Un regard...
en 650 articles
et 365 signatures d'auteurs
sur l'essentiel de la presse du TRAVAIL SOCIAL









mardi 25 février 2003
Une marche des femmes contre les ghettos et pour l’égalité
par Joël PLANTET


Les filles des quartiers affirment avoir été maintenues à l’écart du débat sur la parité, l’avoir vécu « comme les soldes chez Hermès »... Certaines d’entre elles ont décidé d’attirer l’attention des pouvoirs et opinion publics. A travers toute la France, une marche fait actuellement avancer la cause. Un tournant dans le combat féministe français ?


En juin 2000, le Secrétaire général des Nations unies, Koffi Annan, avait reconnu que si la violence à l’égard des femmes avait été rendue illégale presque partout depuis 1995 - date de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes - elle avait pourtant, de fait, bel et bien augmenté. Selon la Banque mondiale par exemple, plus de 20 % des femmes dans le monde ont été victimes de violences physiques ou d’agressions sexuelles. Et en France ? « La friche économique et politique que sont « les cités » ou encore « les banlieues » a permis que se constituent des îlots où non seulement la révolution féministe n’a pas lieu, mais où se développe une sorte de fondamentalisme machiste », éditorialisait ces derniers jours Philippe Val dans Charlie Hebdo.

Dans le cadre d’États généraux préparés depuis deux ans, elles ont été 250 femmes à lancer, fin janvier 2002, à la Sorbonne à Paris, un appel intitulé Ni putes ni soumises. Les revendications portaient essentiellement sur ce que le sociologue Éric Debarbieux avait dénommé « l’oppression quotidienne » : certains « jeunes organisés en bandes mafieuses, intégristes de tous bords et extrême droite sont devenus des alliés objectifs sur la question des femmes », constatent ainsi amèrement les initiatrices de la marche dans le journal Pote à pote. Dans la foulée, l’oppression économique, les violences de tous ordres, les traditions culturelles archaïques, les interprétations abusives de textes religieux sont également dénoncées. Notant une grande différence entre les dernières générations, la sociologue Nacira Guérif, auteur du livre Des « beurettes » aux descendantes d’immigrants nord-africains, parle, par exemple, des mêmes discriminations à l’emploi que pour les garçons.

Le quotidien des femmes et des jeunes filles des quartiers reste trop souvent lié, estiment les marcheuses - qui parlent de « régression constante » de leurs conditions -, à des faits de sexisme et de violence subie (physique, sexuelle, morale, verbale...), de discrimination, de précarité (financière, sociale, professionnelle), sur fonds de poids des traditions et de la religion. La manière de vivre la sexualité est souvent problématique, cachée, non protégée, entraînant une image dégradée, parfois violente.

Les discriminations en débat

Organisatrice de la manifestation, la Fédération nationale des Maisons des Potes [1] entend bien concrétiser une dynamique collective : des commissions de femmes des quartiers ont été créées, de même que des comités départementaux de vigilance ; des questionnaires ont été lancés pour des doléances capitalisées dans un Livre Blanc des Femmes des Quartiers, présentant à la fois valeur de diagnostic et de témoignage ; des partenariats ont été établis avec les associations concernées (SOS Femmes battues, Planning familial, etc.).

Les « marcheuses » - de fait, il s’agit d’une petite caravane de deux voitures - sont parties le 1er février de Vitry sur Seine, la ville même où Sohane, 17 ans, s’était fait brûler vive. Leur tour de France les fera traverser une vingtaine de villes, chaque comité départemental organisant actions et débats autour des problèmes mentionnés dans leur manifeste de revendications. Une manifestation nationale parisienne clôturera le périple le 8 mars.

A Narbonne, le 10 février dernier, après qu’une délégation ait été reçue par la sous-préfecture (le sit in prévu devant l’office HLM a finalement été annulé), le débat a porté sur les discriminations face au logement ; trois jours plus tard, à Pertuis, des mini-débats et une projection étaient organisés. Soraya Mekdad, issue de l’immigration, conseillère municipale de cette ville de 18 000 habitants et fondatrice de l’association Des femmes et des sens, est convaincue du travail qu’il reste à faire : « C’est loin de n’être qu’un problème de banlieue », nous a-t-elle assuré, forte de son parcours personnel. Fin janvier, une réunion d’information avait réuni soixante personnes, à l’issue de laquelle a été créé un comité de vigilance.

Une expo à Vitrolles, des spectacles et un débat (« S’aimer dans les quartiers ») à Marseille, un autre sur l’intégrisme à Lyon. Le 21 février, la caravane arrive à Strasbourg, un débat sur les violences urbaines y étant prévu. Lundi prochain à Metz, on parlera de participation des femmes et d’accès à la citoyenneté ; le surlendemain à Charleville-Mézières, du poids des traditions ; à Lille, le 28, un débat aura lieu autour du viol collectif, avec Samira Bellil, auteure de Dans l’enfer des tournantes.

La marche symbolise le chemin qu’il reste à faire : les réponses se conjuguent bien évidemment en termes d’éducation et d’emploi, de mixité sociale, de politique d’urbanisation à échelle humaine, d’éradication de ce véritable sentiment d’insécurité qu’ont trop souvent les filles et femmes des quartiers, mais aussi de reconnaissance des associations et de démocratie locale.

Post-Scriptum

Article paru dans la revue LIEN SOCIAL - N° 654 du 20 février 2003










5 pistes pour rendre justice aux enfants victimes de violences sexuelles
Violences sexuelles à enfants : le gouvernement penche du côté des auteurs
MNA : une décision de bon sens ?
 



18 mai : Projection-débat « Démocratie et engagement citoyen »
Non ! M. Collomb n'a pas assoupli le délit de solidarité !
Courrier à l'attention du ministre de l'Intérieur
 



Juge des enfants, TGI de Marseille, jugement en assistance éducative (rejet de la demande de mainlevée de placement), 17 avril 2018 n°317/0131 : un mineur isolé, dont les documents d'identité ont été déclarés authentiques par la PAF, sous OPP parquet est orienté dans un autre département, pas d'appel. Dans le département d'orientation, il fera l'objet d'un test osseux et d'une mainlevée de placement, à son retour dans les bouches du Rhône, il saisit le juge des enfants. L'ASE soulève la non conformité des actes d'état civil guinéen au motif du nom respect de l'article 601 du code de procédure guinéen. " Il résulte de ces dispositions [loi guinéenne] qu'il appartient au Procureur de la République de Guinée lui-même d'initier la procédure de transcription. C'est également à lui qu'est ouverte la voie d'appel. Ainsi, dès lors que le Procureur transmet le jugement au service d'état civil compétent, cela signifie qu'il n'entend pas interjeter appel. En conséquence, l'argument selon lequel les actes d'état civil présentés par le jeune ne seraient pas valables, est inopérant en ce que le supposé non-respect du délai de retranscription ne peut suffire "à caractériser la fausseté de l'acte". Concernant l'expertise osseuse diligentée dans la Creuse, les conditions légales et nécessaires pour ordonner une telle expertise n'étaient pas respectées.
CJUE 12 avril 2018, A et S, affaire C-550/16 « Renvoi préjudiciel – Droit au regroupement familial – Directive 2003/86/CE – Article 2, initio et sous f) – Notion de “mineur non accompagné” – Droit d'un réfugié au regroupement familial avec ses parents – Réfugié âgé de moins de 18 ans au moment de son entrée sur le territoire de l'État membre et du dépôt de sa demande d'asile, mais majeur au moment où est adoptée la décision lui accordant l'asile et où il introduit sa demande de regroupement familial – Date déterminante pour apprécier la qualité de “mineur” de l'intéressé : "doit être qualifié de « mineur », au sens de cette disposition, un ressortissant de pays tiers ou un apatride qui était âgé de moins de 18 ans au moment de son entrée sur le territoire d'un État membre et de l'introduction de sa demande d'asile dans cet État, mais qui, au cours de la procédure d'asile, atteint l'âge de la majorité et se voit par la suite reconnaître le statut de réfugié"
Circulaire de politique pénale N° NOR JUSD1807900C CRIM-2018-0023-P16 du 21 mars 2018
 



# Dans la même RUBRIQUE
9 Articles

Justice pénale des enfants ?
La justice restaurative
Venus de l’Est
Mineurs incarcérés : récits de prison et prison des récits
Le traitement de l’enfance délinquante en Espagne
Procès d’Angers
A propos du procès d’Angers
Action juridique et sociale : oser le conflit, gérer le contentieux
Peut-on parler de droits sans invoquer des devoirs ?


# Du même AUTEUR
15 Articles

Légion d’honneur pour Martine Trapon
Salut, Victor !
Le travail social bouge encore
La politique de la ville au point mort
L’enfant et la séparation parentale
Les valeurs du travail social menacées
Sectes et travail social, la vigilance s’impose
Vers la pénalisation croissante du travail social ?
La pauvreté, un enjeu politique
Cacher la misère des Roms
Police et habitants : des relations à améliorer
L’intégration des étrangers, enjeu électoral majeur
Les politiques face à l’enjeu des banlieues
Le droit de vote des étrangers est inéluctable
Quelle prévention pour quelle délinquance ?


# A voir sur le WEB
1 Références

Le Défenseur des Droits
 

Notes

[1] Marche nationale des femmes - Contact : Pote à pote 190 bd de Charonne - 75020 Paris. Tél. 01 44 93 23 23 - www.macite.net




Une Réaction, un Commentaire...?


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)









 

Vos Réactions...


Sur le Forum...

29 décembre 2016
RECONNAITRE ET VALORISER LE TRAVAIL SOCIAL - Un Rapport et 23 Propositions
ces recommandations sont pertinentes.

8 décembre 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
Madame, Merci pour cette analyse précise dont j’ai hélas trop tard compris les mécanismes. En effet, je sors de mon silence avec une (...)

13 juin 2016
La maltraitance des personnes âgées vulnérables
la matraitance peut etre du aussi a l etat psychologique des enfants .Enfant depressif, narcissique desociabilise car eux meme sont a la (...)


13 février 2016
La place du social dans la santé
article à lire et à imprimer

7 décembre 2015
"Plume", la revue du CLICOSS 93
est ce possible de recevoir la revue du clicoss 93 du mercredi 07/01/2007 , ?je faisais partie de cet atelier ! merci ,si cela est possible (...)

2 novembre 2015
Définition du Travail Social
Le travail social se base essentiellement sur le sens de l’amour de l’outre ,le sens d ’altruisme , la justice sociale , le (...)


Assistance maîtrise ouvrage associative cr? ...
offre emploi / Action de prévention
OFFRE EMPLOI CDD Moniteur Educateur temps pl ...
Recherche formateur ou responsable de format ...
Recherche stage Vienne (38), Lyon (69) et al ...
OFFRE DE STAGE BENEVOLE DANS LE SOCIAL
OFFRE DE STAGE AUX ETUDIANTS ÉDUCATEURS SP? ...
Concours Chef de Service PJJ
Offre d'emploi - CDI Temps Plein ETS en Blan ...
diplôme d'état d'ingénierie sociale (DEIS ...
Information équivalences diplômes assistan ...
Enquête métier
Recherche de stage gratifiable
CDI ASS
référence éducative [1]
Dernier document mis en ligne

Le baromètre 115 synthétise les demandes et réponses faites au numéro d’urgence au cours du mois de juillet 2016 dans les 45 départements étudiés et à Paris.

Droits de diffusion

Conformément à la législation sur la propriété intellectuelle, l'ensemble des documents publiés sur OASIS ne peuvent être reproduits sans autorisation. Hormis sur Internet, sont autorisées la reproduction et la diffusion non commerciales des articles du magazine, sous réserve de citation obligatoire des sources.
© OASIS - 1999/2015

| Se connecter | Plan du site | RSS 2.0 |  Contacts |