Un regard...
en 653 articles
et 370 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









vendredi 30 décembre 2005
Une lecture des émeutes urbaines
La lutte pour la reconnaissance en question ?

par Christian SZWED


Les émeutes urbaines qui se sont déroulées en France, par leurs formes et leur ampleur expressives et spectaculaires à la fois, ont fait la une des médias du monde entier pendant plusieurs semaines. Certains, se gaussant même de cette affaire, pour se moquer d’un modèle français d’intégration en faillite (quel modèle ?) et allant jusqu’à se réjouir d’un spectacle qui vient contredire et humilier une France républicaine orgueilleuse et donneuse de leçons. Cette façon de traiter l’actualité est propre à provoquer d’autres dérappages. Elle a par exemple permis ainsi à un député de la majorité UMP de stigmatiser et sans distinction aucune, toute la population de Clichy Sous Bois : la honte de la France. Honte à lui !


L’ampleur du phénomène des émeutes, vécu sans doute comme un véritable tsunami social, est sans doute à l’origine d’une sidération des esprits, entraînant ce qu’il convient de reconnaître honnêtement chez les savants, comme chez les politiques qui nous gouvernent comme une cécité, une incapacité à penser l’évènement et son emballement, depuis le décès tragique et inutile de ces deux pauvres adolescents.

Les émeutes urbaines perçues comme un signal, où la spontanéité et l’absence de préméditation et d’organisation ont été attestées par un rapport des Renseignements généraux, constituent un message d’une force émotionnelle sans pareil, entraînant des réactions de stupeur, d’indignation, de peur ou de colère tant chez les habitants que chez les élus et toute l’opinion publique spectatrice. Réactions que l’on rencontre tant dans le clan de ceux qui veulent comprendre et qui n’en peuvent plus de tirer la sonnette d’alarme sur ce qu’il convient de nommer une véritable poudrière, que celui réprobateur qui en appelle à la répression et au rétablissement de l’ordre public. L’appel au calme, les mesures pour y parvenir, certes nécessaires, pouvaient se dispenser d’un couvre-feux et trouver d’autres voies que l’exhumation d’une loi obsolète de l’époque de la guerre coloniale franco-algérienne.

Si le rétablissement de la paix sociale et du mieux « vivre ensemble » font l’unanimité, pour autant les voies pour y parvenir divergent et comportent bien des risques. Celui d’une récupération de basse politique à l’encontre d’une « racaille qu’il conviendrait d’éliminer ou de karchériser », ou celui présumé (et potentiellement possible) d’une tentation subversive de ceux qui considèrent l’enflammement des cités comme un terreau propice à une islamisation radicale extrémiste et intégriste des publics de confession musulmane et parmi eux les plus fragiles.

Le problème des banlieues est étudié depuis un quart de siècle depuis les Minguettes à Vénissieux, par les savants : sociologues, urbanistes et autres politologues patentés.

Le problème des banlieues fait l’objet depuis un quart de siècle d’enjeux politiques forts permettant le basculement des majorités de gauche vers la droite et vice-versa.

Le problème des banlieues fait l’objet depuis un quart de siècle de mesures législatives diverses à l’exemple des politiques de la ville.

Alors ? On continuera encore longtemps comme cela ? Une autre lecture s’impose ; je soumets celle-ci à votre saga-cité :

Le problème des banlieues est admis sans vergogne depuis un quart de siècle... par le voile commode que les politiques (de gauche comme de droite) entretiennent avec soin, il permet d’occulter le véritable scandale français que constitue le chômage et l’exclusion de masse.

Depuis un quart de siècle, le problème des banlieues n’est pas pris à la légère par les travailleurs sociaux, véritables « fantassins du social » comme le disait Pierre Bourdieu. Qu’ils soient de Prévention spécialisée, de secteur, d’AEMO ou autres, ils n’ont jamais baissé les bras et s’épuisent avec des politiques successives contradictoires et des financements précaires où incertains.

La politique de la ville est en échec, il faut en convenir ! Avec elle, le modèle néo-libéral démontre là ses limites et sa vacuité. Les émeutes de la fin de l’automne dernier méritent un autre décryptage que tout ce qui a été pensé et entendu jusqu’ici. Ne convient-il pas de repenser la question de la conception de l’espace public bourgeois (au sens d’Habermas) ?

Ne convient-il pas de mieux prendre en compte, c’est à dire pleinement le public des banlieues ? La suppression des inégalités sociales systémiques est une condition nécessaire pour obtenir la parité de participation (Nancy Fraser) [1].

Ne convient-il pas de considérer la faillite du modèle néo-libéral ?

Ne convient-il pas de s’interroger d’abord pour imaginer que ces émeutes sont la réponse à un manque de reconnaissance devenu intolérable, insupportable, une souffrance inouïe, venant atteindre avec le décès de ces deux victimes une grande partie du corps social ?

La lecture de l’ouvrage d’Axel Honneth, 2000, édition du Cerf, « La lutte pour la reconnaissance » ne fournit-elle pas une précieuse indication sur le sujet ? L’idée de déni de reconnaissance ou de mépris social n’est-elle pas dans ce cas féconde à comprendre le phénomène où l’humiliation, le mépris, la disqualification sont le quotidien ? L’invisibilité dont peut se percevoir le public des banlieues caractérise ce déni de reconnaissance qui vient affecter au plus profond de lui-même le respect de soi propre à chaque sujet. En brûlant les voitures il a réussi à se rendre visible, renvoyant un autre message que les carcasses fumantes des milliers de voitures calcinées !

Le respect de soi amputé ne peut en aucun cas contribuer au processus de socialisation. Pour Paul Ricoeur [2] « l’expérience négative du mépris prend alors la forme spécifique de sentiments d’exclusion, d’aliénation, d’oppression et l’indignation qui en procède a pu donner aux luttes la forme de la guerre ».

Sachons éviter celle-ci, et pour partie, les travailleurs sociaux peuvent grandement y contribuer. Sans compromissions avec quelques politiciens nauséabonds, ils doivent faire preuve de résistances ! Ils ont tout à gagner à rester lucides et ne pas céder à l’épuisement et au fatalisme. Je ne doute pas que dans de nouvelles conditions, les travailleurs sociaux pourront alors développer l’espérance à la manière de Pierre Bourdieu [3] « Je pense que l’expérience messianique est un des grands obstacles aux transformations. A cette illusion messianique, il faut substituer des espérances rationnelles tout à fait modérées qui était discréditées comme réformistes, comme des compromissions [...] Ce qu’il faut voir, ce sont les choses qui dépendent de nous et qui sont beaucoup plus importantes qu’on le croit ».

Allez, bonne année 2006 ! Pour le Travail social, pour tous les travailleurs sociaux et pour les centaines de milliers de personnes qu’ils accompagnent !










Rapport 2018 sur la lutte contre le racisme
De l’extrême droite à la corruption
Les lobbies vus par les sciences sociales
 



# Dans la même RUBRIQUE
14 Articles

La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Laurent MUCCHIELLI - L’Invention de la Violence
Les violences sexospécifiques et sexuelles à l’égard des hommes
Les politiques face à l’enjeu des banlieues
Violences aux femmes, une affaire d’État
Strasbourg aux heures ouvrables
Les associations d’aide aux victimes demandent des moyens suffisants
Délinquance des mineurs : des réponses
Faut-il croire à une montée de l’antisémitisme en France ?
Etat de la violence et violence de l’Etat
Opération Ville vie vacances
Violences urbaines et insécurité : au delà des « simplismes »...
Réagir face aux violences urbaines
La violence institutionnelle ? Aller plus loin dans la question sociale


# A voir sur le WEB
1 Références

CESDIP
 

Notes

[1] Nancy Fraser - « Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution » - La découverte - 2005.

[2] Paul Ricoeur - « Parcours de reconnaissance » - folio essai - 2004.

[3] Pierre Bourdieu - « Entretiens avec l’ historien Philippe Chatrier » - Les chemins de la connaissance - France inter - 1988.




1 Message

  • > Une lecture des émeutes urbaines 2 janvier 2006 11:39, par SZWED

    Un complément d’informations sur ce sujet brûlant :
    Lorsque Paul Ricoeur évoque les formes de guerre,un article du Courrier international(12 décembre 2005) semble lui donner raison.
    Le titre de cet article fait froid dans le dos :
    " Emeutes urbaines - L’expérience des Israéliens au service des hommes de Sarkozy".Cet article est édifiant"Placé sous le signe de la confidentialité,Gidéon Ezra ministre de l’intérieur israélien et le chef de la police ont rencontré le 11 décembre leurs homologues français pour un entretien de haut niveau.L’article citant le Jérualem Post souligne que "le savoir-faire de la police israélienne dans la lutte contre le terrorisme et le contrôle des émeutes est largement reconnu dans le monde".De ce fait Ezra et son chef de la police sont à Paris pour faire profiter leurs homologues français de leur expérience pour réprimer efficacement les émeutes"

    Sans commentaires !

    Répondre à ce message

Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

2 mai 2019
Définition du Travail Social
L’amour de l’autre, c’est du christianisme. L’amour de l’outre, c’est de l’alcoolisme. Le travail social vise seulement à l’accueil inconditionnel, et (...)

5 avril 2019
Un médiateur des personnes en situation de handicap
Bonjour Je recherche les coordonnées du médiateur du handicap dans les Alpes Maritimes

23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Un éléve exclu par conseil de discipline peut-il revenir des son établissement avec sa famille. Pour voir l’assistante sociale. Le chef (...)


23 mars 2019
« J’ai assisté un élève en conseil de discipline »
Suite une bagare aux abords de l’établissement, l’un des eleves a sortit un couteau. Voyant la tournure des choses il le jette par terre. L’ autre (...)

15 mars 2019
Avis du CSTS relatif au fonctionnement des commissions et instances chargées d’étudier les situations individuelles
Qu’en est-il des rapports pour la ccapex, la personne expulsée ne se présente pas au rendez-vous, on me demande de rédiger les éléments connus de la (...)

23 février 2019
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Etant une victime d’une escroquerie financière et d’abus de confiance sur le site FC MINAGE je leur ai donné 30300 et je devais récuperer soit disant (...)


Besoin d’aide [2]
Recherche un stage AS
Urgent - postes à pourvoir au CHU de Bordea ...
OFFRE DE STAGE AUX ETUDIANTS ÉDUCATEURS SP ...
une équipe pour sortir les personnes âgée ...
poste Assistant social psychiatrie paris 12
recherche documentation [3]
Stage conseillère en économie sociale et f ...
Educ en prévention spécialisée [1]
Poste assistante sociale nice CDD
Pti coup de ras llbol
hierarchie assistante sociale/service hospit ...
Préparation de ma rentrée en formation
Projet de recherche CNRS
Recherche emploi sur Bordeaux
Dernier document mis en ligne

Programme des Journées du M.A.I.S. Tarifs - Repas - Hébergements Bulletin d’inscription

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2019

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |