Un regard...
en 650 articles
et 365 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









mercredi 30 janvier 2002
La loi rénovant l’action sociale et médico-sociale
par Joël PLANTET


Jusqu’à présent, la loi du 30 juin 1975 régissait les institutions sociales et médico-sociales. Attendue depuis cinq ans, une nouvelle législation a été votée (à l’unanimité) par le Parlement les 18 et 19 décembre derniers et promulguée le 2 janvier dernier. Qu’est-ce qui change ?


Deux axes principaux apparaissent d’emblée : d’une part la citoyenneté des bénéficiaires sera mieux prise en compte, de même que l’innovation en matière de prise en charge ; une meilleure responsabilisation des acteurs est d’autre part organisée, via une meilleure coordination, davantage de transparence dans les relations partenariales et une évaluation en développement.

Les principes et les missions de l’action sociale sont redéfinis : « L’action sociale et médico-sociale tend à promouvoir [...] l’autonomie et la protection des personnes, la cohésion sociale, l’exercice de la citoyenneté, à prévenir les exclusions et à en corriger les effets ». L’accent sera moins mis sur la mission d’hébergement en établissement, au bénéfice de l’accompagnement et de l’assistance. En effet, depuis vingt-cinq ans, la médiation, l’intégration scolaire, la prévention, le maintien à domicile et l’insertion par l’économique se déclinent en d’autres termes... Une charte nationale sera établie par les organismes gestionnaires d’établissements et services, portant sur « les principes éthiques et déontologiques afférents aux modes de fonctionnement et d’intervention, aux pratiques de l’action sociale et médico-sociale ».

Les droits des usagers se voient renforcés : un livret d’accueil contenant une charte des libertés et le règlement intérieur de l’institution, assorti d’un contrat de séjour ou de prise en charge, sont officiellement mis en place pour chaque admission. Respect de l’intégrité, libre choix entre les prestations adaptées, consentement et prise en charge adaptée, confidentialité, accès aux informations le concernant, participation du bénéficiaire sont désormais inscrits dans la loi. Et toute personne prise en charge pourra faire appel à un médiateur pour faire valoir ses droits.

Un conseil de la vie sociale associera les bénéficiaires au fonctionnement du lieu, qui devra obligatoirement se doter d’un projet d’établissement ou de service.

Une nouvelle organisation

Un conseil supérieur des établissements et services sociaux et médico-sociaux donnera son avis sur les questions de financement et d’organisation. Les comités régionaux de l’organisation sanitaire et sociale (CROSS) se voient, eux, attribuer une nouvelle mission : l’évaluation des besoins.

Une convention de coordination pluriannuelle coordonnera, dans chaque département, la mise en oeuvre des actions, qui seront évaluées en permanence, via la création d’un Conseil national de l’évaluation sociale et médico-sociale. Évaluation interne - validation de bonnes pratiques, démarche qualité... - et externe (obligation d’évaluation par un organisme extérieur dans les sept années suivant l’autorisation de fonctionnement ou le renouvellement) seront largement développées. Rappelons là que le secteur social et médico-social regroupe environ 24 500 établissements et services, 1,05 million de lits ou places, et plus de 400 000 salariés.

Le régime des autorisations (de création, de transformation ou d’extension) des établissements est largement transformé : de nouvelles exigences de compatibilité du projet avec le schéma d’organisation dont il relève, mais aussi en matière de coût de fonctionnement apparaissent. Des contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens pourront aider les établissements et services à réaliser les objectifs retenus et à mettre en oeuvre le projet d’établissement.

De nouvelles bases législatives régissent désormais les lieux de vie (enfin !), mais aussi d’autres structures, tels les foyers à double tarification, les appartements thérapeutiques, ou certains centres de ressources... La pluridisciplinarité est désormais inscrite dans la loi ; en outre, un niveau de qualification pour diriger un établissement est en voie d’être défini, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent.

Les procédures de contrôle sont renforcées : les inspecteurs des affaires sanitaires et sociales (IASS) seront désormais assermentés ; les visites d’inspection concernant la santé, la sécurité ou le bien-être des bénéficiaires seront conjointement menées par un médecin inspecteur de la santé publique et un IASS ; le président du conseil général et l’autorité judiciaire exercent, eux, leurs contrôles sur les établissements et services qui dépendent de leur compétence. Des injonctions - avec fixation de délai - pourront être formulées pour mettre fin à un dysfonctionnement.

Ratifiée, outre le président de la République et le Premier ministre, par les ministres de l’Emploi et de la Solidarité, de la Justice, de l’Intérieur, par la ministre déléguée à la Famille, à l’Enfance et aux Personnes handicapées, par le ministre délégué à la Santé et par la secrétaire d’État aux personnes âgées, la loi est intégralement publiée - 87 articles - par le Journal officiel du 3 janvier 2002.

Post-Scriptum

En amont, cinq ans de préparatifs

C’est au dernier trimestre de l’année 1996 que le ministre d’alors des Affaires sociales, Jacques Barrot, avait évoqué la réforme de la loi de 75. Mais ce n’est que dix-huit mois plus tard - dissolution de l’Assemblée nationale oblige - que la concertation s’engage réellement. A l’été 1999, un député PS, Pascal Terrasse, se voit confier une mission d’information sur cette rénovation. Ce ne sera que début 2000 que l’annonce sera faite par le Premier ministre devant le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), d’un prochain dépôt du projet de loi. Présentation de celui-ci en conseil des ministres (juillet 2000), passage en première lecture à l’Assemblée nationale (début 2001), passage au Sénat (fin octobre dernier), adoption définitive les 18 et 19 décembre derniers. La loi est édictée le 2 janvier 2002.

Article paru dans la revue LIEN SOCIAL - N°606 - 24 janvier 2002










Colloque interministériel « Quelle communication sur l'antiobiorésistance ? »
Guide "Sûreté dans les établissements d'accueil du jeune enfant" (à destination des gestionnaires d'AEJE)
Les événements organisés pour la semaine de la sécurité des patients
 



# Dans la même RUBRIQUE
12 Articles

Avant l’acte III de la décentralisation...
Action sociale : vers un renouveau de la solidarité hors restrictions budgétaires
L’action sociale : boulet financier ou renouveau de la solidarité
Demain, quelles politiques sociales ?
L’institution incertaine du partenariat
La mutualité, grande oubliée de l’histoire sociale ?
Jacques Guyomarc’h, mort d’un porteur d’espoir
Interview du directeur général de l’action sociale
Des prud’hommes et un tribunal administratif tranchent de manière différente...
Un petit pas de l’administration pour un grand progrès virtuel pour les usagers ?
L’inspection - contrôle revient
Décentralisation et action sociale, l’âge de la maturité


# Du même AUTEUR
15 Articles

Légion d’honneur pour Martine Trapon
Salut, Victor !
Le travail social bouge encore
La politique de la ville au point mort
L’enfant et la séparation parentale
Les valeurs du travail social menacées
Sectes et travail social, la vigilance s’impose
Vers la pénalisation croissante du travail social ?
La pauvreté, un enjeu politique
Cacher la misère des Roms
Police et habitants : des relations à améliorer
L’intégration des étrangers, enjeu électoral majeur
Les politiques face à l’enjeu des banlieues
Le droit de vote des étrangers est inéluctable
Quelle prévention pour quelle délinquance ?


# A voir sur le WEB
5 Références

ARF - Association des Régions de France
 

ANDASS - Association Nationale des Directeurs d’Action Sociale et de la Santé des Conseils Généraux
 

ANCASD - Association Nationale des Cadres de l’Action Sociale Départementale
 

ANDGDGARD - Association Nationale des Directeurs Généraux et Directeurs Généraux Adjoints des Régions et Départements
 

ADF - Assemblée des Départements de France
 



5 Messages de forum

  • > La loi rénovant l’action sociale et médico-sociale 15 janvier 2004 12:23, par Mlle FONTAINE Sonia

    J’aimerai savoir si les Clubs de Prévention Spécialisée sont concernés par cette loi.
    Si oui, pourriez-vous me donner les références des textes. MERCI

    Répondre à ce message

  • > La loi rénovant l’action sociale et médico-sociale 23 octobre 2004 09:14, par ancelle.patricia@wanadoo.fr

    Au sujet des procédures de contôle.
    Comment seront-elles provoquées ? Notamment quand un adolescent a été victime d’un accident en institut médico éducatif section IMPRO où il a été renversé par une remorque qu’il été entrain d’atteler sur la consigne de l’éducateur, ce dernier c’est installer au véhicule tracteur et a démarré, l’adolescent est passé en dessous la remorque. Maintenant ce jeune a des problème de vertèbres. Mais il n’y a pas eu de contôle sur cet accident et il y a eu pendant la même période une enquête d’autossatisfaction ou l’insatisfaction des parents n’y est même pas ressortie car ils ont mélangé le sessad.
    Je me demande à quoi elle sert cette loi ?
    En outre ces jeunes ont une literie d’enfant 0,80cmx1,80cm alors que certains mesurent 1,78 cm pèse 70 kg.
    En classe ils disposent de tables pour des enfants de classe du primaire.
    Le projet d’établissement nous n’arrivons pas a l’obtenir aprés plusieurs demandes écrites et nous sommes convoquées dans des réunions pour établir le contrat de séjour de notre enfant et quand on fait la remarque que nous aimerions bien connaître le projet d’établissement ce qui nous serait utile nous n’obtenons aucune réponse de personne.
    Pourtant la DDASS ; en a eu la connaissance.
    Et je m’arrête là car il y en aurait encore c’es dramatique d’en arriver à ce niveau de bêtises.

    Voir en ligne : http://WW.travail-social.com/oasismag/article.php3?id_article=60

    Répondre à ce message

  • Je souhaiterais des renseignements au sujet des critères d’évaluation des centres spécialisés et de soins en toxicomanie ?(csst)Merci

    Répondre à ce message

  • quel est l impact de cette loi sur une communaute Emmaus

    Répondre à ce message

  • pourquoi en ai t-on arrivé à cette loi ? qu’est ce qui a declenché les reflexions parlementaires pour etablir cette loi particulierement dans le domaine du droit des usagers ?

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Enquête métier
Recherche de stage gratifiable
CDI ASS
référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |