Un regard...
en 647 articles
et 363 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL

Partenaire « Presse » sur OASIS
ACTIF - Formation - Information - Conseil








lundi 10 janvier 2005
Demande d’asile maltraitée
par GISTI, X...


La loi du 10 décembre 2004 relative au droit d’asile portait son cortège de promesses d’amélioration de la procédure de demande d’asile en France. En pratique, il n’en est rien. Les agents de l’Ofpra, dits officiers de protection, sont soumis à une forte pression pour atteindre l’objectif d’accélération des procédures ; l’Office ferme les yeux sur les illégalités répétées des préfectures et les pratiques les moins respectueuses des demandeurs d’asile ont été entérinées par la loi.


T’as fait ton chiffre ?

Même si l’Office se défend, bien heureusement, de n’imposer aucun quota en ce qui concerne les décisions des officiers de protection (OF), ces derniers sont cependant soumis à toutes sortes de pressions. Ainsi, l’obsession du chiffre est constamment présente : 2,7 décisions par jour. Alors, lorsqu’arrive la fin du mois, on compte, on recompte, et on presse des décisions qu’on n’avait pas a prendre, pour « faire son chiffre ». On prend la mesure de l’importance de ce chiffre lorsque l’on sait que nombre d’officiers de protection sont sous contrat déterminé d’un an, dont il avait été annoncé que le renouvellement serait en grande partie lié à des considérations quantitatives. De même, la fameuse prime au rendement, conséquente, est pour une part calculée sur le nombre de décisions prises. Alors, t’as fait ton chiffre ?

Vous avez dit « manifestement » infondé ?

Cette trouvaille de la loi du 10 décembre 2003 permet à l’Ofpra de justifier une pratique qui était déjà très usitée : le rejet de la demande d’asile sans avoir à entendre le demandeur. Cette notion, plus que vague en théorie, l’est encore plus en pratique. Souvent, le seul critère qui puisse permettre de différencier un récit qui relève du « manifestement infondé » ou du « a priori pas manifestement infondé » ressemble au chiffre qu’il reste à faire aux OP. En effet, une décision en procédure courte (sans convocation) est facile et très rapide à rédiger, alors,en fin de mois, l’officier de protection en mal de chiffre peut réclamer des « procédures courtes »...

Parfois, il est malaisé de repérer la différence entre une demande qui fera l’objet d’un rejet sans convocation et une demande qui fera l’objet d’un rejet après convocation. Surtout lorsque le contenu des récits porte sur le même sujet...

Cette notion est d’autant plus dangereuse qu’ elle permet de rejeter rapidement des demandes qui sont mal formulées, par des personnes qui, insuffisamment informées, ne connaissent pas les exigences de l’Ofpra (détails, personnalisation de la situation). Il est clair que nombre de demandeurs d’asile, à leur arrivée, ne s’attendent pas à un tel degré de suspicion à leur encontre, ne soupçonnent pas qu’ils vont devoir se défendre avec acharnement pour prouver les persécutions dont ils ont fait l’objet. Ainsi, une demande qui explique, en mauvais français, manuscrit, que la personne est persécutée dans son pays sera quasiment automatiquement rejetée. Manifestement infondée !

La demande manifestement infondée : une économie de temps et de moyen, pour arriver à l’objectif annoncé de raccourcissement des procédures. Oui, mais à quel prix ?

« Les propos de l’intéressé, non circonstanciés, ne permettent pas à l’Office de tenir pour établie la réalité des faits invoqués »

En voilà une notion bien pratique, qui permet de rejeter les demandes dont on ne sait comment argumenter le rejet. Sans doute, certains demandeurs d’asile peuvent parfois être incapables de donner des précisions sur un lieu de détention ou leur parti politique. Cependant, la demande « insuffisamment circonstanciée » peut aussi cacher une méconnaissance de la situation du pays d’origine (certains OP examinent des demandes provenant de personnes de neuf nationalités différentes, et ce ne sont pas forcément les plus aguerris. Comment connaître, comprendre et être en capacité d’analyser des demandes provenant de neufs pays différents ?).

Dans le doute, un rejet est plus facile à rédiger (un cahier des synonymes pour les décisions -négatives- est à la disposition des OP !) et à négocier qu’un accord. Et prend moins de temps, surtout en fin de mois...

Mais qui examine les demandes d’asile ?

L’article 8 de la loi du 25 juillet 1952 permet aux préfectures de refuser la délivrance d’une autorisation de séjour aux demandeurs d’asile, dans quatre cas limitativement énoncés (procédure Dublin, menace grave contre l’ordre public, provenance d’un pays sous clause de cessation, demande présentée en vue de faire échec à une mesure d’éloignement). Sauf en cas de procédure Dublin, la préfecture ne peut cependant absolument pas empêcher une personne de déposer une demande auprès de l’Ofpra.

Les demandes jugées prioritaires par les préfectures sont quasi-systématiquement passées en « procédure courte » à l’Ofpra (c’est-à-dire considérées comme manifestement infondées et rejetées sans entretien) alors que rien, dans l’article 8 de la loi de 1952 modifiée, ne révèle que ces demandes sont a priori manifestement infondées. Bien au contraire, les préfectures n’ont, en théorie, aucun droit de jugement (ni de regard d’ailleurs) sur le contenu de la demande. Il y a là un amalgame dangereux entre procédure prioritaire et demande manifestement infondée. Surtout lorsqu’on connaît la façon dont procèdent certaines préfectures pour utiliser l’article 8 (on se demande parfois si elles en connaissent le contenu)...

Là encore, il est bien plus facile et rapide de rédiger un rejet pour une demande manifestement infondée qui ne nécessite ni rédaction d’observations, ni entretien...

Les préfectures, qui ne sont ni suffisamment formées, ni soumises aux normes de confidentialité exigées à l’Ofpra, sont-elles devenues, envers et contre la loi, l’antichambre de l’Ofpra ?

Post-Scriptum

Plein Droit n° 63, décembre 2004 " Petits arrangements avec le droit"

S’abonner à la revue










Les refus de demande de titre de séjour : quels recours ? [ Formation ]
La justice dans les tribunaux, pas sur le tarmac ! [ Lettre ouverte de l'OEE à la ministre de la justice publiée par Mediapart le 18 septembre 2017 ]
CPA : trois lettres pour dissimuler la politique de « non-accueil » [ communiquéune / action collective ]
 



# Dans la même RUBRIQUE
24 Articles

Allez vous faire protéger ailleurs ?!
D’un modèle (de famille) l’autre
L’Etranger et ses Juges
Mauvais comptes
Une politique aux antipodes du discours
L’action sociale sous pression
Emplois fermés : une ouverture timide
Un obstacle de plus à l’intégration
Saisonniers en servage
Les démographes doutent mais les politiques savent
« Hortefeux, acte 1 »
Bilan d’un féminisme d’État
Où est « la France » ?
Recherche « compétences et talents »
Quelles politiques pour quelle intégration ?
Résistance à l’immigration jetable
Entre droit et éthique, le grand écart
Le tri des étrangers : un discours récurrent
Logement social : une discrimination en douce
Envolée xénophobe
Des juridictions d’exception ?
Du récit de persécution
Morts par G.T.P.I. ?
Le travail sans le travailleur


Retrouvez également

PLEIN DROIT - La revue du GISTI




Les derniers numéros mis en ligne :
Numéro 2017/2 - n° 113 - Exploitations
Page 1 à 2 : - En Méditerranée, bâillonner pour mieux tuer | Page 3 à 6 : Lola Isidro - Travailleurs détachés, travailleurs délaissés | Page 7 à 10 : Frédéric Décosse, Agustina Desalvo - Les détachés de l’agriculture intensive | Page 11 à 14 : Alain Morice - Les faux-semblants de l’indépendance | Page 15 à 18 : Agnès Zissmann - Sanctions d’employeurs, le renoncement français | Page 19 à 23 : Marilyne Poulain - Mafia et traite bd de Strasbourg | Page 24 à 27 : Milena Jakšić, Nadège Ragaru - Définir la valeur d’un humain | Page 28 à 31 : Camille Louis - City Plaza, ce que peut encore dire l’hospitalité | Page 32 à 36 : Nathalie Ferré, Pauline Boutron - L’Anafé : une lutte au pied des pistes | Page 37 à 39 : Nathalie Ferré - La visibilité des travailleurs dissimulés devant les prud’hommes.
 

Numéro 2017/1 - n° 112 - Travailleur social précarisé, étranger maltraité
Page 1 à 2 : - Délinquants solidaires, le droit à la désobéissance | Page 3 à 5 : Christophe Daadouch - Entre éthique et libéralisme | Page 6 à 12 : - Impuissants, écœurés, bâillonnés, licenciés | Page 13 à 16 : Rozenn le Berre - « Désolée, je ne peux rien pour vous » | Page 17 à 20 : Mathilde Pette - Cherche travailleur précaire, Bac+5 souhaité, 1800 € bruts mensuels | Page 21 à 24 : Clémence Flaux - CAO : du vite fait au mal fait | Page 25 à 27 : Matthieu Hély - Les associations participent aux mutations de l’emploi | Page 28 à 31 : Pascal Martin - Précarité en miroir au guichet de l’État social | Page 32 à 35 : Marjorie Gerbier-Aublanc - L’humanitaire instrumentalisé à Calais | Page 36 à 39 : Tatiana Eremenko - Quel statut pour les enfants migrants ? | Page 40 à 44 : Alice D. Peinado - SOS Refoulement : une lutte oubliée | Page 45 à 48 : Cyril Wolmark - La situation des travailleurs intervenant auprès des étrangers au prisme du contentieux.
 

Numéro 2017/1 - n° 112 - Travailleur social précarisé, étranger maltraité
Page 1 à 2 : - Délinquants solidaires, le droit à la désobéissance | Page 3 à 5 : Christophe Daadouch - Entre éthique et libéralisme | Page 6 à 12 : - Impuissants, écœurés, bâillonnés, licenciés | Page 13 à 16 : Rozenn le Berre - « Désolée, je ne peux rien pour vous » | Page 17 à 20 : Mathilde Pette - Cherche travailleur précaire, Bac+5 souhaité, 1800 € bruts mensuels | Page 21 à 24 : Clémence Flaux - CAO : du vite fait au mal fait | Page 25 à 27 : Matthieu Hély - Les associations participent aux mutations de l’emploi | Page 28 à 31 : Pascal Martin - Précarité en miroir au guichet de l’État social | Page 32 à 35 : Marjorie Gerbier-Aublanc - L’humanitaire instrumentalisé à Calais | Page 36 à 39 : Tatiana Eremenko - Quel statut pour les enfants migrants ? | Page 40 à 44 : Alice D. Peinado - SOS Refoulement : une lutte oubliée | Page 45 à 48 : Cyril Wolmark - La situation des travailleurs intervenant auprès des étrangers au prisme du contentieux.
 

Numéro 2016/4 - n° 111 - Quelle « crise migratoire » ?
Page 1 à 2 : - La possible fin des contrôles au faciès | Page 3 à 6 : Emmanuel Blanchard, Claire Rodier - « Crise migratoire » : ce que cachent les mots | Page 7 à 10 : Taïna Tervonen - Finlande : le droit d’asile menacé ? | Page 11 à 14 : Pierre Monforte - Le Royaume-Uni, la tentation d’une île | Page 15 à 18 : Marcus Kahmann - L’Allemagne fait marche arrière | Page 19 à 22 : Céline Cantat - La Hongrie, chien de garde de l’Europe | Page 23 à 26 : Morgane Dujmovic - Balkans, du corridor au cul-de-sac | Page 27 à 30 : Sara Prestianni - Italie, l’urgence au quotidien | Page 31 à 34 : Laurence Pillant - En Grèce, une crise migratoire chronique | Page 35 à 38 : Nausicaa Preiss - Turquie-Europe, à qui la faute ? | Page 39 à 43 : Danièle Lochak - 1938 : le monde ferme ses portes aux réfugiés | Page 44 à 48 : Sandrine Musso - L’étranger malade : une cause devenue digne d’être défendue | Page 49 à 56 : Serge Slama - Crise de l’asile : un supra infra-droit à l’abri de tout contentieux ?.
 

Numéro 2016/4 - n° 111 - Quelle « crise migratoire » ?
Page 1 à 2 : - La possible fin des contrôles au faciès | Page 3 à 6 : Emmanuel Blanchard, Claire Rodier - « Crise migratoire » : ce que cachent les mots | Page 7 à 10 : Taïna Tervonen - Finlande : le droit d’asile menacé ? | Page 11 à 14 : Pierre Monforte - Le Royaume-Uni, la tentation d’une île | Page 15 à 18 : Marcus Kahmann - L’Allemagne fait marche arrière | Page 19 à 22 : Céline Cantat - La Hongrie, chien de garde de l’Europe | Page 23 à 26 : Morgane Dujmovic - Balkans, du corridor au cul-de-sac | Page 27 à 30 : Sara Prestianni - Italie, l’urgence au quotidien | Page 31 à 34 : Laurence Pillant - En Grèce, une crise migratoire chronique | Page 35 à 38 : Nausicaa Preiss - Turquie-Europe, à qui la faute ? | Page 39 à 43 : Danièle Lochak - 1938 : le monde ferme ses portes aux réfugiés | Page 44 à 48 : Sandrine Musso - L’étranger malade : une cause devenue digne d’être défendue | Page 49 à 56 : Serge Slama - Crise de l’asile : un supra infra-droit à l’abri de tout contentieux ?.
 



# A voir sur le WEB
1 Références

GISTI - Groupe d’information et de soutien des immigrés
 



Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Recherche de stage gratifiable
CDI ASS
référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Poste avec vacances scolaires ou universitai ... [3]
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |