dimanche 15 février 2004



Lilles : appel à la résistance

789vegs





Ce Mardi 17 Février 2004, à 11 heures, rassemblement devant l’hôtel des services du Conseil Général du Nord, sur l’esplanade, rue Gustave DELORY, avant un départ en manifestation vers la préfecture...


Ce Mardi 17 Février 2004, à 11 heures, rassemblement devant l’hôtel des services du Conseil Général du Nord, sur l’esplanade, rue Gustave DELORY, avant un départ en manifestation vers la préfecture où se tiendra à ce moment l’assemblée du Conseil Général du Nord consacrée au vote du budget (et, donc, à celui de l’action sociale du département).

Allons-y tous, demander notamment, au Conseil général :

- un positionnement clair et public, en faveur de l’abrogation d’un protocole d’accord scandaleux, signé en Novembre dernier, en Savoie, entre une association de prévention spécialisée (l’ADSEA des Savoies), le conseil général local et la Préfecture de Chambéry. ( Pour mémoire ce protocole prévoit l’obligation, pour les salariés de cette association - éducateurs de rue, pourtant soumis au secret professionnel par le rattachement de leurs activités aux missions de l’Aide Sociale à l’Enfance du département - de « signaler » à leur hiérarchie toute infraction ou toute tentative d’infraction dont ils auraient connaissance. Le protocole prévoit expressément que, dans ce cas, la hiérarchie informe immédiatement les services de la police, de la gendarmerie et du Parquet). Nous voyons dans ce protocole une attaque frontale contre les conditions de possibilité d’un métier qui ne peut reposer que sur la confiance construite avec des personnes éloignées - ou en rupture - des dispositifs de droit commun.

Nous y voyons également une préfiguration de ce que le ministère de l’intérieur entend imposer à l’ensemble des professionnels de l’aide dans notre pays. Il prévoit en effet, dans un texte de proposition de loi sur la prévention de la délinquance actuellement en travaux, de concentrer la coordination des actions de prévention dans les mains du Maire de la commune, en y associant l’obligation, sous peine de poursuites disciplinaires, (je cite) « pour tout professionnel qui vient en aide à une personne, pour des motifs matériels, éducatifs ou sociaux, d’en informer immédiatement le maire de la commune ou son représentant »(!!!!).

- un positionnement clair et public contre la démarche qui préside à l’élaboration de ce projet de loi.

- un positionnement clair et public sur les règles éthiques qu’il entend voir respectées par ses salarié(e)s et ceux à qui il délègue une partie de ses missions, dans le cadre de la politique de la ville (et, notamment, dans les cellules de veille des contrats locaux de sécurité et de prévention de la délinquance), dans laquelle il a récemment décidé d’entrer « de plein pied ».

Cet appel vous est fait en relais de celui d’une intersyndicale élargie (si vous l’avez déjà reçu, je m’en excuse) que vous trouverez ci-joint en format PDF (qui nécessite Acrobat Reader).

N’hésitez pas à le faire circuler : il en va de l’avenir de la prévention spécialisée, plus largement de l’avenir du travail social, plus largement encore de la qualité de l’aide apportée par toute une série de professionnels ( enseignants, acteurs médico-sociaux, ...), plus largement encore (et surtout) du droit des personnes aidées au respect de leur vie privée et à l’exercice des libertés publiques.

A Mardi, donc Cordialement Jacky Dumoulin.




Pour citer cet article :

789vegs - « Lilles : appel à la résistance » - OASIS - Le Portail du Travail Social - http://www.travail-social.com. - février 2004.