Un regard...
en 651 articles
et 366 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









dimanche 25 septembre 2005
Le sens de l’intergénération
par Hervé COPITET


En ces temps incertains où l’Homme vit de profondes mutations (l’individu hypermoderne pour les sociologues, les métamorphoses de la parenté chez les anthropologues, la fatigue d’être soi sur le plan psychique) il convient, me semble t-il, de pointer ce qui peut encore faire sens aujourd’hui dans la vie des Hommes. A partir de l’expérience qui se mène depuis plus de dix ans à La ferme des Vigneaux [1], je propose de mettre en lumière le sens de l’intergénération. L’intergénération en ce qu’elle renvoie avant tout sur la question de la transmission au travers de la rencontre - rencontre de l’autre, différent parce qu’issu d’une génération différente - et de la filiation me semble être une aventure humaine toujours d’actualité, toujours porteuse de sens dans la vie des Hommes.


Je débuterai par une tentative de définition du concept de génération, car il s’agit bien d’un concept, pour ensuite définir l’intergénérationnel en opposition avec le transgénérationnel. Sans sombrer dans une pensée binaire consistant à opposer deux objets et à inférer, il semble toutefois que cette méthode de réflexion soit pertinente. Une fois cerné notre premier objet, nous entrerons dans le « vif du sujet » avec le concept de filiation. Concept qui restera le fil rouge de toute notre réflexion. A partir du matériel recueilli dans le cadre d’entretiens avec des adolescents(es) [2], je proposerai deux extensions au concept de filiation ; la filiation générationnelle et la chaîne générationnelle. J’en terminerai avec une synthèse-réflexion sur l’importance que revêt à mes yeux la question intergénérationnelle dans notre société actuelle.

Mais avant de parler intergénération, rappelons ce que peut-être une génération

Une génération peut être entendue comme l’espace temps séparant le géniteur de sa progéniture, espace et temps qui, communément, sont identifiés autour d’une trentaine d’années. Cet espace et ce temps constitueraient la mise en forme de la génération, nous dirons plus précisément le cadre de la génération. La génération renvoie aussi à la question de la filiation. À ce moment là, une génération constitue l’ensemble des personnes qui descendent de quelqu’un. Ici se situe la notion de descendance du sujet, la génération s’étendant alors du nouveau-né à l’arrière-grand-père. Une autre approche, plus sociologique celle-ci, désignerait la génération comme un corps, un groupe social constitué par l’ensemble des personnes ayant à peu près le même âge à la même époque (cf. La génération du baby-boom, ou celle de mai 68). Voilà pour la génération.

Tentons une réponse à la question du sens de l’intergénération. Le sens c’est d’abord la direction. Donc quelle direction pour l’intergénération ? Le sens c’est aussi et surtout la signification. Donc quel signe nous envoie l’intergénération ? Je ne tenterai pas ici de répondre à la direction que peut prendre l’intergénération dans notre société. La question est polotique. Non, ce qui me préoccupe dans ces quelques lignes c’est bien la question, pour ne pas dire la problématique de la signification de l’intergénération. Quelle signification pour quels effets de sens dans la vie des Hommes ? Telle pourrait être la question dont je vous propose d’esquisser quelques éléments de réponses.

Mais au fond qu’est-ce que l’intergénération, qu’est-ce que l’intergénérationnel ? Par opposition avec le transgénérationnel, je propose d’admettre que l’intergénération offre un sentiment conscient et inconscient d’appartenance à une lignée familiale et à une lignée dans le genre humain dans lequel le rythme des générations se succède pour rappeler à tous la place provisoire que nous occupons à un moment donné de notre existence. En ce sens, l’intergénérationnel renvoie à la question de la filiation du sujet. Nous y reviendrons. L’intergénération renvoie également à la notion de transmission. Pas n’importe quelle transmission. Sans doute se situe ici la rupture entre transmission intergénérationnelle et transmission transgénérationnelle (pour continuer à cerner l’intergénération en opposition avec le transgénérationnel). La transmission intergénérationnelle s’effectue entre génération en relation directe, en contact physique dirons-nous, alors que la transmission transgénérationnelle, elle, est une transmission à travers les générations qui ne se côtoient plus (pour parler savamment il s’agit ici de la phylogenèse du sujet). C’est une transmission inconsciente d’éléments souvent pathologiques comme l’ont montré des psychanalystes comme Abraham et Torok [1978] [3]. Cette transmission n’est pas parlée.

A contrario, « les transmissions intergénérationnelles sont des transmissions pensées et parlées entre grands-parents, parents et enfants : habitudes familiales, tours de mains, manière d’être ; on est médecin, instituteur, agriculteur, notaire, marin, militaire de père en fils ; on est « dans les postes » ou « à la SNCF » . Un héritage intergénérationnel est constitué de vécus psychiques élaborés : fantasmes, imagos, identifications... qui organisent une histoire familiale, un récit mythique dans lequel chaque sujet peut puiser les éléments nécessaires à la constitution de son roman familial individuel » [4]. Je vous propose donc de retenir l’idée que l’intergénérationnel est donc avant tout une transmission parlée, permettant des identifications et peut-être également encourageant le roman familial freudien ? C’est une transmission de l’histoire, d’histoires, d’habitudes, d’Habitus pour reprendre P. Bourdieu Cette transmission opère dans le cadre de la rencontre, du vécu partagé entre sujets. Son concept central sur le plan psychologique en est l’identification. Continuons maintenant notre réflexion autour de l’esquisse de trois idées. La filiation, la filiation générationnelle, la chaîne générationnelle. Idées, concepts qui me semblent centraux pour tenter de répondre à la question du sens de l’intergénération.

La filiation,

Nul doute, ce qui est au coeur de la question intergénérationnelle se situe dans la problématique fondamentale de l’Homme [5] ; la Filiation. Je dis volontairement problématique, car cette question l’est réellement dans les destinées humaines. Nous en voulons pour « preuve » le débat qui agite notre société autour des enfants nés sous X. Que revendiquent ces hommes et ses femmes nés sous X ? Quelles questions posent-ils ? Une question simple et en même temps très compliquée car non sans effet de sens sur leur destinée : D’où je viens ? et donc qui je suis ? De qui suis-je ? et donc d’où je viens ? Eh bien la filiation c’est cela et rien d’autre. D’où je viens ? De qui je suis, et donc qui je suis ? Autre élément : l’engouement persistant depuis plusieurs années dans notre société par la recherche généalogique. J’ai parcouru il y a peu l’Internet à ce sujet et découvert des réseaux très structurés, des sites très complets... Cet intérêt pour la recherche généalogique montre, me semble-t-il, combien est essentiel de se savoir de quelqu’un et de quelque part.

La filiation, est une organisation fondatrice de l’ordre des générations inscrivant le sujet dans un ordre généalogique déterminé, connu, étayé sur les trois prohibitions sexuelles fondant les différentes civilisations humaines ; celui de l’inceste, de la zoophilie et de la nécrophilie. La filiation renvoie le sujet à ses origines, à un parcours habité par l’autre... Sans doute nous autres nous ne nous posons pas de question sur notre filiation. Nous savons d’où nous venons, qui sont nos pères, mères, grands-pères... Mais tenter un instant (et cela est en fait impossible) de vous envisager dans l’ignorance de vos géniteurs, de ceux qui les ont précédés, vous seriez alors coupés, castrés, diraient les psychanalystes, d’un pan entier de votre identité. Vous souffririez sans nul doute. Je vous propose donc de renvoyer l’intergénération, l’intergénérationnelle sur le concept de filiation. La filiation est ce qui nous renvoie tous à ceux et celles qui nous ont conçus ; Conçus au sein d’une génération. En effet, force est de constater que filiation et génération sont intimement liées. Nouvel exemple de débat qui a envahi notre société il y a quelques années ; les « grands-mères » porteuses. Porteuses dans le même temps de leur fils et de leur petit-fils au sens de la filiation. C’est parce que cette confusion rend fou, qu’elle s’inscrit en contradiction radicale avec la phylogenèse depuis la nuit des temps, que la loi a banni cette pratique. Qu’on le veuille ou non, l’ordre des générations n’est pas un arbitraire dénué de sens. Il fait sens parce qu’il inscrit le sujet dans un ordre logique (pardonnez-moi ce lieu commun) qui, depuis toujours, fait se reproduire les Hommes entre eux dans un ordre donné. Nouveau débat de société issu des progrès de la science ; enfanter à 60 ans et plus... Je vous laisse y réfléchir.

De quelle filiation parlons-nous lorsque nous renvoyons ce concept vers l’intergénération ? Pas seulement celle qui nous unis à nos parents et grands-parents en tant que géniteurs, mais plutôt (et je vous propose maintenant une extension du concept de filiation) celle d’une filiation générationnelle inscrite dans une chaîne générationnelle.

La Filiation Générationnelle

Fondée sur l’interdit incestueux, la filiation générationnelle permet au sujet de se repérer comme maillon d’une chaîne générationnelle par-delà ses parents lui désignant la place momentanée qu’il tient au sein de la chaîne du genre humain. La filiation générationnelle est une organisation que la culture a créée - étant entendu que l’homme est passé très progressivement du prima de la nature sur celui de la culture - assignant à chacun une place déterminée. Cette organisation se fonde toujours sur les trois interdits que j’ai nommés précédemment. En effet, sans cette organisation des générations entre elles où la pulsion sexuelle est soumise au déplacement et à la sublimation et où l’inceste est proscrit, il ne peut y avoir d’inscription du sujet dans un ordre générationnel cohérent. Il ne peut tout simplement pas y avoir de reproduction engendrant du sens.

La chaîne générationnelle

La chaîne générationnelle est ce qui crée la temporalité de la vie des hommes. Elle inscrit le sujet dans l’histoire et la culture de l’espèce humaine au-delà de son appartenance à une famille biologique où le temps de la vie est rythmé par les différentes générations qui l’animent et où le sujet se confronte à sa dimension d’être mortel. Je suis aujourd’hui enfant, maintenant adolescent (dans certaines cultures), puis adulte (et à l’intérieur de cela quadragénaire, quinquagénaire etc..). Dans le cadre de la rencontre intergénérationnelle, nous trouvons les repères nécessaires permettant une inscription dans l’ordre des générations, une inscription par-delà ceux et celles qui nous ont mis au monde. Ces repères, illustrés par ce que je nommerai la troisième génération nous inscrivent tous dans une filiation générationnelle en lien avec un objet intergénérationnel - les aînés -.

Enfin, la rencontre intergénérationnelle offre également une inscription dans le temps et dans l’histoire de sa famille, dans le temps et l’histoire des Hommes en général.

Synthèse / Perspectives

L’intergénération relie les hommes entre eux. De cette rencontre l’homme puise son inscription dans une chaîne générationnelle où chacun tient une place momentanée, et ce dans un mouvement perpétuel où la naissance et la mort du sujet marquent le début et la fin de l’histoire. Dans ce cadre, la rencontre entre les générations est une dynamique universelle de toute première importance et spécifique à l’espèce humaine parce que supportée par le langage. Advenir en tant que sujet, en tant qu’être singulier différent des autres, suppose l’inscription dans une filiation. Pas seulement la filiation qui nous relie tous à celui et celle qui nous ont conçus, mais la filiation dans l’ordre du genre humain caractérisée par la rencontre entre générations différentes. Une société qui met à mal cette idée, comme nous pensons que c’est le cas aujourd’hui, prend le risque de se perdre dans un individualisme source de tant d’insatisfactions où l’Homme fait fît de son passé comme si l’avenir était neutre de toute histoire. Dans ce contexte, le projet de l’association de 7 à 97 ans est le bienvenu dans une société qui, jour après jour, ignore certains fondamentaux de l’homme. Ignorer ce que représente une troisième génération, nier l’idée intergénérationnelle c’est refuser de s’entrevoir comme l’un des maillons de la chaîne qui relie les hommes entre eux, comme un pan de l’histoire humaine en perpétuel recommencement. Parce que vivre c’est naître, grandir, être adolescent, entrer dans l’âge adulte et marcher tout doucement vers le crépuscule de la vie. Il ne saurait être possible de s’engager seul dans un mouvement aussi important sans risque de se perdre, sans risque de passer à côté de la formidable aventure humaine qui consiste à vivre à côté de l’autre différent, parce qu’issu d’une génération différente.










Expertise des conditions d'accueil et de prise en charge des enfants en situation de handicap ou de maladie chronique en établissement d'accueil du jeune enfant (EAJE) et en maison d'assistants maternels (MAM)
Les dispositifs CAF
Classification et signalétique de la télévision
 



Protection juridique des majeurs : Recours des associations contre le décret augmentant de manière injuste la participation financière des personnes protégées
Pourquoi et comment valoriser la place des pères ?
Frais d'incidents bancaires abusifs : On ne peut pas compter sur les banques !
 



# Dans la même RUBRIQUE
13 Articles

Etre père aujourd’hui ?
ASSISTANTS FAMILIAUX : UNE FAMILLE SUR QUI COMPTER
Le placement d’enfants et le droit au respect de la vie familiale
Le divorce pour faute : un fléau social
Négligences à l’égard des personnes âgées. De l’indifférence sociale au signalement
« Quoi de neuf dans le domestique ? »
Les violences conjugales en médiation pénale
Vieillesse versus jeunesse
Les travailleurs sociaux doivent développer de nouvelles compétences...
Claude Roméo analyse les relations entre parents, enfants et professionnels
Claude Roméo et l’impossible synthèse
Du bon usage des parents
Lettre à mes amis républicains


# Du même AUTEUR
4 Articles

Sur l’analyse de la pratique professionnelle dans le cadre de la formation des éducateurs spécialisés
Une soit disante crise... soit disante d’autorité
L’adolescence une problématique psychosociale ?
Autorité et adolescence


# A voir sur le WEB
3 Références

Observatoire de la Parentalité en Entreprise
 

UNAF
 

Famille - Enfance
 


# Documents JOINTS
A cette RUBRIQUE

Le soutien à la parentalité, une perspective internationale - Rapport du Centre d’analyse stratégique - Coordonné par Marie-Pierre HAMEL et Sylvain LEMOINE, en collaboration avec Claude MARTIN.
 



LES AVIS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Bernard Capdeville novembre 2013
 



Notes

[1] Association de 7 à 97 ans gérant un lieu de rencontre intergénérationnel dans le centre de la France.

[2] Recherche dans le cadre d’une maîtrise en Sciences de l’éducation. Paris 5.

[3] Abraham et Torok. L’écorce et le noyau. Flammarion. 1978.

[4] Schutzenberger. A. (1993). Aïe, mes aïeux. 11ième édition .1998. La méridienne.

[5] Homme au sens anthropologique.




Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


hierarchie assistante sociale/service hospit ...
Educ en prévention spécialisée
Préparation de ma rentrée en formation
Projet de recherche CNRS
Recherche emploi sur Bordeaux
Besoin d'aide pour un projet de recherche
Assistance maîtrise ouvrage associative cr? ...
offre emploi / Action de prévention
OFFRE EMPLOI CDD Moniteur Educateur temps pl ...
Recherche formateur ou responsable de format ...
Recherche stage Vienne (38), Lyon (69) et al ...
OFFRE DE STAGE BENEVOLE DANS LE SOCIAL
OFFRE DE STAGE AUX ETUDIANTS ÉDUCATEURS SP? ...
Concours Chef de Service PJJ
Offre d'emploi - CDI Temps Plein ETS en Blan ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |