Un regard...
en 653 articles
et 370 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









mercredi 7 novembre 2001
« On tuera tous les affreux ! »
par Charles GARDOU



Comment concilier les progrès de la recherche médicale et génétique avec la réaffirmation des droits de l’homme pour chacun et pour tous, particulièrement pour les personnes en situation de handicap ? Quelles limites à l’avortement thérapeutique ou prophylactique en cas de diagnostic prénatal de déficience ? Fallait-il laisser venir au monde Nicolas Perruche ? Une naissance handicapée constitue-t-elle un préjudice qui exige réparation ? Les personnes diminuées dans leurs fonctions mentales peuvent-elles donner la vie ? Ou est-il légitime d’envisager leur stérilisation, comme le propose l’article 20 de la loi relative à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception, adoptée à l’Assemblée nationale le 5 décembre 2000 ? Qui, et à partir de quels critères, est habilité à décider si une vie est digne d’être vécue et d’engendrer une autre vie ?

Si, pour nous tous, de telles questions éthiques suscitent une forme de désarroi, elles provoquent, chez les personnes handicapées, des sentiments de menace, de négation de leur dignité, de déclassement et de désaffiliation sociale. Comment pourrait-il en être autrement quand elles réalisent qu’elles sont nées en dépit des diagnostics prénataux ? Quand les débats actuels plaident contre la naissance de ceux qui risqueraient de leur ressembler ? Quand leur vie est l’objet d’autant de considérations techniques que d’évaluations bio-médicales ? Quand les experts de la techno-science, tout en affirmant la dignité de toute vie humaine, énoncent des diagnostics froids et se demandent à haute voix si elles sont dignes de vivre ? Quand s’exerce un contrôle de qualité comparable à celui que l’on pratique dans le domaine de la production ? Quand le « normal » constitue, in fine, le critère décisif ?

Exposée, au temps de Sparte, aux aléas et aux dangers de l’ignorance, on mesure que la vie semble aujourd’hui soumise à l’ivresse des avancées scientifiques et aux dérapages qui lui sont liés. Ainsi, de l’avis de nombre de généticiens, les progrès de la biologie et de l’échographie foetale conduisent, de proche en proche, à l’exigence d’enfant idéal correspondant aux critères véhiculés par l’imaginaire social.

On entraperçoit une question actuelle des plus cruciales : être conforme ou ne pas être. La relative dissolution de l’idée de vie, la rupture entre nos connaissances et notre existence, la césure entre la réflexion et la vie sont susceptibles de nous acheminer insidieusement vers des formes de sélection eugénique, rappelant les coutumes spartiates, les préconisations de Platon, au nom de la préservation de « la pureté de la race des gardiens » [1], ou encore celles d’Aristote affirmant que « la loi devra défendre d’élever un enfant qui apporterait en naissant quelque difformité ou imperfection corporelle » [2].

Force est de constater que si les attitudes ont varié face à la vie handicapée, les crispations normatives et les fêlures de la communauté humaine qui en découlent sont pérennes. Résistant au temps, elles traversent les siècles. Parce que la survenue du handicap nous dérange, nous fait vaciller, nous panique. Parce qu’elle nous rappelle que l’histoire de l’homme est pétrie d’imperfections et tissée d’irrégularités. Parce que persistent les mêmes peurs et de semblables manières de s’en défendre. Parce que nous imaginons, en somme, une vie sans manque, sans limite, sans rides, sans vieillesse, sans mort.

Nourris de la philosophie pratique de Descartes, nous rêvons de « devenir maîtres et possesseurs de la nature », dans un monde qui ne subirait plus les situations mais les dominerait. Nous tendons, en conséquence, à comprendre l’homme comme « celui qui doit surtout accéder à la toute-puissance et bannir le moindre signe d’imperfection ; celui qui tire l’essentiel de sa dignité de sa seule Raison ; ou inversement comme celui qui dépend du seul fonctionnement de l’organique » [3]. Et, cédant au syndrome du démiurge, à l’euphorie du pouvoir face à la vie manipulée, remaniée, la pensée scientifique a pris résolument le pas sur la réflexion éthique.

Parallèlement, chacun est désormais sommé de devenir l’entrepreneur de sa propre vie [4], de se comporter comme un héros de la performance, un battant, un gagneur. L’éducation représente elle-même une course de vitesse, un espace de compétition. Cette situation permanente de concurrence pousse le plus vulnérable à prouver qu’il peut entrer dans la logique de la loi du plus fort, de l’excellence, du combat pour exister. Pourtant, ce combat est truqué par les asymétries entre les protagonistes, par des inégalités essentielles, par des inéquités fondamentales.

L’issue est alors fatale : les moins dotés perdent leur liberté en même temps que leur raison d’être et de vivre, en s’efforçant de ressembler aux « normaux ». Qui ne pressent leur difficulté à trouver place dans l’organigramme d’une cité standardisée, programmée par un grand ordinateur mythique, supportant mal l’imprévisible ! Qui ne mesure les obstacles qu’ils rencontrent dans ce paysage social, où être c’est « avoir l’air » ? Où l’égalité est assimilée à l’uniformité ? Où exister c’est être socialement et économiquement utile ? Où le devoir de conformité ne cesse de narguer et de rudoyer l’identité.










Séminaire de l'AFA
Justice des mineurs : le défi des filles
Colloque BECO
 



Scolarisation précoce des enfants de 2 ans
Les crèches à vocation d'insertion professionnelle (AVIP)
Protocole d'accord pour l'éveil artistique et culturel des jeunes enfants
 



Un « juste » pour les enfants du 93 a disparu
Oser une politique de l’enfance !
La France condamnée à recevoir les enfants des français partis combattre en Syriee
 



Chlorpyrifos : les dangers ignorés d’un pesticide toxique
Usages d’alcool, de tabac et de cannabis chez les adolescents du secondaire en 2018
Le lent poison des déchets radioactifs « oubliés » qui contaminent les sols français
 



# Dans la même RUBRIQUE
9 Articles

C’est la rentrée !
Qui sont ces adolescents ?
Une Politique de l’Enfance
Le cinéma dans tous ses états !
L’adolescence une problématique psychosociale ?
Les adolescents ne sont pas ceux que vous croyez
Les conduites à risque des jeunes
Persiflage et grincements de dents
Quelques figures cachées de la monstruosité


# Du même AUTEUR
1 Articles

Un médiateur des personnes en situation de handicap


# A voir sur le WEB
3 Références

Réforme de la protection de l’enfance
 

Education nationale
 

ONPE
 

Notes

[1] Platon, La République, Livre V.

[2] Aristote, Politique, Livre VII, Chapitre 14.

[3] Danielle Moyse, « Interroger les définitions de notre humanité pour respecter les personnes handicapées », Réadaptation, n°406, Janvier 1994, p.20.

[4] Alain Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991, p.16




2 Messages de forum

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

2 mai 2019
Définition du Travail Social
L’amour de l’autre, c’est du christianisme. L’amour de l’outre, c’est de l’alcoolisme. Le travail social vise seulement à l’accueil inconditionnel, et (...)

5 avril 2019
Un médiateur des personnes en situation de handicap
Bonjour Je recherche les coordonnées du médiateur du handicap dans les Alpes Maritimes

23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Un éléve exclu par conseil de discipline peut-il revenir des son établissement avec sa famille. Pour voir l’assistante sociale. Le chef (...)


23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Suite une bagare aux abords de l’établissement, l’un des eleves a sortit un couteau. Voyant la tournure des choses il le jette par terre. L’ autre (...)

15 mars 2019
Avis du CSTS relatif au fonctionnement des commissions et instances chargées d’étudier les situations individuelles
Qu’en est-il des rapports pour la ccapex, la personne expulsée ne se présente pas au rendez-vous, on me demande de rédiger les éléments connus de la (...)

23 février 2019
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Etant une victime d’une escroquerie financière et d’abus de confiance sur le site FC MINAGE je leur ai donné 30300 et je devais récuperer soit disant (...)


Besoin d’aide [2]
Recherche un stage AS
Urgent - postes à pourvoir au CHU de Bordea ...
OFFRE DE STAGE AUX ETUDIANTS ÉDUCATEURS SP ...
une équipe pour sortir les personnes âgée ...
poste Assistant social psychiatrie paris 12
recherche documentation [3]
Stage conseillère en économie sociale et f ...
Educ en prévention spécialisée [1]
Poste assistante sociale nice CDD
Pti coup de ras llbol
hierarchie assistante sociale/service hospit ...
Préparation de ma rentrée en formation
Projet de recherche CNRS
Recherche emploi sur Bordeaux
Dernier document mis en ligne

Programme des Journées du M.A.I.S. Tarifs - Repas - Hébergements Bulletin d’inscription

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2019

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |