Un regard...
en 656 articles
et 372 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









dimanche 4 novembre 2001
Stop les discours de retour à l’ordre éducatif
par Laurent OTT



On assiste dans la presse écrite à une accumulation de textes portant sur les manques ou carences éducatives des jeunes des banlieues et mettant en cause une approche humaniste et démocratique de cette éducation, telle qu’elle serait censée se présenter en France (texte paru dans Libération de MD.Gaulbert ; article du Monde diplomatique de ce mois concernant une soi-disant dérive socio-éducative de l’Ecole).

On connaît les discours sentencieux et traditionnels concernant le manque de potentiel démocratique des « nouveaux élèves » des collèges et lycées en provenance des quartiers ; on sait combien ce public choque tout un corps enseignants qui se plaisait à « balancer » des cours magistraux et qui du coup, par amertume, se plaît à dénoncer l’air du temps. Il est par contre beaucoup plus grave (et c’est ce à quoi nous assistons) de passer du discours nostalgique à la dénonciation de la jeunesse des quartiers, d’une soi-disant hostilité des élèves d’aujourd’hui vis à vis des institutions démocratiques et les fondements de « notre » société.

Il semble échapper complètement à ces « penseurs » de l’éducation qui (au mieux) ne connaissent pourtant que des élèves en fin de parcours scolaire et soigneusement triés, ce que les enfants et les jeunes des quartiers ont à subir tout au long de leur scolarité depuis leur entrée au collège, parfois dès les classes primaires : image dégradée de leur milieu, de leurs compétences, de leur bagage culturel, de leur langage, de leurs goûts... Le mépris de l’institution scolaire pour les jeunes d’aujourd’hui est à tous les étages.

Il est dommageable que ces « penseurs en chambre » ne soient pas en mesure d’aller plus loin dans le dialogue avec les jeunes ; ils découvriraient alors pas mal de blessures, d’espoirs déçus et pourtant sincères que ceux-ci avaient placé dans l’école et leurs maîtres. Il suffit d’interroger presque n’importe quel collégien ou lycéen et de prendre le temps de les écouter sans les reprendre ni les interrompre, pour s’en rendre compte. La preuve est à la portée et sous la responsabilité de chacun.

Alors que signifie cet énième retour des discours passéistes, sécuritaires, républicanistes, qui déferle actuellement sur nous depuis les attentats du 11 septembre ? Et surtout comment saurons-nous résister au danger que constituent de tels discours ? Non, ceux qui les tiennent ne sont pas courageux, ils vont dans le sens de la répression, de l’air du temps, de la peur du monde d’aujourd’hui, des discours ambiants de salles de profs. Mais par contre, ils contribuent, consciemment ou non, à ce que les jeunes d’aujourd’hui et particulièrement ceux issus de l’immigration maghrébine se sentent exclus, rejetés... Bref, ils nous préparent (même s’ils s’en défendent) l’apartheid et les « intifadas » de demain...

Aujourd’hui, nous devons faire face aux messages insidieux qui voudraient nous faire croire que les modèles démocratiques de droit à la parole, à l’expression, au débat, à la prétention de faire vivre et changer les institutions, en fin de compte, ne conviendraient pas à la supposée nature ou culture de la jeunesse « des quartiers » mais, qu’au contraire, celle-ci aurait curieusement besoin de repères rigides et coercitifs. Il faudra lutter contre la traduction de ces théories racistes latentes au travers des lois et des arrêtés que nous subissons (interdictions de regroupements et arrêtés de couvre-feux, droits de fouilles qui visent en premier lieu... les jeunes des quartiers défavorisés).

Bref, face à l’encouragement actuel à la fabrication de la « haine » auquel nous assistons, il convient de renvoyer à la réalité vécue par les jeunes et les enfants des quartiers, telle que la rencontrent les éducateurs qui y travaillent volontairement et résolument.

« Non, non et non », comme peuvent en témoigner par exemple des centaines d’enseignants de la mouvance Freinet, il n’est nul besoin d’être ceinture noire de karaté pour travailler dans les quartiers dits difficiles, il suffit d’avoir le courage d’entendre ce que les jeunes ont à dire et celui, plus grand encore de reconnaître leurs compétences réelles et nouvelles. Et on découvre alors des enfants et des adolescents qui aiment apprendre et travailler et qui le font avec passion, n’en déplaise à ceux qui campent sur leur mépris culturel ! L’école et les éducateurs d’aujourd’hui n’ont pas tant besoin de Vigie Pirate que de libertés et de moyens pour éduquer.

Quant à ceux qui trouvent que notre système scolaire souffrirait d’un trop plein de démocratie gaspillé pour des « sauvageons », ils n’ont visiblement jamais fréquenté une réunion de parents d’élèves dans un collège de banlieue...

Quitte à dire que notre société souffre d’un déficit du droit en relation avec « les problèmes des quartiers », on peut en premier lieu trouver dommage que les producteurs de ces discours ne soient pas plus souvent assignés en justice pour propagation d’une image péjorative des milieux les plus défavorisés.










Feuille de route de l'ONPE
Devant les pénibles défaillances autour des enfants placés, la grande alliance entre pédopsychiatrie et l'ASE est nécessaire
Étude sur l’accompagnement des jeunes de 16 à 21 ans de l'ASE
 



La liberté de conscience reconnue pour les moins de 18 ans
Tous les mineurs étrangers de France ne sont pas des MENA
Protection de l’enfance : le temps des résultats visibles est venu
 



Tribunal administratif de Bordeaux, Ordonnance du 06 août 2020 n°2003417, Le Président du conseil départemental qui refuse de poursuivre l'accueil provisoire d'un mineur en se fondant sur les seuls résultats de l'évaluation réalisée par ses services, compte tenu au surplus du contexte de reprise de l'épidémie de Covid 19 en France, porte une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale. Injonction au département de prendre en charge hébergement et alimentation du mineur dans un délai de 24h.
Tribunal administratif de Bordeaux, Ordonnance du 06 août 2020 n°2003421, Le Président du conseil départemental qui refuse de poursuivre l'accueil provisoire d'un mineur en se fondant sur les résultats de l'évaluation réalisée par ses services et sur l'avis technique défavorable de la PAF, lequel ne constitue pas la preuve suffisante du caractère irrégulier de l'acte de naissance du requérant, compte tenu au surplus du contexte de reprise de l'épidémie de Covid 19 en France, porte une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale. Injonction au département de prendre en charge hébergement et alimentation du mineur dans un délai de 24h.
Conseil d'État, Ordonnance du 12 juin 2020 n°440922, "Il appartient toutefois au juge du référé, statuant sur le fondement de l'article L. 521-2, lorsqu'il lui apparaît que l'appréciation portée par le département sur l'absence de qualité de mineur isolé de l'intéressé est manifestement erronée et que ce dernier est confronté à un risque immédiat de mise en danger de sa santé ou de sa sécurité, d'enjoindre au département de poursuivre son accueil provisoire"
 



# Dans la même RUBRIQUE
30 Articles

Accompagnement des jeunes majeurs en protection de l’enfance : un premier rendez-vous manqué !
Adolescents abusés - Génération nextée par un silence virtuel
Mineurs isolés étrangers dans un lieu d’hébergement tenu par des Thénardier
Les Services Sociaux : Aide Sociale à l’Enfance
Les conduites pré-prostitutionnelles chez les adolescents
L’enfant et la séparation parentale
L’Oned remet son troisième rapport annuel
Les adolescents ne sont pas des adultes
Le Conseil général juge et partie
Deux lois contre en attendant une loi pour le bien-être des enfant !
Le département, la commune et la prévention
Réformer la protection de l’enfance : de la loi au projet !
La protection de l’enfance au cœur des passions politiques
Pour une évaluation globale du dispositif français de protection de l’enfance !
Réflexions et propositions du CSTS pour une réforme de la protection de l’enfance
Faut-il encore placer les enfants ?
De la dite incompétence des travailleurs sociaux
A propos des pratiques éducatives
L’ordonnance de 45 a fêté ses soixante ans
« AEMO : pour quelle protection de l’enfance ? »
Quelles interrogations pour la pratique professionnelle ?
Le paysage contesté de la protection de l’enfance
Quelles réponses apporter aujourd’hui à l’enfance en danger ?
Autorité et adolescence
ADOLESCENTS « DÉLINQUANTS »
Qui protège-t-on ?
Faut-il décentraliser la P.J.J. pour éviter son naufrage ?
L’administrateur ad hoc : le point de vue d’un magistrat
L’assistance éducative après le décret du 15 mars 2002
Où est passé l’enfant en danger ?


# Du même AUTEUR
5 Articles

Appel en faveur des établissements scolaires innovants coopératifs
Centres fermés, le risque d’une victoire idéologique
L’école de la république n’appartient pas aux « Républicains »
Une pratique silencieuse : « la déscolarisation douce »
Socialiser, éduquer, « citoyenniser » sont-ils une même affaire ?


# A voir sur le WEB
8 Références

InfoMIE.net
 

CNAEMO - Carrefour National de l’Action Educative en Milieu Ouvert
 

ANPF - Association Nationale des Placements Familiaux
 

Le blog de Jean-Pierre Rosenczveig
 

Réforme de la protection de l’enfance
 

ODAS Observatoire Décentralisé de l’Action Sociale
 

Le Journal du Droit des Jeunes
 

Michel HUYETTE - Paroles de Juges
 


# Documents JOINTS
A cette RUBRIQUE

Réformant la Protection de l’enfance - Texte complété
 





Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

10 février 2020
L’accompagnement : une fonction du travail social
Bonjour je suis doctorante en sciences de l’éducation et mon sujet est : Accompagnement individuel des adolescentes en situation de transe en (...)

2 mai 2019
Définition du Travail Social
L’amour de l’autre, c’est du christianisme. L’amour de l’outre, c’est de l’alcoolisme. Le travail social vise seulement à l’accueil inconditionnel, et (...)

5 avril 2019
Un médiateur des personnes en situation de handicap
Bonjour Je recherche les coordonnées du médiateur du handicap dans les Alpes Maritimes


23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Un éléve exclu par conseil de discipline peut-il revenir des son établissement avec sa famille. Pour voir l’assistante sociale. Le chef (...)

23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Suite une bagare aux abords de l’établissement, l’un des eleves a sortit un couteau. Voyant la tournure des choses il le jette par terre. L’ autre (...)

15 mars 2019
Avis du CSTS relatif au fonctionnement des commissions et instances chargées d’étudier les situations individuelles
Qu’en est-il des rapports pour la ccapex, la personne expulsée ne se présente pas au rendez-vous, on me demande de rédiger les éléments connus de la (...)


Dernier document mis en ligne

Le livre que tous les travailleurs sociaux devraient lire...

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2019

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |