Un regard...
en 650 articles
et 365 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









lundi 13 novembre 2006
Le droit de vote des étrangers est inéluctable
par Joël PLANTET


Vieux serpent de mer, le droit de vote des résidents étrangers aux élections locales réapparaît périodiquement depuis un quart de siècle. Hautement électorales, les prochaines années vont-elles parvenir enfin à imposer en France ce qui est la règle dans les deux tiers des pays européens ? Une troisième opération du collectif Votation citoyenne vient, une nouvelle fois, de poser la question en place publique


« Êtes-vous pour le droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales ? » Du 16 au 22 octobre derniers, les citoyens qui le voulaient (dans les faits, essentiellement ceux qui désiraient faire avancer la cause) étaient invités à se prononcer sur ce sujet sensible dans des bureaux de vote ouverts au public, à l’initiative du collectif Votation citoyenne [1]. Troisième édition pour ces 500 urnes atypiques - 150 lieux de vote à Paris -, après une première campagne en 2002 (près de 40 000 votes dans 70 villes, environ 82 % de oui), suivie d’une seconde en décembre 2005 (plus de 66 000 votants, 120 villes, 91,2 % de réponses positives). Le 24 octobre, le maire de Paris, Bertrand Delanoé et quelques représentants des cinquante associations, organisations ou syndicats du collectif,rendaient des résultats presque définitifs. Cette année, 128 villes ont participé dont une centaine ont fait parvenir les résultats : pour l’heure, 77 000 votants s’étaient exprimés, avec un taux pour le oui analogue à celui de l’an dernier. Mille cinq cents volontaires associatifs et syndicaux avaient permis le bon déroulement du scrutin.
Même à droite, l’idée du vote des étrangers aux élections locales - que tout élu sait probablement inéluctable - fait son chemin (même l’UMP Françoise de Panafieu s’est prononcée pour il y a quelques jours). Les prochaines élections municipales pourront-elles alors enfin intégrer, en 2008, le vote des personnes étrangères vivant sur notre sol ? On peut toutefois rester pessimiste : les tergiversations des trois candidats socialistes à la présidence - même la révision constitutionnelle liée à un référendum proposée par Fabius, par exemple, semble lointaine... - font augurer un sujet restant encore particulièrement sensible. En tout état de cause, toutes les élections comprises entre 2007 et 2009 - présidentielle, législatives, locales et européennes - forment un paysage éminemment favorable pour relancer le débat et interpeller organisations politiques, élus et candidats. Le droit de vote des étrangers aux élections locales figurait parmi les 110 promesses électorales - c’était la 80e... du candidat Mitterrand en 1981. Depuis, les campagnes, en vain, se sont succédé : J’y suis, j’y vote en 1990, Même sol, mêmes droits, mêmes voix, Un résident, une voix, etc. Comble du velléitaire politique, le 3 mai 2000, l’Assemblée nationale avait même adopté en première lecture une loi accordant enfin un droit de vote à tous les résidents étrangers pour les élections municipales. Mais le cynisme législatif a plus d’une corde à son arc : le texte n’a jamais été examiné par le Sénat. Pourtant, en 2001, de nombreux conseils municipaux avaient voté des motions allant dans ce sens. Plus encore, le 24 janvier 2006, le même Sénat refusait majoritairement d’examiner une nouvelle proposition de loi sur cette question.

Les élections à venir forment un paysage favorable pour relancer le débat

En Europe, dix-sept pays sur vingt-cinq ont une législation nettement plus avancée qu’en France (autrement dit, ils ne sont que sept pays, outre le nôtre, à refuser ce droit aux ressortissants non communautaires). L’Espagne s’apprête à une avancée politique certaine sur la question qui est positivement débattue aussi en Italie. En Belgique, les résidents étrangers extra-communautaires ont participé, le 8 octobre dernier et pour la première fois, aux élections municipales. Conseil et Parlement européens s’étaient même prononcés le 24 juin 2005 sur le droit de participer à la vie publique pour tous les résidents de l’Union européenne. Le rapport annuel 2005 de la commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) faisait état de sondages indiquant que 56 % des Français étaient favorables au droit de vote des étrangers aux élections municipales (même si d’autres sondages, il est vrai, ont parfois inversé la tendance). Il y a quelques jours, un référendum étudiant - déroulé non sans heurts dans les facs parisiennes - faisait apparaître que plus de 90 % des étudiants se déclaraient pour le vote des étrangers. Depuis quelques décennies, lois Auroux (1982) aidant, plusieurs scrutins se sont ouverts aux étrangers : délégués du personnel ou syndical, élections prud’homales, aux conseils d’administration des mutuelles ou des caisses de sécurité sociale, représentants des locataires dans les organismes HLM ou de parents d’élèves... L’enjeu, en termes de cohésion sociale, est essentiel. Les blocages sont certainement d’ordre constitutionnel et beaucoup estiment qu’un référendum ne pourra être évité sur le sujet. En tout cas, environ deux millions de personnes seraient concernées. Et pour l’heure, les parents de Zinedine Zidane n’ont toujours pas le droit de voter.

Post-Scriptum

Article paru dans Lien Social n° 815 du 2 novembre 2006








# Dans la même RUBRIQUE
18 Articles

Légion d’honneur pour Martine Trapon
Le travail social bouge encore
L’Appel des appels, un an après
Le Comede appelle à la rescousse
L’Appel des appels : entrons en résistance !
Vivre sa citoyenneté en institution
"Plume", la revue du CLICOSS 93
Le Collectif 2007 pour une action citoyenne
Un festival pour la non-violence
TRAVAIL SOCIAL ENTRE COUR ET JARDIN
Qui a véritablement peur du changement ?
URGENCE
Travail social et démocratie
A l’usage de la citoyenneté ordinaire
Délinquance politique ?
Réforme de la loi de 75 : le cheval de Troie du droit des usagers
Socialiser, éduquer, « citoyenniser » sont-ils une même affaire ?
Manifeste du Web indépendant


# Du même AUTEUR
15 Articles

Salut, Victor !
La politique de la ville au point mort
L’enfant et la séparation parentale
Les valeurs du travail social menacées
Sectes et travail social, la vigilance s’impose
Vers la pénalisation croissante du travail social ?
La pauvreté, un enjeu politique
Cacher la misère des Roms
Police et habitants : des relations à améliorer
L’intégration des étrangers, enjeu électoral majeur
Les politiques face à l’enjeu des banlieues
Quelle prévention pour quelle délinquance ?
Violences aux femmes, une affaire d’État
Crise à l’IRTS-Paris
Le logement malade de la politique

Notes

[1] Secrétariat de Votation citoyenne - LDH - 138 rue Marcadet - 75018 Paris. Tél. 01 56 55 51 08




1 Message

  • Gennevilliers, le 13 novembre 2006

    Jacques Bourgoin, maire de Gennevilliers et l’équipe municipale

    Référendum sur le droit de vote et d’éligibilité des citoyens étrangers aux élections locales - Un grand moment de démocratie locale

    Merci aux 7135 électeurs qui ont participé au scrutin. Nous venons de vivre ensemble un grand moment de démocratie locale.

    La Municipalité remercie chaleureusement les 7135 Gennevillois qui, quel que soit leur vote, ont participé au référendum local du dimanche 12 novembre. Grâce à eux tous, ainsi qu’aux centaines de Gennevillois bénévoles qui ont participé à l’organisation du scrutin, aux 1200 électeurs nouvellement inscrits à cette occasion, la participation aura été exceptionnelle : 34,5% de votants, c’est plus que la participation nationale (30 %) obtenue lors du référendum constitutionnel qui, en 2000, a instauré le quinquennat. C’est le meilleur score jamais enregistré dans tous les scrutins de ce type organisés dans d’autres collectivités.

    Ce résultat confirme la qualité et l’ampleur du débat public mené pendant deux mois dans la ville, autour de multiples échanges, dialogues et rencontres. Il conforte la légitimité et l’utilité de notre démarche.

    Nous nous félicitons que 4035 Gennevillois, soit 57, 5%, des électeurs aient choisi de voter « OUI ». Nous avons voulu en effet que ce référendum permette à chacun de nos concitoyens, quels que soient son histoire personnelle, ses opinions, sa génération ou sa situation sociale, de se sentir pleinement reconnu, qu’il donne à chacun l’opportunité de prendre la parole, d’être écouté, bref qu’il nous fasse mieux vivre ensemble dans notre diversité.

    Nous l’avons fait dans l’esprit du Gennevilliers moderne et populaire que nous bâtissons tous ensemble, rassemblé autour de nos valeurs de solidarité et de progrès. Et nous l’avons fait, bien sûr, pour que la question du droit de vote et d’éligibilité des citoyens étrangers aux élections locales entre vraiment dans le débat national, qu’elle fasse l’objet d’un vaste échange, serein et contradictoire, dans tout le pays afin que la France ne reste pas à la traîne, sur ce sujet, de la plupart des autres grandes démocraties européennes.

    Fort de ce remarquable résultat, le Maire de Gennevilliers, avec les autres maires de la Région parisienne qui ont organisé des scrutins analogues, renouvellera sa demande d’être reçu rapidement par le Président de la République. Nous souhaitons que cette question soit enfin débattue et votée au plus vite au Parlement.

    Dimanche dernier, notre démocratie locale a franchi une nouvelle étape. C’est tout Gennevilliers qui en sort gagnant.

    Gennevilliers, le 13 novembre 2006
    34,5 % de participation
    57,5 % pour le OUI*

    Voir en ligne : http://www.ville-gennevilliers.fr/c...

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Enquête métier
Recherche de stage gratifiable
CDI ASS
référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |