Un regard...
en 650 articles
et 365 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









dimanche 19 mai 2002
Lutte contre l’alcoolisme : le travail social en première ligne
par Jacques TRÉMINTIN


La prévention de l’alcoolisme ne ressemble plus à la caricature qu’en donnait Bourvil dans son célèbre et savoureux sketch sur « l’eau ferrugineuse ». L’approche proposée aujourd’hui n’est plus centrée sur le symptôme, mais sur ce que celui-ci permet de comprendre de la souffrance de la personne.


De la société de tempérance à l’intervention sociale

L’ANPA [1] est une vieille maison qui a changé de nom au rythme des mutations qu’elle a connues. Sa fondation remonte à 1872. Elle s’appelle alors l’Association française contre l’abus des boissons alcoolisées (elle prendra plus tard l’appellation plus connue de « ligue anti-alcoolique »). L’époque de sa création se situe aux lendemains de la Commune de Paris, en un temps où on était convaincu que la consommation de boissons alcoolisées étaient à l’origine de l’insoumission et de la révolte ! On pensait alors que plus on la réduirait, plus on assurerait la paix sociale. Mais, attention : seuls les alcools forts étaient visés, car la qualité de l’eau étant difficilement garantie, un savant comme Pasteur recommandait la consommation de vin qu’il désignait comme « la boisson la plus hygiénique » (ce que certains alcooliers n’hésitent pas à indiquer sur leurs étiquettes). Aujourd’hui, l’ANPA ne se focalise plus sur le produit alcool, mais le considère avant tout comme un symptôme d’un mal-être bien plus large : « Notre démarche est globale et s’adresse aux différentes dimensions de la personne : social, médical, éducatif, insertion, familial. Nous nous retrouvons dans la même logique que d’autres intervenants qui travaillent plus sur le tabac ou la toxicomanie » nous affirme Pascal Guihal, délégué départemental. Le débat se joue beaucoup plus actuellement entre une approche qui favorise avant tout la prise en compte des comportements d’addiction et la crainte de voir le phénomène alcool disparaître dans une acception trop vaste de la problématique addictive. Faut-il mutualiser les démarches, quelles que soient les consommations (boissons fermentées, tabac, drogues illicites, médicaments...) ou les comportements (boulimiques, anorexiques, mais aussi, pourquoi pas, les pratiques dépendantes à l’égard des jeux électroniques ou d’Internet) ? Ou bien, ne vaut-il pas mieux préserver la spécificité de l’approche par rapport à l’alcool qui constitue quand même le produit qui fait les plus de ravages ? Tel est l’enjeu des évolutions à venir au sein de cette association. On mesure le chemin parcouru en près de 130 ans d’existence ...

Le travail de prévention

Les demandes d’intervention qui sont faites au Comité Départemental de Prévention de l’Alcoolisme proviennent pour l’essentiel de trois secteurs : le monde du travail, le domaine de la jeunesse (établissements scolaires, animation, Conseils Communaux de Prévention de la Délinquance ...) et les structures spécialisées d’aide (insertion, Développement Social Urbain, centres de soins ...).

L’équipe de prévention que nous avons rencontrée a eu quelques difficultés pour définir le travail qu’elle accomplit, du fait même de l’extrême diversité de son action. Elle n’a pas dans sa besace des projets tout ficelés qu’il lui suffirait de déballer, comme peut le faire un commercial, à partir d’un catalogue. Sa démarche fondamentale consiste à répondre aux sollicitations qui lui sont faites, mais non pas dans une logique de spécialistes qui sauraient tout et qui apporteraient la bonne parole, mais bien plus dans une dynamique de co-construction et d’élaboration commune de ce qui peut se mettre en place. Il faut dans un premier temps cerner et situer la demande, mais aussi, si besoin est, la reformuler. Ce travail de réflexion peut très bien déboucher sur une décision de non collaboration ou aboutir à une réorientation de la démarche initiale. Ainsi, n’est-il pas question de jouer aux pompiers de service en intervenant, par exemple, en urgence et à la demande d’une direction face à un salarié qui s’alcoolise sur son lieu de travail. Il est important alors de resituer le contexte, ce qui peut aussi amener à interroger le stress du salarié et les conditions d’exercice de son poste. Questionnement, qui, on s’en doute, ne plaît pas forcément. Il n’est pas non plus question de s’inscrire dans une logique répressive à l’image de ce collège qui avait fait appel au CDPA pour qu’il s’associe à la sanction collective (travail sur table) qui avait été donnée à des collégiens coupables de s’être alcoolisés à l’occasion d’une sortie scolaire. Cette demande d’intervention a pu être retravaillée. Elle s’est transformée en un échange avec le groupe de jeunes qui ont préparé une expo de dessins et de photos, présentée, ensuite, aux adultes.

Il en va de même pour les outils utilisés. Ce ne sont que des supports toujours adaptables et négociables. Peuvent être utilisés des groupes de parole, des mises en situation, des jeux de rôle. mais, l’outil essentiel est, sans doute, celui de la communication. Le plus important, en effet, est parfois de libérer la parole, d’aider les gens à se parler entre eux, à se faire confiance. L’information apportée et le savoir dispensé restent des axes essentiels du travail de l’équipe. Mais pas dans une logique d’experts qui laisseraient tout le monde impuissant, une fois les spécialistes partis. Quand l’animateur de prévention met à disposition ses compétences, c’est avec pour perspective de mobiliser les protagonistes du milieu où il intervient, de permettre à chacun(e) de prendre toute sa place. L’important est bien qu’en amorçant la réflexion, on donne aux individus la possibilité de ne pas être seulement consommateur de l’information proposée, mais d’agir en acteurs de la prévention en se projetantr dans le temps et, pourquoi pas, en mettant en place des groupes de prévention autonome qui continuent la démarche initiée, avec le soutien du CDPA.

Noëlla Bouquin, animatrice de prévention depuis 22 ans, le reconnaîtra : quand elle a débuté, elle a connu la période où dominait encore la chasse au produit. Aujourd’hui, on n’est plus dans la culpabilisation, mais dans la responsabilisation. On ne cherche plus à changer l’individu, mais à l’aider à prendre conscience de ce que signifie pour lui la conduite à risque qu’il a adoptée. Ce qui compte, c’est bien le travail sur le sens, sur la réflexion, et ce, à partir des représentations et normes tant individuelles que collectives. L’acceptation des craintes et des tabous est tout aussi fondamentale. C’est même le passage obligé pour réussir à les dépasser. Tout comme la gestion des résistances inévitables quand l’équilibre établi menace d’être perturbé : le comportement alcoolique peut être une forme de protection qui laisse désarmé et fragilisé s’il est remis en cause. Les comportements à risque sont le résultat d’une problématique bien plus vaste qui dépend étroitement de la situation psycho-sociale et biologique, individuelle et familiale, personnelle et professionnelle etc ... qu’il faut avant tout essayer de décrypter. Et c’est, en la matière, tout le travail d’une équipe de prévention, de resituer cette globalité dans le respect de la personne.

Post-Scriptum

Le service national d’accueil téléphonique « Drogues Info Service » change de nom et devient « Drogues Alcool Tabac Info Service », désormais accessible avec un numéro court : le 113. Il intervient aussi en soutien aux professionnels et notamment aux travailleurs sociaux.

Les compétences de ce service national d’accueil téléphonique pour l’information et la prévention en matière de drogues sont étendues à l’ensemble des substances psycho-actives (alcool, cannabis, cocaïne, ecstasy, héroïne, tabac, médicaments psycho-actifs) et des comportements de consommations (usage, usage nocif et dépendance). Avec le 113, un seul et même service répond aux questions concernant l’ensemble des produits psycho-actifs qu’il s’agisse de produits licites ou illicites et à toutes les situations de consommation Cette ligne téléphonique est accessible 24h /24, les appels sont anonymes et gratuit.

Depuis l’ouverture du service, l’alcool a toujours fait partie des quatre premiers produits cités au cours des appels. Tous les usagers et leurs proches peuvent bénéficier d’un accueil personnalisé pour en parler, s’informer, demander de l’aide et des conseils. Pour ceux qui le souhaitent, une orientation est proposée, adaptée aux besoins exprimés et au plus proche du domicile de la personne qui en a besoin. Cette orientation est possible grâce à une base de données de tous les services spécialisés.

Pour en savoir un peu plus : http://www.drogues.gouv.fr/fr/index.html

Article paru dans la revue SOCIAL 44 - N°39 - Juillet 2001










Cinquante ans de contraception légale en France : diffusion, médicalisation, féminisation
Des clés pour comprendre le parcours des djihadistes
Un livre qui tombe à pic dans le contexte d'islamophobie actuelle
 



# Dans la même RUBRIQUE
20 Articles

Aouine, un cri d’alarme éducatif
Loi de prévention de la délinquance - Préconisations aux professionnels
Quelle prévention pour quelle délinquance ?
Vie et mort annoncée du secret professionnel
Avant-projet de loi relatif à la prévention de la délinquance
Avis du CSTS sur l’avant projet de loi relatif à la prévention de la délinquance
Le rapport Bénisti, un avant-goût du projet de loi sur la prévention de la délinquance
LE RAPPORT BENISTI NOUVELLE VERSION (10/2005)
La prévention de la délinquance des mineurs, une responsabilité collective
Prévention : criminalisation de l’immigration et déni des inégalités
Le point de vue de l’A.N.A.S. sur le rapport Bénisti
Dérives sécuritaires dans le travail social ?
Avis sur le pré-projet de loi pour la prévention de la délinquance
Qui sait où commence et où finit la prévention de la délinquance : les maires ?
L’obligation de signaler provoquerait la fin de la prévention
Un protocole d’accord scandaleux
De la morale et du moral en prévention spécialisée
A chacun sa place et chacun à sa place
Les éducateurs de rue dans tous leurs états
La prévention spécialisée face à la question de l’évaluation


# Du même AUTEUR
6 Articles

Le traitement de l’enfance délinquante en Espagne
Quelle place pour les assistantes sociales du travail du XXIe siècle ?
Travail social et démocratie
« Rester ferme sur les principes mais être force de proposition »
Autorité parentale et soins médicaux
L’éducateur spécialisé en question(s)

Notes

[1] L’Association Nationale de Prévention de l’Alcoolisme se décline en Comités Régionaux et Comités Départementaux (CDPA) dont on Peut avoir les coordonnées respectives en contactant le siège national : 20 rue Saint Fiacre 75002 Paris - tél. : 01 42 33 51 04 et Fax : 01 45 08 17 02




8 Messages de forum

  • Bonjour,
    Nous sommes une association dénommée OASIS, organisatioon d’appui aux personnes en détresse, basée à Yaoundé au Cameroun.
    Nous avons pour objectifs de :
    - créer un espace de reflexion sur le problèmes d’alcoolisme dans notre vie quotidienne
    - montrer que l’alcoolisme n’est pas un fatalité
    - développer des outils et des stratégies pour aider les victimes de l’alcoolisme
    - dessiner un tableau réel de la problématique de l’alcool au Cameroun
    - associer les techniciens sociaux (psychologues, sociologues, médecins, biochimistes,etc.) à la lutte contre les causes réelles de l’alcoolisme et à la prise en charge à tous égards des personnes et familles sous l’emprise de l’alcoolisme
    - d’intégre une approche globale (incluant l’environnement des victimes de l’alcoolisme) dans la lutte contre ce fléau
    - de lutter contre l’exclusion sociale des enfants issus des familles à parenté alcoolique
    - promouvoir le bien être social et économique des populations au travers de l’éducation , de l’assainissemnt du cadre de vie.
    actuellement, nous développons une étude sur la consommation de boissons alcoolique au Cameroun (boissons de fabrication locale et boissons insdustrielles). En même temps, nous sommes entrain de produire un documentaire photo sur l’alcoolisme au CAMEROUN ceci dans le but de mieux appréhender la réalité du doigt pour mieux la présenter. Notre jeune équipe est composée de volontaires pluridisciplinaires (journalistes, psychologues, sociologues, étudiants en biologie et en biochimie, opérateurs économiques)
    Nous souhaiterions entrer en contact avec des organisations, institutions, et autres organismes suscpetibles de nous apporter un appui technique, méthodologique, matériel, financier ou moral dans le travail que nous faisons.
    Merci
    Le Président
    Raymond Bernard Tonfack

    OASIS : Organisation d’appui aux personnes en détresse
    BP 12877 Yaoundé/Cameroun
    Tél (237) 769 97 51 / 221 18 56
    E-mail : oasis_ong@yahoo.fr

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Enquête métier
Recherche de stage gratifiable
CDI ASS
référence éducative [1]
journal et handicap
ETP ou passer son chemin?!
prepa concours
Besoin d'un Réseau de travailleur social su ...
Éducatrice Spécialisée en libéral
Urgent:offre d'emploi CDI+CDD 78 (meulan ,le ...
URGENT OFFRE EMPLOI CDD 95
Poste d'Auxiliaire de Puericulture et EJE en ...
CDD d'AS 6 mois Lyon
Postes d'éducateurs et éducatrices de rue ...
Un cadeau pour progresser dans ses écrits u ...
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |