Un regard...
en 650 articles
et 365 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









lundi 27 janvier 2014
La négation de soi, un support à la haine ordinaire
par Jérôme VOISIN


Nous sommes collectivement engagés à vivre et à travailler ensemble dans des contextes, des liens et des perceptions où la violence est présente dans ses formes multiples.

Mon expérience me fait dire que notre regard fait obstacle à l’amélioration de notre situation et au traitement de cette violence. Comme le nomme Charles Rojzman [1], nous considérons souvent la violence comme l’apanage de certains : « ce sont eux les violents », « ils font le mal, ils sont le mal, le problème ».


Au niveau social, cette vision est très partagée et elle est d’autant plus sollicitée en cas de difficultés, de stress, de fatigue, ou d’impuissance à changer une situation. Cette vision fonde des croyances individuelles mais aussi des idéologies et des propagandes collectives (de ceux qui pensent pareil) qui influencent les conduites des uns et des autres.

JPEG Nous pourrions nommer ici un premier exemple « les jeunes de quartier sont des délinquants, des agresseurs, méprisant les autres et la citoyenneté ». Autre idée partagée jusque dans ces quartiers : « le mal provient de quelques dizaines de jeunes qui pourrissent tout le quartier. Il suffirait de les faire tomber, de les arracher (comme des mauvaises herbes) pour qu’il n’y ait plus de problème ». Autre vérité avancée par certains : « dans ces quartiers, les parents ont démissionné, incapables d’éduquer leurs enfants ».

A l’inverse, d’autres estiment que les pauvres, les immigrés, les jeunes de ces quartiers et leurs parents ne sont que des victimes des institutions et de la société. Tout est alors expliqué par la discrimination, l’exclusion économique et sociale, la colonisation.

Les personnes qui portent ces visions antagonistes s’évitent, se fréquentent sans aborder ce qui fâche, ou s’affrontent de façon directe ou subtile dans des diners, des repas de famille ou des équipes de travail. Chaque idéologie s’affine et se confirme en fonction des événements qui lui correspondent. Ici, des voitures brulées, des coups de couteaux entre jeunes, un professeur agressé. Là, des fermetures d’usine et des patrons voyous, des discriminations avérées à l’emploi et aux loisirs. Chaque camp affûte ses armes, son propos et organise sa propagande et ses vecteurs (discours, conférence, livres, émissions télévisées, chansons...). Chaque clan porte sa vérité, excluant l’autre.

Le risque est alors d’entrer dans une logique d’affrontement, de guerre, considérant que l’autre est le mal qui nous empêche d’être bien, de vivre bien. Dans ces situations, chacun est sommé de choisir son camp, de choisir qui est bourreau et qui est victime.

Il n’y a alors plus de place à l’élaboration. Ces approches peuvent contenir une part de vérité, au sens d’une information sur la réalité, mais elles ont en commun de ne pas voir la globalité du problème, de refuser de considérer toutes les responsabilités. Elles favorisent alors la victimisation des uns et des autres, des uns à l’égard des autres.

On retrouve ce même mécanisme entre jeunes entre eux, entre jeunes et enseignants ou éducateurs ou encore policiers, entre professionnels (sur des registres divers : par différences statutaires, de pratiques, voire d’origine ethnique ou de confession) : victimisation des uns et diabolisation des autres.

Le problème c’est que ces idéologies et leurs propagandes parasitent voire paralysent le dialogue, notre vie sociale ou professionnelle, créent du malaise, de la violence et dictent des comportements. Identifier une ou des figures du mal sert d’abord à apaiser ce qui peut nous blesser, nous faire souffrir dans nos vies. C’est donc d’abord une solution plus qu’un problème. Pour autant, cela a pour effet de nous dégager de toute responsabilité, de nous renforcer dans une certaine vision du monde (constitué d’amis et d’ennemis), reportant toutes nos difficultés sur cet autre, ces autres.

  • Le mal peut être cet homme politique symbolisant le mensonge, la fourberie, la cupidité.
  • Le mal peut être ce riche industriel qui par son exil fiscal marque son égoïsme social.
  • Le mal peut être vu chez cette directrice de service autoritaire et fuyante, méprisant son équipe et l’abandonnant dans la difficulté.
  • Le mal peut être cet enseignant isolé, faible, dépressif, peinant à relationner avec ses élèves et ses collègues ; ou cet éducateur rigide et jugeant, qui assène ses vérités en réunion.
  • Le mal peut être ce jeune qui n’adhère pas à l’offre éducative, s’oppose, menace et passe à l’acte.

Selon les contextes et les niveaux de crise, la figure du mal pourra servir de bouc-émissaire que l’on sacrifiera. L’autre est réduit à l’état de chose, d’animal qui m’agace, me dégoute, m’épuise, m’enrage, que je déteste ou rejette. C’est lui le problème ! Il est fou, malade, dangereux ! Et le groupe se met d’accord à ce propos, s’organise et agit, avec violence, au nom du bien.

Le premier obstacle à la compréhension et au traitement de nos difficultés individuelles et collectives, est de considérer la violence comme extérieure à soi (C. Rojzman). Cette considération nous conduit à l’impuissance, au mépris et à la haine des autres, de ceux dont on voit la violence, la folie de la violence.

Cette négation de soi génère la négation de l’autre.

On assiste alors à des violences quotidiennes subtiles, sous forme de déconsidération, d’indifférence, de culpabilisation, mais aussi à des haines diabolisant l’autre, générant agression, humiliation ou exclusion.

Pour évacuer notre part violente et notre possible responsabilité dans les situations auxquelles nous sommes confrontés, nous masquons ce que nous sommes réellement, justifions toutes nos conduites de façon positive (en les énonçant comme des principes de vie, éducatifs ou de management), nous renforçons notre discours et nos positions idéologiques, nous valorisons tout ce qui va dans notre sens et camouflons nos violences.

Bien sûr, dire cela n’exclue en rien la réalité possible de la violence de l’autre. L’autre peut être réellement dans l’agression, le mépris, la manipulation ou l’abandon.

Mais si je ne suis pas suffisamment libre, libéré de certains filtres qui m’empêchent d’accéder à la réalité dont je suis partie prenante, je participe à la montée du risque de la violence, de l’emballement et de l’affrontement fondé principalement sur nos histoires.

Post-Scriptum

Intervenant en thérapie sociale, Jérome Voisin accompagne tout au long de l’année des institutions, des groupes et des personnes selon différentes modalités : formation, conseil, supervision, régulation, psychothérapie.

Sa pratique consiste à :
- Favoriser l’émergence d’une coopération en considérant ce qui l’empêche, selon la réalité du groupe et son environnement ;
- Produire une intelligence collective de la situation, engageant chacun dans sa responsabilité et sa capacité d’action.

Retrouvez le sur http://www.i-care-dijon.org










Guide "Sûreté dans les établissements d'accueil du jeune enfant" (à destination des gestionnaires d'AEJE)
Les événements organisés pour la semaine de la sécurité des patients
Membres
 



Où vous situez-vous sur l'échelle des salaires ?
Travail indépendant : le grand écart des revenus
Comment les syndicats contribuent à réduire les inégalités de revenus
 



# Dans la même RUBRIQUE
22 Articles

Victimes de nos propres peurs ?
Aimer, partager, transmettre, vivre avec le souci de l’autre
L’humour dans les diverses formes du Rire
STRATEGIK EXECUTIV DIAGNOSTIK
La sexualité peut-elle être morale ?
Sectes et travail social, la vigilance s’impose
Rites et rituels, ces gestes qui parlent
L’homme, la bête et le social
Pouvoir et autorité
Sur le réseau... toujours sur un fil !
Figures de l’autre, imaginaires de l’altérité et de l’altération
Interculturalité et citoyenneté à l’épreuve de la globalisation
« S’habiller. Socialisation, médiation, corps »
L’économie autrement
« L’insécurité sociale... » A propos de l’ouvrage de Robert Castel
L’insécurité sociale - Qu’est-ce qu’être protégé ? - Note de lecture
« Generation-ecrans.com. la question sociale à l’épreuve du multimédia »
Mutations sociétales et adaptation au monde
Peste émotionnelle et Imaginaire social chez Wilhelm Reich
« Morcellement du social »
URGENCES
Les vertus du conflit selon Kant


# Du même AUTEUR
5 Articles

Travailler avec les autres : idéalisation et sensibilité
Mieux vivre et travailler ensemble
Le rebond du travail social
La justice restaurative
Qui sont ces adolescents ?




# A voir sur le WEB
7 Références

Institut Charles Rojzman - Ecole Internationale de Thérapie Sociale
 

La Gazette Santé Social
 

Observatoire des inégalités
 

Délinquance, justice et autres questions de société
 

Affaires sociales
 

LIEN SOCIAL
 

Observatoire des inégalités
 

Notes

[1] Les idées et notions développées dans ce texte sont issues de la pensée de Charles Rojzman.




2 Messages de forum

  • Bonjour Jérôme, je trouve que ce texte renvoie admirablement à quelque chose de spirituel. Mais il me fait, davantage, penser à tout ce qui touche à la diversité, l’altérité et malheureusement à ce que peut engendrer la différence, la peur de l’étranger et de son étrangeté. Ainsi, qui se cherche soi-même doit connaître ses propres limites. L’Autre nous y confronte. L’Autre est une négation de soi, donc il paraît inacceptable ! Et pourtant exister, c’est échanger avec l’Autre. Le dernier pas de la discrimination est franchi quand on ne se reconnait plus dans un miroir. C’est dire qu’on ne s’appartient pas, que, comme le dit Rimbaud, "Je est un autre" !
    La négation de soi, un support à la haine ordinaire : un maintien dans l’ignorance pour ne plus faire sens.

    Cordialement, Lionel Travailleur social-Etudiant chercheur

    Répondre à ce message

  • La négation de soi, un support à la haine ordinaire 19 mai 2014 14:31, par jerome voisin

    merci Lionel de cette belle réaction qui entre vraiment en écho avec mon article

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Enquête métier
Recherche de stage gratifiable
CDI ASS
référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |