
Michel CHAUVIERE - L’intelligence sociale en danger
Le travail social à l’épreuve du néo-libéralisme
Travail Social, Droits de l’Homme et Citoyenneté
MOUVEMENT POUR UNE PAROLE POLITIQUE DES PROFESSIONNELS DU CHAMP SOCIAL
Loin des chimères de l’utopie
MAI 2008. La rue aussi, la rue encore. Fiction ou réalité ?
Fernand Deligny et ses chemins de traverse
« Il a essayé d’aimer »
Les colères de « l’Homme démocratique »
Compte-rendu du meeting du 14 Décembre 2004, à la Halle aux sucres
L’engagement pour valoriser le travail social
La cohésion sociale peut-elle se planifier ?
« Rester ferme sur les principes mais être force de proposition »
Le travail social, chercheur d’homme
Une nécessaire mobilisation des travailleurs sociaux
« Les professionnels doivent réagir collectivement »
L’enjeu du travail social d’intérêt collectif


# Du même AUTEUR
1 Articles

Des murs et des identités


# A voir sur le WEB
3 Références

Collectif des Associations Citoyennes
 

REPOLITISER L’ACTION SOCIALE.ORG
 

NON à la disparition des Associations
 



5 Messages de forum

  • L’action sociale anesthésiée ? 30 juillet 2008 16:33, par Annaëlle GUYOT

    J’apprends aujourd’hui qu’un collectif comme le votre existe et j’en suis ravie.
    Moi aussi travailleur social( éducatrice), je vois dans notre pays les politiques sociales évoluer à la baisse et voit surtout l’accompagnement des personnes en difficultés devenir "facultatif" voir "inutile".
    Comme bon travailleur social je ne cesse d’en parler mais ne sait pas où me tourner pour réfléchir et agir collectivement.
    Ainsi je ferai en sorte d’être présente le 04 et 05 Octobre 2008 !

    Merci et à très vite. Annaëlle GUYOT ( guyotannaelle@yahoo.fr)

    Répondre à ce message

  • Bravo pour votre article qui résume bien la situation et les enjeux actuels pour les salariés de l’action sociale. Je suis pour ma part délégué syndical CGT dans une association de la Sarthe, et il me semble que votre initiative devrait s’ouvrir également aux organisations syndicales représentées dans notre secteur ... car il s’agit bien également de la défense des intérêts matériels et moraux des salariés, parallèlement à la volonté de construire ensemble une action sociale de qualité. Je vais diffuser votre article.

    Répondre à ce message

  • J’ai mis en lien cet article sur le site du mouvement Education et Société qui soutient cette action (voir rubrique manifestations)
    Marie-Odile Papillon (formatrice Saint-Honoré)

    Répondre à ce message

  • L’action sociale anesthésiée ? 7 août 2008 12:40, par estelle

    Educatrice de métier, je travaille avec des adolescents en rupture familiale ou sociale.
    Sur les mutations du secteur social actuellement, je partage un certains nombres de vos observations. Je pense que ces changements s’opèrent dans la société toute entière.
    Mais du champs qui nous concerne, le travail avec les personnes en difficultés devient de plus en plus difficile pour les travailleurs sociaux. Quel réponse apporter aux demandes quand on sait que derrière le gouvernement détruit toute promesse.
    Ce constat met irrimédiablement et indubitablement le travailleur social dans une impuissance dépressive.

    On n’est pas encore au point de non retour mais...Alors qu’il y ait des collectifs, je suis toute entièrement d’accord...

    Meci

    Répondre à ce message

  • Une réponse en une seule interrogation qui je pense sera partagée par tous.
    "En tant que travailleur social diplomé, ne serais-je pas bientot obligé d’être accompagner par mon collègue pour m’insérer dans une société qui ne vante pas les mérites de nos professions d’un point de vue pécunier ?"

    Aucuns articles ne traitent actuellement de la motivation du travailleur social à faire son métier, on parle d’humanisme... il faut se laver les yeux à grandes eaux et voir aussi que nous jouons dans ce jeu de l’oie. Etant en difficulté d’un point de vue statutaire, comment perdurer dans un métier où les difficultés sont à la fois au travail et à la maison.

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Enquête métier
Recherche de stage gratifiable
CDI ASS
référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |