Un regard...
en 653 articles
et 370 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









mardi 15 janvier 2002
Pauvreté et souffrance psychique
par Marceline GABEL


Et si les pauvres n’étaient plus identifiés en tant que pauvres mais comme une population en souffrance psychique ? C’est-à-dire requérant des soins plutôt que la sortie de leur situation précaire. Et si ces soins légitimaient à bon compte l’action publique ? « Il est pauvre mais on s’occupe de sa souffrance psychique ».


L’idée n’est pas récente mais prend du corps depuis que Xavier Emmanuelli, créateur du Samu Social, a mis en évidence cette autre souffrance des exclus.

Il n’est pas question ici de faire la distinction comme les sociologues entre « pauvreté résiduelle » et « nouvelle pauvreté » ni de décrire les processus d’exclusion ou de ghettoosation ou encore les effets sur les enfants de ce manque d’avenir face à une société de consommation omniprésente. Il n’est pas question non plus de s’interroger une fois encore sur un éventuel lien de causalité entre des parents eux-mêmes maltraités sur le plan social, économique et culturel, et le risque qu’ils maltraitent à leur tour leurs propres enfants.

Etre pauvre, c’est-à-dire être prolétaire était autrefois une situation vécue collectivement : une classe sociale. Dans ses difficultés, elle pouvait garder et développer une dignité et un honneur. Aujourd’hui la pauvreté, la précarité est une exclusion : l’exclu est sorti du corps social, ramené à sa situation individuelle. Le dernier ancrage dans le collectif qui lui reste est celui qui passe éventuellement par ses enfants à l’école ! Sans enfants - s’ils sont placés - l’exclusion est totale.

Les nombreuses « tares » - l’alcool, les maladies, le manque d’hygiène, les mauvais traitements aux enfants - dont les familles pauvres du début du siècle étaient porteuses, ont été progressivement gommées. Comme dans une position inverse, on ne décrit plus les difficultés des pauvres pour ne plus les stigmatiser, mais ne pas les stigmatiser n’est-ce pas finalement ne plus les nommer ne plus les voir, en quelque sorte les faire disparaître ?

Aujourd’hui n’assiste-t-on pas à une autre façon de faire disparaître la pauvreté en ne s’intéressant plus qu’à ses effets, à savoir la souffrance psychique qu’elle engendre ? Au début du siècle les premières « visiteuses à domicile » luttaient contre les grands fléaux sociaux - la tuberculose, la syphilis, le manque d’hygiène - chez les pauvres. Aujourd’hui, devant cette poche de pauvreté que même en période de reprise économique, l’État est dans l’incapacité de réduire, les travailleurs sociaux n’ont-ils pas la tentation de ne plus voir que la souffrance psychique des pauvres, d’ailleurs trop souvent confondue avec la maladie mentale ?

On pourrait le penser quand on observe par exemple les chiffres de l’ODAS qui mesurent chaque année les signalements d’enfants en danger faits à l’ASE. Les caractéristiques de la population concernée en montrent bien la précarité. Ainsi, ces enfants en danger ne vivent avec leurs deux parents que dans 43 % des cas contre 81 % des enfants de la population générale, 36 % d’entre eux vivent dans des familles monoparentales, alors que celles-ci ne sont que 11 % dans la société française. L’inoccupation de leurs parents présents au foyer signe encore plus cette situation précaire : les trois quarts des mères seules et près de la moitié des pères ou des beaux-pères sont inoccupés.

Mais face à cet état des lieux, qu’observe-t-on lorsque l’on interroge les travailleurs sociaux sur les problématiques dominantes qui ont conduit au signalement ? Que ce sont massivement les problèmes psychiatriques, l’alcoolisme, ou la toxicomanie qui sont cités en premier lieu, puis les carences éducatives et les séparations ou divorces conflictuels. Mais, comme dans un évitement, les difficultés financières, le chômage, la maladie, l’habitat ne sont évoqués que de façon tout à fait marginale. En même temps, la plainte des services de protection de l’enfance à l’égard des secteurs psychiatriques grandit : la tentation de psychiatriser une population pauvre ou précarisée est importante.

C’est ici que l’on voit poindre une autre issue et un autre risque : pourquoi cette souffrance cependant d’origine sociale, cet affect douloureux, ne pourrait-elle être renvoyée - et peut-être enkystée - dans la psychiatrie ? Il semble que les circulaires des 14 mars 1990 et 11 décembre 1992, relatives aux orientations de la politique de santé mentale pour les adultes et les enfants aient contribué à ce passage de la maladie mentale à la santé mentale, c’est-à-dire cet état où souffrance psychique et difficultés sociales peuvent se rejoindre.

On comprend mieux alors la tension qui peut s’exercer entre des équipes de plus en plus organicistes ou qui restent farouchement psychanalytiques et d’autres, pour qui une forme de « psychiatrie sociale » et une certaine clinique psychosociale pourrait s’envisager avec les travailleurs sociaux.

Bien évidement il faut distinguer celui qui souffre, du malade mental : ce diagnostic est l’affaire du psychiatre ! Mais au-delà, c’est à une nouvelle forme d’approche thérapeutique que cette souffrance appelle conjointement les « psys » et les « sociaux ». Pas l’un ou l’autre ! Les deux ! Évaluer ensemble cette demande et partager la souffrance qu’en miroir leur impuissance face à la pauvreté leur inflige, et apporter autant que possible le soulagement nécessaire. A condition que le « soin » des effets des inégalités ne justifie et n’escamote pas ce problème politique : des pauvres dans une société riche.

Post-Scriptum

Article paru dans la revue LIEN SOCIAL - 20 septembre 2001 - N°589










Lancement du projet AAMES avec la Fédération Bourgogne-Franche-Comté et la Fondation ADREA : un nouvel élan pour la médiation en santé pair !
"Travail Social : Osons affirmer de nouveaux droits"
Convention de partenariat UNAFORIS - Fédération des acteurs de la solidarité
 



Droit au logement pour tou-te-s…avec les mêmes droits dans les foyers comme en HLM! 19/10 14h
Projet de loi Engagement et proximité: DURCISSEMENT des mesures anti-pauvres! Mobilisation 15/10
Amende 500€ sans abri – PJL vie locale et proximité: le ministère maintient
 



Pourquoi certains enfants vivent-ils dans la pauvreté ?
Observer les inégalités territoriales
Santé bucco-dentaire des jeunes : le poids de l'origine sociale
 



# Dans la même RUBRIQUE
21 Articles

L’âgisme : une discrimination qui dérange ?
SANS-ABRI : LES OUBLIÉS DE L’ÉTÉ
Hausse inquiétante des femmes et des enfants sans abri
Un silence très inquiétant
Le rôle du travail social dans la lutte contre la pauvreté
Le lien, ce n’est pas rien !
DEUXIEME NUIT SOLIDAIRE POUR LE LOGEMENT
La pauvreté, un enjeu politique
Cacher la misère des Roms
Au campement des Don Quichotte à Toulouse
Le logement malade de la politique
Ces drames ne sont pas fatalité
Accueil et hébergement d’urgence : en finir avec le provisoire !
Les paradoxes de la lutte contre l’exclusion
Le juge civil instrument de la lutte contre l’exclusion
Accès au bus, accès aux droits
Que faire des morts de la rue ?
Victimisation des aînés, une situation préoccupante
Le point de vue de la FNARS sur les chiffres de l’INSEE
Cas de conscience chez les travailleurs sociaux ?
Prévenir l’exclusion par le maintien en activité


# A voir sur le WEB
4 Références

FNARS
 

A la croisée des chemins - HALAGE
 

DAL Droit au logement
 

ATD Quart-Monde
 


# Documents JOINTS
A cette RUBRIQUE

Le rapport annuel 2014 fournit des indicateurs objectifs de mesure de l’efficacité de la prise en charge des personnes par le dispositif d’hébergement.
 





3 Messages de forum

  • > Pauvreté et souffrance psychique 8 février 2002 14:06, par Christine Lepers

    bonjour !
    responsable technique et hiérarchique, d’une équipe ASE, je suis sensible à votre analyse.
    elle rejoind je pense celle du mouvement ATD.
    il me semble que les TSpendant de nombeuses années n’ont pas mis en avant dans leur évaluation la situation économique des familles, comme si il s’agissait d’un tabou, partant du principe que si un signalement avait lieu, les raisons économiques ne devaient pas entrer en ligne de compte.
    ainsi on en ai arrivé peut ètre à une situation extrème, qui désert les personnes que nous sommes sensés aider.
    je constate actuellement une prise de concience dans le sens inverse,qui peut probablement atténuerl’image véhiculée trop souvent, des "pauvres qui ont le courage de faire face avec ce qu’ils ont" et de ceux "qui profiteraient du système, et qui présentent toutes les carences... dont éducatives"
    les travailleurs sociaux, ne sont plus des militants politiques, n’ont plus la possibilité de faires "des actions globales" avec les familles, pour les aider à se dynamiser en groupe et à réagir en devenant acteur dans un mouvement social.

    Répondre à ce message

  • > Pauvreté et souffrance psychique 9 décembre 2005 16:24, par étudiante 3eme année de formation assistante social

    bonjour je suis étudiante en formation d’assistante sociale et je prépare mon mémoire sur la souffrance psychique des résidents de CHRS, à votre avis quelle serait la ou les solutions pour un accompagnement social adapté ? mon hypothèse de mon mémoire est le travail en réseau, en partenariat eltre le médical( le secteur) et le social afin d’atténuer le cloisonement.

    quelle définition pour le souffrance psychique ?

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

2 mai 2019
Définition du Travail Social
L’amour de l’autre, c’est du christianisme. L’amour de l’outre, c’est de l’alcoolisme. Le travail social vise seulement à l’accueil inconditionnel, et (...)

5 avril 2019
Un médiateur des personnes en situation de handicap
Bonjour Je recherche les coordonnées du médiateur du handicap dans les Alpes Maritimes

23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Un éléve exclu par conseil de discipline peut-il revenir des son établissement avec sa famille. Pour voir l’assistante sociale. Le chef (...)


23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Suite une bagare aux abords de l’établissement, l’un des eleves a sortit un couteau. Voyant la tournure des choses il le jette par terre. L’ autre (...)

15 mars 2019
Avis du CSTS relatif au fonctionnement des commissions et instances chargées d’étudier les situations individuelles
Qu’en est-il des rapports pour la ccapex, la personne expulsée ne se présente pas au rendez-vous, on me demande de rédiger les éléments connus de la (...)

23 février 2019
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Etant une victime d’une escroquerie financière et d’abus de confiance sur le site FC MINAGE je leur ai donné 30300 et je devais récuperer soit disant (...)


besoin d'aide
Recherche de stage
Recherche de Stage
Recherche de stagiaire
candidature pose de coordinatrice micro-crè ...
responsabilité professionnelle protection d ...
Besoin d’aide [2]
Recherche un stage AS
Urgent - postes à pourvoir au CHU de Bordea ...
OFFRE DE STAGE AUX ETUDIANTS ÉDUCATEURS SP ...
une équipe pour sortir les personnes âgée ...
poste Assistant social psychiatrie paris 12
recherche documentation [3]
Stage conseillère en économie sociale et f ...
Educ en prévention spécialisée [1]
Dernier document mis en ligne

Programme des Journées du M.A.I.S. Tarifs - Repas - Hébergements Bulletin d’inscription

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2019

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |